jeudi 31 décembre 2015

Nos jours heureux : la valse de décembre

En décembre, nous sommes allés de découvertes en apprentissages:


* Pour et par le boulot, j'ai passé un moment à apprendre à programmer Nao, le robot rigolo d'Aldebaran ( et j'ai adoré)


* Nous sommes allés passer une journée au Centre national de la Mer, Nausicaa, à Boulogne sur Mer



* Nous avons fêté Noël plusieurs fois


* Nous avons assisté au spectacle féérique La voie de l'écuyer, à l'Académie Equestre de Versailles

* Nous sommes partis quelques jours à Bruges, dans le cadre d'un échange de maison.

* Nous avons choisi et reçu nos graines Kokopeli. 


mardi 29 décembre 2015

Les mains dans l'argile : toi, nous et la leucémie #46

Les ultimes examens approchent. 
Myma est venue vivre avec nous, partager l’angoissante attente des résultats. Elle est venue, chargée de petits présents et d’authentique espoir, d’avions miniatures bruyants et de crayons variés.
Popa et Moma sont pendus au téléphone, depuis le Japon où ils séjournent.
Papa se charge d’un premier jour d’examen.
Je me charge du second, échographies et scanners.

Toi et moi sommes assis sur le lit d’examen. 
Nous attendons le radiologue quand j’entends un bruit étrange, une sorte de vrombissement étouffé.
Tu me demandes si nos jeux ont cassé la machine. Nous nous tenons cois, bien ennuyés. Quand on nous laisse partir, tous les examens pratiqués, je soulève mon sac et le bruit cesse. On pose mon sac à nouveau, le bruit recommence, se faufile à travers le rabat. C’est ton avion, ton avion miniature qui met les gaz et cherche à fuir.

On nous avait annoncé des résultats sous 24 heures. 
Les 24 heures s’écoulent, visqueuses, collantes, sans fin, sans qu’aucune nouvelle ne mette fin à cette attente.
Papa et moi nous consultons, nous nous enfermons dans notre chambre. Je préfère que ce soit Papa qui appelle. Demander les résultats est trop dur pour moi. Affronter les quelques secondes de silence avant l’annonce du résultat me terrifie.
Papa appelle : les résultats ne seront disponibles que le lendemain. Nous supputons, émettons des hypothèses. Notre expérience nous souffle que toute attente supplémentaire est suspecte.
Nous nous composons un visage aussi joyeux que possible et sortons de la chambre.


Il faut attendre, nous disons à Myma.
Il faut attendre, nous écrivons à Popa et Moma.

Le lendemain, la même scène se reproduit. Cette fois-ci, n’y tenant plus, Papa et moi annonçons que nous nous rendons à l’hôpital pour, au moins, obtenir une explication sur ce retard.
C’est un vendredi et nous ne voulons pas affronter les affres d’un week end sans certitudes.
A ce stade-là, ce qui nous importe est de savoir. 
Bonne ou mauvaise, nous affronterons la nouvelle.
Nous partons, main dans la main, l’un soutenant l’autre.

A mi-chemin, le téléphone vibre. C’est le numéro de l’hôpital. Papa décroche. C’est la stagiaire du service
« c’est bon «  dit-elle
Qu’est ce qui est bon, demandons-nous
Les résultats sont bons.
Et elle raccroche. Nous sommes silencieux. Une colère froide nous dévore.

26 mois de cauchemar se terminent, sans autre formalisme.

lundi 28 décembre 2015

730 jours de yoga - l'expérience pimentée du yoga massala

Alors que nous sommes déjà à mi-chemin de notre deuxième année de yoga quotidien, nous cherchons des alternatives à nos DVD préférés.

photo yoginspiration.co

Une alternative identifiée est le site Yoga Massala qui propose des cours en ligne.

