lundi 7 octobre 2013

Mais comment font-elles ? Les secrets d'organisation de Papelhilo

Claire, alias Papelhilo, c'est une chouette copine rencontrée garce à Thread and Needles

C'est aussi une couturière assidue ( vous ne connaissez pas ses sublimes chaussons?), une bricoleuse talentueuse, qui fait des perles en papier sublimes, des pliages d'origami incroyables, et la maman de 4 enfants. Aujourd'hui, elle nous dit comment elle s'organise pour trouver le temps de créer.


- Quand couds-tu?
- quelles sont les conditions d'une séance couture réussie?
J'ai la chance d'avoir une pièce rien qu'à moi avec tout mon bazar à portée de main et sans obligation de ranger dans la foulée . C'est vraiment l'idéal car le moindre petit moment de libre peut être mis à profit : préparer une canette, choisir et sortir les tissus qui seront coupés plus tard ...
 Donc, ensuite, je couds vraiment dans des conditions variées : le soir seule et tranquille, ou pendant la sieste des enfants, surtout quand ils étaient encore plus petits. Mais aussi le jour, quand ils jouent gentiment (oui, ça arrive !) à côté : à vrai dire, ils se comportent souvent très bien dans ces moments-là car ils savent qu'ils peuvent venir m'interrompre pour me montrer un dessin ou demander de l'aide dans un jeu ... et pour moi c'est finalement plus agréable que coudre le soir dans une lumière très relative.
Du coup, je couds souvent par petits moments, mais j'aime bien ça, ça permet d'avancer sur de petites tâches à la fois, sans se fatiguer et commettre de grosses boulettes. Mais si je veux me lancer dans quelque chose de plus ambitieux, il m'arrive parfois de profiter du we et de la présence de ma moitié pour coudre en journée -donc avec "toute ma tête"- et sans enfants à gérer : je peux m'étaler sur la table pour une découpe minutieuse ou débroussailler les passages de couture les plus délicats. 

- Tu nous montrerais ton espace couture? 
Voici donc ma pièce-rien-qu'à moi ! En réalité, elle sert aussi de vestiaire familial, de rangement pour les jeux de société, mais malgré ces intrusions du reste de la famille, le bazar qui y règne est bien le mien ! J'ai beau être plutôt ordonnée en général, c'est un endroit que je n'arrive jamais vraiment à ranger à cause des nouveaux arrivages incessants de matière première (j'ai un cercle de connaissances assez large qui pense à moi pour les fonds de tiroir à réhabiliter, les vieux stocks de mercerie de la mémé ou autre ...) et parce qu'à peine un projet fini j'embraye sur le suivant ...
Sur cette photo, n’apparaît pas ma toute nouvelle machine, la Pfaff Quilt Expression 4.2 vantée par Mathilde/, qui a su me convaincre ! Je cousais depuis toujours sur une très vieille Singer qu'on m'avait donnée, ultra simple et robuste, mais avec peu de fantaisies possibles ... Depuis cet été, une nouvelle vie s'ouvre à moi : j'ai déjà apprécié les points variés et le matelassage machine pour un tapis en patchwork.


- Quelles sont tes inspirations?
J'avoue que j'ai du mal à répondre ! Comme beaucoup, je garde sur Pinterest la trace de choses vues et aimées, j'aime les reluquer régulièrement, mais je me lance rarement dans une réalisation en me disant "tiens, je vais partir de tel truc en particulier". J'adore les livres et magazines de couture et j'en achète (d'occasion, surtout) ou m'en fais offrir sans aucun scrupules même si je couds une infime partie des modèles que je possède : je me dis que les amateurs de livres de voyage, par exemple, ne justifient pas leurs achats à chaque fois par un voyage réel !! Ou encore, les personnes qui achètent des magazines "féminins" n'en retirent pas forcément d'implication concrète dans leur quotidien.
Ce qui est sûr, c'est que contrairement à d'autres blogueuses, je ne m'inspire quasiment jamais de choses vues dans la rue, car quand on vit dans un village aussi petit que le mien, le concept même de "gens croisés dans la rue" est exotique !

- As-tu un petit truc à nous donner ( pour coudre mieux ou plus)?
J'aime assez, et me retrouve beaucoup, dans les conseils énoncés par Mathilde surtout les points 4-5-6-7 ! Autrement dit : de petites plages de temps, mais assez régulières, ne sont pas nécessairement inefficaces. Je trouve que ça permet d'avancer à petits pas, mais avancer quand même, sans passer trop de temps loin de sa MAC et avoir la sensation de devoir tout réapprendre quand on s'y remet. Comme le sport, quoi !!
Pour ce qui est d'une véritable astuce, j'ai acquis au fil du temps une certaine assurance qui fait que je couds désormais quasiment sans épingler (sauf évidemment dans les passages très délicats, les manches par exemple) : ça fait gagner un temps fou, et je pense que c'est faisable quel que soit son niveau de couture en ciblant les étapes où c'est possible (par exemple, pour assembler des lignes droites sur 2 pièces de cotonnade). Je me fais beaucoup confiance sur l'évaluation "à l'oeil" aussi : pour répartir des fronces, pour ajouter des marges de couture ... Je pense que c'est une compétence qui se travaille vraiment, en se donnant le droit parfois de coudre du "vite fait pas parfait mais quand même correct" (par exemple une petite trousse toute simple, un "sac à linge sale" pour le départ en vacances de demain ...) Je crois que je dois cela en partie aux enfants : quand ils te demandent de coudre un pantalon de poupée ; tu veux bien leur faire plaisir (ils vont jouer avec passionnément tout l'après-midi, mais pas plus) mais pas y passer la soirée !

Enfin, la fameuse "to-do list" est une chose que je n'ai commencé à faire que récemment et qui me plait bien. En effet, avant je subissais toujours le syndrôme de "fin d'ouvrage" : après avoir passé du temps et du soin sur une réalisation, j'avais toujours un gouffre de plusieurs jours d'incertitudes sur le projet suivant (lequel est prioritaire parmi toutes les possibilités ? avec quel tissu ?). Maintenant, je prend la ligne suivante sur ma liste et j’enchaîne sans tergiverser (=perte de temps d'où frustration).

Merci Claire! La prochaine fois, nous retrouverons la Fabutineuse qui a accepté de nous révéler quelques uns de ses secrets.

3 commentaires:

  1. Je constate que avec une famille nombreuse (comme chez nous) on trouve des petits moments de ci de là, et on arrive finalement à s'arranger des brouhahas des enfants environnants pour bricoler. Si on devait attendre la maison silencieuse il n'y aurait pas beaucoup de choses de faites :)
    J'aime beaucoup découvrir les façon de faire des autres c'est vraiment sympa !

    RépondreSupprimer
  2. Même compo de famille et même pièce, mêmes instants grappillés et optimisés, mais malheureusement pas les mêmes chaussons :-)

    RépondreSupprimer
  3. Merci Isabelle !
    C'est tjs intéressant de savoir comment les autres faont, et quand c Claire alias PApelhilo ! Bravo à elle que j'admire bcp ! Sa pièce "bazar" est superbe !

    RépondreSupprimer