Les + :
-          Des formules simples : abonnement mensuel (9,95€) ou abonnement annuel (XX)
-          Un moteur de recherche pour faire son choix entre les très nombreux cours disponibles
-          Accessible partout, tout le temps, à condition d’avoir du wifi
-          Des postures Ashtanga vraiment chouettes, du niveau débutant au niveau avancé

Les - :
-          Les titres des cours sont peu explicites
-          Il arrive que la voix off ne corresponde pas aux postures
-          Parfois la posture n’est faite que d’un coté…

-          Pour la formule mensuelle, il n’y a aucune indication sur la manière d’interrompre l’abonnement. Les mails au contact me sont revenus ; il m'a fallu 3 appels pour avoir une personne ...qui m'a sèchement envoyé voir mon compte paypal, bref une expérience client exécrable

jeudi 24 décembre 2015

Collection automne hiver 2015-2016 - une robe de fête

Aujourd'hui, 24 décembre, je travaille. Puis je filerai rejoindre mes 3 hommes, ainsi que mes parents, chez mon frère et sa famille pour fêter Noël. Pour réussir ce grand écart, il me fallait  la parfaite petite robe noire...


Plus sérieusement, j'avais dans ma garde-robe une chouette robe noire fluide Lola, qui a fini par perdre un peu de sa belle couleur noire  (en même temps, je dois la porter depuis mes 18 ou 19 ans, soit 20 ans, argh) et que je voulais remplacer.

Le kit Tuxedo des Modelières semblait parfaitement répondre à ce besoin. 
En plus, les Modelières,  c'est une entreprise voisine ( elle est installée à Poissy, soit à quelques kilomètres de chez moi) et Alice choisit avec minutie ses tissus, qui sont pour la majorité certifiés Oeko -tex.
Celui-ci, une viscose haut de gamme, ne fait pas exception : il est tissé et teint en Alsace et est certifié Oeko-tex. Il peut être utilisé sur sa face satinée comme sur sa face de crêpe.
Le patron est, quant à lui, imprimé à vos propres mensurations.


Ayant déja fait une version non officielle (en denim), j'ai pris quelques libertés avec cette robe.
Je n'ai pas posé de fermeture éclair, le tissu étant bien élastique.
Je n'ai pas posé l'empiècement qui souligne la taille, parce que je préférais une robe plus sobre.
Et j'ai rajouté quelques centimètres de longueur car je trouvais la précédente bien courte!


La couture a été un peu compliquée:
- j'ai appelé Alice au secours pour savoir quel type d'aiguille et de point utiliser ( c'était ma première expérience de viscose)
- le tissu est quand même un fuyant, avec sa face satinée.
Mais le livret d'explications est très complet et les vidéos très didactiques.


N'ayant pas de miroir dans ma maison en chantier, je me fie aux indications d'Amaury sur les longueurs, le seyant, les ourlets, ce qui est quand même une grande preuve de confiance et d'amour (des 2 cotés, bien sûr ;-)). Je verrai donc à l'usage si la longueur de cette robe me convient...

Je souhaite une longue vie à ma robe Tuxedo et remercie Alice, de m'avoir offert ce si chouette kit!
Et je vous souhaite un joyeux Noël!

mardi 22 décembre 2015

A l'épreuve du quotidien : collection automne-hiver 2015-2016 - Nuage, la robe

Cette année, un mardi sur deux, vous retrouverez un article intitulé " à l'épreuve du quotidien" qui étudiera la portabilité réelle des pièces cousues et présentées ici, une sorte de POC ( proof of concept) appliqué à la couture.


Héhé, aujourd'hui, c'est "Nuage, la robe" qui est dans le collimateur.
Ici, sur le blog, lors de sa présentation le 15 octobre 2015.

Et à l'épreuve du quotidien :




lundi 21 décembre 2015

Toi + moi + tous ceux qui le veulent : les actus du zéro déchet

Parce que nous sommes plus nombreux qu'on le croit, voila plein de nouvelles du zéro déchet et d'autres sujets liées au respect de l'environnement.

Tout d'abord, un utile petit guide du zéro déchet, issu du blog Toute seule comme une grande


Ouverture très médiatisée du magasin Biocoop 21, magasin éphémère qui vend du vrac et seulement du vrac. Et j'en profite pour rappeler qu'une chaine d'épicerie nommée Day by Day, a déja 6 magasins de vrac en France 

Un article inspirant sur San Francisco et sa politique Zéro déchet

Et, avez-vous ce joli reportage, intitulé graines de rebelles, qui est passé en octobre 2015 sur France 2:
http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/13h15/13h15-du-samedi-3-octobre-2015_1101025.html

samedi 19 décembre 2015

Noël fait-main : un ensemble douillet pour Elyse

Pour ma nièce et filleule, surnommée Cracotte par sa grande sœur, pour sa capacité à faire craquer tout le monde, j'ai cousu un ensemble douillet.


Je suis allée piocher dans un vieux numéro Ottobre, le Ottobre Winter 2004, et j'y ai trouvé un chouette legging et une jolie robe évasée.
Aucune difficulté autre que celle liée à la couture du jersey.


Le jersey à motifs est un jersey dont l'intérieur est gratté pour plus de confort.
Je l'ai cousu en 9 mois pour une Cracotte de 7.

C'est la dernière ligne droite : joyeux préparatifs de vos fêtes de fin d'année!




jeudi 17 décembre 2015

Collection automne-hiver 2015-2016 : quartz- une jupe Alameda (bis)

Forte du succès de ma jupe tabac, j'ai réitéré! Je vous présente donc aujourd'hui une jupe cousue à partir du patron injustement méconnu, le patron Alameda de Pauline Alice.


Cette fois-ci, j'ai voulu tester cette jupe en ôtant le volant
Quel intérêt, me direz-vous, puisque c'est ce qui fait son originalité? Et bien, 1/ mon coupon de maille Milano grise était riquiqui et ne permettait pas de couper un volant, 2/ je travaille dans un milieu dont le code vestimentaire est formel à très formel donc je me suis dit qu'une jupe grise serait plus fréquemment mise.


Les modifications sont les mêmes que sur la jupe tabac, présentée la semaine dernière.
Et mon appréciation sur cette jupe est confirmée, à savoir qu'il s'agit d'un très chouette patron.


D'ailleurs, je me demande si je ne vais pas coudre le top, pour l'été prochain...

D'ici là, retrouvons la traditionnelle photo floue ;-)



mardi 15 décembre 2015

Les mains dans l'argile: toi, nous et la leucémie #45

Et puis vient le jour de la dernière injection de chimiothérapie, vingt-cinq mois ou presque, après la première. 25 mois, soit la moitié de ta vie.

Je suis rentrée ce vendredi-là, le cœur léger à l’idée de partir en vacances. J’ai franchi le seuil et ton papa m’a dit:
Il ne s’est pas réveillé aujourd’hui.

La terreur m’a aspiré. Je me suis agenouillée à ton chevet.
Nous avons appelé l’hôpital. Ton cœur battait doucement. Ils nous ont recommandé la patience.

Gautier, Papa et moi avons regardé la nuit s’étendre. On posait, délicatement, nos mains sur ta cage thoracique. Et on se repaissait de son lent mouvement. On approchait nos oreilles de ta bouche et ton souffle nous emplissait d’espoir.
Nous avons fini par croire que la nuit serait sans fin, que le jour jamais ne se lèverait, que tu ne t’éveillerais plus.
Et puis, inéluctable, le jour est revenu. Tu as ouvert un œil, puis deux, et tu as demandé pourquoi nous n’étions pas à la mer.

Nous sommes donc partis, le cœur en bandoulière et le cerveau en alerte.
Tu titubais en proie à des nausées terrifiantes. Tu te tordais et tu vomissais, violemment, sans répit. Tes os te lançaient.
Nous étions terrifiés. L’équipe soignante, par téléphone, a lancé, nonchalante, « possible réaction de désintoxication de son corps. Il est habitué à recevoir des doses de chimiothérapie chaque jour ».
Nous sommes allés, péniblement, jusqu’à la plage.

La nuit, allongée tout contre toi, mon cerveau développait de terribles scenarii de rechute. J’exhortais, à voix basse, ton corps à prendre le dessus, à gagner la bataille.

Cette semaine nous a laissé un goût amer.

lundi 14 décembre 2015

Ma poubelle & moi #6 - les déchets actifs

Le déchet actif est une de des idées que j’ai préférées dans le livre Zéro déchet de Béa Johnson. L’idée est de faire de chaque déchet qui vous reste sur les bras ( ni réutilisable, ni recyclable, ni compostable), un levier de changement. 



Pour cela, il suffit de le rapporter à la boutique où vous l’avez acheté ou de le renvoyer au fabricant avec une lettre demandant qu’il soit repris et recycler.

Ainsi, j’ai écrit à houra.fr, qui est le site sur lequel je fais mes courses, pour leur dire que j’appréciais beaucoup leur offre bio et les sacs en papier recyclé qui contiennent mes courses mais beaucoup moins le papier bulle dont ils usent et abusent. J’ai eu l’agréable surprise de recevoir quelques heures plus tard une réponse du responsable de la plateforme logistique me proposant de reprendre, d’une livraison sur l’autre, les emballages plastiques et s’engageant à s’en resservir.
Même question à tousprimeurs.com, site qui livre des paniers bio au bureau d'Amaury.Et même réponse de leur part!

Face au monceau de baskets usagées que nous avons chez nous, j’ai écrit à Décathlon pour leur demander de reprendre et de recycler les baskets usagés. Et là, j’ai eu une réponse de politesse m’incitant à me rapprocher du magasin le plus proche. 
J’ai été très déçue par la réponse de cette enseigne, que je trouve novatrice à plein d’égards. J’ai donc décidé d’écrire au siège, directement, et non, via le site internet… 
Plus de 6 semaines, le siège, département Développement Durable, ne m'a pas répondu, ce qui ne donne pas envie du tout d'aller acheter une paire neuve...

Dans le même esprit, j'ai récemment appris que les frais de port des catalogues/ prospectus/ publications publicitaires nominatives comprenaient les éventuels frais de retour. Donc je n'ai plus de scrupules, je barre mon adresse, mentionne "retour à l'expéditeur" et glisse l'ensemble dans la boite aux lettres la plus proche. Ce n'est pas la panacée en termes d'empreinte carbone mais c'est assez radical : au bout de 2-3 courriers renvoyés, on m'a retiré des fichiers!

J'ai eu une discussion l'autre jour avec une personne qui m'a dit " tu ne fais pas du zéro déchet : tu renvoies tes ordures à d'autres".
Je partage ce constat mais je suis aussi convaincue que les industriels et les distributeurs ne bougeront que si les clients se mobilisent et leur demandent des comptes quant aux emballages et autres catalogues...Et quoi de plus marquant que de leur renvoyer ce qui ne se recyclent pas?

A votre avis, quels sont nos leviers d'action? 

samedi 12 décembre 2015

Noël fait-main : une robe rose pour Emma

Ce Noël, pour ma nièce, il y a une petite robe toute simple :


Il s'agit d'une extrapolation du tee-shirt birthday fish (Ottobre 2013/3) qui est le modèle fétiche de mes garçons. Effectué cette fois-ci en allongeant les manches et casant une mini- jupe dans le reste de mon coupon.

Le tissu est l'incontournable " maille merveilleuse" de Mam'zelle fourmi.

jeudi 10 décembre 2015

Collection automne-hiver 2015- 2016 : Tabac - une jupe Alameda

Dans ma recherche de la jupe parfaite pour aller travailler, je me suis arrêtée sur le très joli, et finalement très méconnu, patron Alameda de Pauline Alice.


Une chouette amie et voisine, rencontrée grâce à ce blog, me l'avait offert et la version jupe me paraissait correspondre au cahier des charges, à savoir :
- une jupe plutôt droite
- à taille plutôt haute
- avec un soupçon d'originalité
- confortable et flatteuse.


Pour le confort, j'avais un doute, taille haute oblige. Je me suis donc dit qu'il fallait que je la couse dans un jersey épais, type Milano ou Ponte di Roma.
Ce qui tombait bien car je venais d'en acheter un coupon chez Modes et Travaux...



Pour adapter le patron au type de tissu, j'ai repris 2 bons centimètres sur les pièces des cotés ( mais pas sur les pièces centrales car je les trouvais très équilibrées) et j'ai fait une ceinture double tout simple.
J'ai raccourci le volant, un peu trop présent à mon goût. Et j'ai surpiqué toutes les pièces.


Et me voilà dotée d'une nouvelle jupe top et :
- seyante : 2,5/5. Dans la version suivante, j'ai encore rogné les pièces, du coup l'ajustement est parfait. ce qui n'est pas tout à fait le cas de celle-ci.
- polyvalente: 3/5. Une jupe, en maille, normalement, ça couvre plein de possibilités.
- compatible avec le reste de ma garde-robe: 3/5. Le tabac ne me va pas du tout au teint. Mais en jupe ou en pantalon, j'aime bien.
- confortable : 4/5. Cette jupe rate le 5 car elle est un peu lâche à la taille. Défaut bénin qui a été résolu dans le modèle suivant.



Et sur ma lancée, j'en ai cousu une deuxième, sans volant du tout, cette fois-ci.




mercredi 9 décembre 2015

A l'épreuve du quotidien : collection automne-hiver 2015-2016 : Houille, la robe

Cette année, un mardi sur deux, vous retrouverez un article intitulé " à l'épreuve du quotidien" qui étudiera la portabilité réelle des pièces cousues et présentées ici, une sorte de POC ( proof of concept) appliqué à la couture.


Aujourd'hui, nous oublierons pudiquement "Encore, le pantalon noir" publié le 1er octobre, à cause duquel j'ai failli mourir étouffée en ayant la riche idée de le porter au bureau une journée entière. Il a fini dans la caisse " à recycler", la faute à sa taille trop haute.


Et nous étudierons "Houille, la robe", ici lors de sa publication sur le blog le 8 octobre 2015.
Et à l'épreuve du quotidien, où elle se révèle un peu trop courte :



Chambray : une tunique pour Moma

Finalement, depuis mon dernier podcast, j'ai brouillé les pistes ...

Et j'ai cousu une robe/tunique pour ma maman. Qu'elle a reçue aujourd'hui, parce que c'est son anniversaire!


Il s'agit de la robe Paisley Print du dernier numéro d'Ottobre women (2015/5).
Elle est bleue, elle a des pois ( la robe/ tunique, pas ma maman) donc elle devrait être validée.
Je l'ai cousue en 38 et j'ai zappé la fermeture éclair. Parce que telle mère, telle fille, ma maman enfile ses robes par la tête. 
Et telle mère, telle fille, ma maman aime les formes sobres et intemporelles.
J'attends de voir la robe/tunique portée avant de la décalquer en 34 pour moi...


Le chambray est un chambray acheté au stoffenspectakel à Utrecht. Vendu comme du coton, j'émets un certain doute mais on va dire que c'est parce que mon néerlandais n'est pas "fluent".
Il est néanmoins fort joli et...fort léger.
Ce sera donc une robe de printemps !




lundi 7 décembre 2015

30 jours écrire son projet de vie (+ les questions!)

Quand nous sommes sortis de l’hôpital, à l’été 2013, nous avons été un temps désorientés par tous les possibles qui s’offraient à nous. Passés à l’essoreuse de l’hôpital, obligés d’accepter les choses comme elles se présentaient, nous souhaitions prendre le temps, de réfléchir à ce que nous souhaitions profondément, à l’orientation que nous voulions prendre à moyen/long terme.


La littérature Développement Personnel propose de multiples méthodes. 
Nous avons lu un certain nombre de livres consacrés à ce sujet dont notamment, « je dis(enfin)  oui à mon projet de vie » de Christophe Labarde (Eyrolles) et « Power patate » de Florence Servan-Schreiber. 
Et puis, les urgences de la vie quotidienne nous ont rattrapés.

Jusqu’à début Octobre où le magazine Flow proposait un livret intitulé  « 30 jours pour écrire ».  
Le cheminement proposé ressemblait beaucoup à ce que nous avions lu, le livret était là, joli, prêt à être compléter. Il prend en compte également les 5 regrets des personnes en fin de vie, popularisés par le livre The top five regrets of the dying de Bronnie Ware, infirmière australienne en soins palliatifs, à savoir:
1.       J’aurais aimé avoir eu le courage de vivre la vie que je voulais vraiment, pas celle que les autres attendaient de moi
2.       J’aurais du travailler moins
3.       J’aurais aimé avoir le courage de davantage exprimé mes sentiments
4.       J’aurais aimé garder le contact avec mes amis
5.       J’aurais aimé m’accorder un peu plus de bonheur.

Alors je me suis lancée jour après jour, semaine après semaine, en tâchant d’être totalement honnête (et, au fur et à mesure des prises de conscience, en me promettant de bruler ce cahier).


Au bout du livret :
-           j’ai « dé-couverte » des vérités profondes (et, parfois, dérangeantes).
-          Je me suis mise en mouvement pour résoudre des points pendants, pour renouer les liens avec des personnes importantes pour moi que le temps ou des désaccords avaient éloignées.
-          Je me suis réjouie de voir qu’à plein d’égards, j’étais sur la bonne voie.

Je ne compte pas changer de vie brutalement mais faire des premiers pas tous les jours, en gardant bien en vue mes vérités, mes objectifs.

Je suis curieuse de savoir si certaines d’entre vous ont fait l’exercice ? En avez-vous tiré des enseignements ?
Et si certain(e)s d'entre vous souhaitent que je leur envoie les 30 questions, laissez un commentaire!

edit 07/12/2015, fin d'après-midi:


·         En semaine 1, je décris ma situation actuelle.
Jour 1 : Qu’ai-je fait aujourd‘hui et que vais-je faire encore ?
Jour 2 : Quelles sont mes idées, mes questions, mes sentiments, mes préoccupations aujourd’hui ?
Jour 3 : je décris le rôle que je pense jouer dans la vie quotidienne ?
Jour 4 : Qui sont actuellement les personnes les plus importantes dans ma vie ?
Jour 5 : Qu’est ce qui m’enthousiasme ?
Jour 6 : Quels sont mes souhaits pour l’avenir ?
Jour 7 : Qu’est ce qui me pèse le plus en ce moment ?
·         En semaine 2, place à l’introspection. Je tourne mon regard vers moi
Jour 8 : D’où est-ce que je viens ? Je décris ma famille et mes origines.
Jour 9 : Quels sont les évènements les plus importants de ma vie ?
Jour 10 : Quels sont les sujets et les domaines qui comptent le plus pour moi ?
Jour 11 : De qui ou de quoi suis-je nostalgique. Pourquoi ?
Jour 12 : « je suis contente que ce soit terminé ». A propos de quel évènement ou de quelle phase de ma vie cette affirmation est-elle vraie ?
Jour 13 : Qu’est ce qui a le plus contribué à faire de moi la personne que je suis ?
Jour 14 : Qu’est ce qui m’a le plus empêché de devenir la personne que j’aurais voulu être
·         En semaine 3, je découvre mes possibilités. J’essaie d’être le plus concentré possible sur mes écrits.
Jour 15 : je décris le plus minutieusement possible mes souhaits pour l’avenir.
Jour 16 : A quoi ressemble ma journée idéale ? Qu’est ce que je fais ? Avec qui ?
Jour 17 : Que puis-je faire pour montrer aux gens qui me sont chers que je tiens à eux ?
Jour 18 : Que puis-je faire pour terminer les choses du passé qui ne me semblent pas complètement achevées ?
Jour 19 : Que me manque-t-il pour réaliser mes plus grands rêves ?
Jour 20 : Qu’est ce qui m’arrête ? Comment puis-je changer cela ?
Jour 21 : Je décris mes plus grands succès dans la vie, en expliquant ce qui fait que je les considère comme tels.
·         En semaine 4, je passe aux choses concrètes. Je me sers des questions pour élaborer des projets.
Jour 22 : Dans quel domaine de la vie se situe le rêve que je souhaite à tout prix réaliser ?
Jour 23 : Je décris mon rêve- qui est à présent- un projet le plus précisément possible
Jour 24 : Quel est le délai que je m’accorde pour réaliser ce projet ? Pourquoi ?
Jour 25 Que dois-je moi-même faire pour atteindre ce but ?
Jour 26 : comment d’autres personnes pourraient-elles m’aider ? Comment puis-je les y amener ?
Jour 28 : je fais un résumé de tout ce que j’ai écrit pendant ces 4 semaines. Il peut prendre la forme d’une lettre.
Jour 29 : j’envisage de ne plus jamais faire certaines choses. J’en inscris au moins 5 et j’ajoute pour chacune une petite explication.
Jour 30 : je planifie les 5 prochaines semaines. Que vais-je faire ? Que vais-je terminer ? Que vais-je recommencer ?
 

samedi 5 décembre 2015

Osons! Signez la pétition

Il est encore temps de signer la pétition (et de regarder cet étrange objet filmé ;-))

jeudi 3 décembre 2015

Collection automne-hiver 2015-2016 : schiste - le gilet

Voila plusieurs saisons que le gilet en maille à grands pans est partout. Il y a en avait d’ailleurs un modèle dans le magazine Ottobre Woman 2015/2.


J’ai tablé sur un modèle plus ancien (mais déjà décalqué ;-)) : le gilet Romantic Touch présent dans le Ottobre 5/2012, simplement raccourci pour arriver à la taille.


Coupé dans un jersey très lourd, laine et polyester, c’est de la couture efficace. En 2 heures, j’avais un nouveau gilet gris, élément indispensable dans ma garde-robe. 
J’avais imaginé un temps lui adjoindre des coudières noires, que j’ai coupées, ourlées, épinglées avant de tout enlever, ou des empiècements contrastants aux épaules avant de tout enlever aussi. Basique gilet il était, basique gilet il restera.


Du coup, je réfléchis à en couper un ou deux de plus dans d’autres coupons.

mardi 1 décembre 2015

Les mains dans l'argile : toi, nous et la leucémie # 44

2012 commence, blafard. 
Nous ne formulons aucun vœu mais, bien enfouie, cachée au plus profond de nous, il y a une lueur d’espérance, l’espoir que cette année voit la fin de ton calvaire.

Nous partageons notre chambre avec Younes et sa maman.
Vous comparez les sucreries et petits présents que les laboratoires d’analyses médicales vous offrent semaine après semaine.
Younès me prend à parti :
Tu sais, ils n’offrent jamais de cadeau à Maman. Enfin, sauf une fois, et il était trop nul. C’était le premier jour et ils lui ont offert des mouchoirs.
Et vous deux, de vous esclaffer bruyamment.
Et nous deux d’échanger un long regard d’empathie, de connivence et de compréhension.

Ce printemps, nous assistons à l’installation des mains de céramique sur le rond-point.
A ce moment-là, il est couvert de calicots déchirants, bombés maladroitement de messages d’espoir
« Mélissa, bats-toi », et tournés vers les baies vitrées de l’unité stérile.

Nous piétinons, un peu, les plates-bandes, et observons les mains. Et nous finissons par en identifier une, celle de Popa, puis une autre, la mienne. Pas de trace de la tienne. 
On décide d’y voir un heureux présage.

Calendrier 2015 - décembre


lundi 30 novembre 2015

Ma poubelle & moi #5 : notre lessive maison

Dans notre démarche de simplification, nous avons essayé la lessive maison.


Nous avions déja abandonner l'adoucissant et opter pour des lessives Ecocert et vendus en poche rechargeable. Nous avons essayé le mois dernier la lessive maison.


Pour un litre de lessive, il vous faut :
1 flacon en verre avec un bouchon qui se visse
50 g de paillettes de savon de Marseille
1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude
1 litre d'eau
Quelques gouttes d'huile essentielle( de lavande, chez nous, pour ses vertus anti-mites)

Faites bouillir l'eau/ Ajoutez les paillettes de savon et le bicarbonate en fouettant bien le mélange pour éviter les grumeaux/ Ajoutez l'huile essentielle/ Embouteillez

Les +:
*C'est très rapide et très simple à fabriquer
*C'est vraiment très très économique
*C'est facile d'utilisation
*C'est efficace
* Cela génère très peu de déchet : la bouteille de verre est réutilisable, le sachet de paillettes de savon est en papier ainsi que le carton du bicarbonate de soude. L'huile essentielle est dans un flacon de verre également. Ne reste que son emballage métallique....Quelqu'un sait quoi en faire?

Les -:
* S'il fait frais dans votre maison, cette lessive fige et devient inutilisable...enfin jusqu'à l'été suivant!

Encore une fois, essayer, c'est l'adopter!
;-)

samedi 28 novembre 2015

Nos jours heureux - novembre

Il y a quelques mois, j'avais lu un très bel article dans Happinez, qui disait en substance, qu'il faut aimer l'hiver et sa désolation car c'est en hiver que le printemps se prépare. 




Et qui suggérait de prendre ce temps comme un temps de maturation, un temps où l'on pourrait semer des graines de découverte ou de nouvelles habitudes..
Amaury et moi avions trouver l'image très juste et l'idée très belle. Alors, ce mois-ci, nous avons planté des graines...
Avec d'autant plus d'énergie et d'enthousiasme que Novembre a été sombre et particulièrement désolé.



* tout début novembre, nous avons fait un saut à Lyon, récupérer les enfants. Amaury en a profité pour caler un tennis avec un ami (notre ex-voisin) et nous avons fait une sortie géo-caching avec les garçons.



* il y a eu le cadeau de ce mercredi 11 novembre, tous les 4. Et une graine de semer, en partant à la découverte du magnifique musée de l'archéologie de Saint Germain en Laye




*il y a eu la Baie de Somme, bien sûr. Merveilleuse en toutes saisons, une graine de lancer pour l'amour et le respect de la nature.

*des graines semées à la volée, avec ces échanges de compétences et de jolies discussions (notamment sur le zéro déchet) lors d'un ACNI (atelier de création non identifié) organisée mon amie et voisine Isa.

*il y a la promesse de lointains voyages avec la confection de nos passeports.

(et dire que j'étais persuadée d'avoir tiré une ligne droite...)
* il y a eu la préparation du potager ( et le recyclage de lattes de parquets, enlevées lors de notre chantier) et l'utilisation d'une année de compost, ce qui a enchanté Amaury!



* il y a eu de l'affection et des fou-rires avec ce déjeuner chez mon frère.

* il y a le début des préparatifs de Noël.

* Et au boulot, des graines de lancer pour changer l'Entreprise et le Travail ( avec des majuscules, parce qu'il s'agit des principes ;-))