mercredi 31 décembre 2014

Un rêve de potager #4 : faire pousser des pépins - le match raisin/citron

Héhé, depuis que Gautier a découvert que les pépins faisaient des arbres, il rentre tous les jours les mains pleines de pépins de pomme, de pépins de poires, de pépins de raisins, de pépins de citrouille, de pépins de mandarine, de pépins d'oranges...Bref, il a bien fallu qu'on essaie la pépinière de pépins!


extrait du livre vintage Jardiner sans maman ( mon propre exemplaire de petite fille)

Etape 1: faire tremper ses pépins. Ca les ramollit et facilite la germination


Etape 2: planter et attendre sans se lasser. Nous avons une pousse au bout de 10 semaines, au moment où nous ne savions qu'est ce qui était planté où.

Etape 3 : rempoter et attendre encore.
Et pour l'instant, nous attendons toujours...

lundi 29 décembre 2014

Lathelize, jour après jour - décembre 2014


Blouse Mary Poppins et veste 50 nuances/ tunique ethnique et gilet warmly wrapped


Slim La Redoute, blouse Mary Poppins et veste Pantone/ sweat Padma ( publication à venir)


 Robe Chrysanthème, gilet cacao ( publication à venir)/ Jupe 50 nuances de gris, pull Max Mara


Juste une petite jupe noire, tunique ethnique et cache-coeur/ robe sangria et cache-coeur


Pantalon velours, tee-shirt Petit Bateau et veste Suppléments d'âme/ varobe, GRR tricoté par Aurélia et snood tricoté par mon amie Anne.

Robe les 2 font la paire, cache-coeur/ robe feu d'artifices (publication à venir)

Robe dentelle et veste en tweed Zara

samedi 27 décembre 2014

Art journal 2014 - dernière!

Voila les dernières pages de 2014 et sans doute, les derniers pages avant quelques mois, avant sans doute notre prochain voyage ( les Pays-Bas fin avril). Comme j'ai très envie de progresser , je me lance un défi gravure pour les 52 prochaines semaines (il y aura quelques jokers car 2015 s'annonce mouvementée) . Et vous savez quoi? Je suis accompagnée par Chloé ( dansmapetiteroulotte.eklablog.fr). Vous voulez vous joindre à nous? Si c'est le cas, laissez un commentaire.

Aquarelle d'un arbrisseau rachitique à proximité de chez nous/essai de lino pour le défi 2015

Et réalisations des derniers jours de novembre, un tampon dans l'esprit des broderies slaves.

vendredi 26 décembre 2014

Bouquinons #59

J'ai trouvé Une question d'age remarquable et...dérangeant. Il s'agit d'un témoignage sur l'adoption et plus largement sur l'amour filial et les difficultés de l'adolescence. Un couple d'universitaires parisiens décide d'adopter un enfant d'Amérique du Sud ( elle a 10 ans de plus que lui et a déjà une fille presque adolescente). S'ensuit un parcours du combattant pour obtenir l'agrément, des années de bonheur et une adolescence pour le moins chaotique. La descente aux enfers de ces parents, plein de bonne volonté et de bons sentiments, est glaçante. L'impuissance et le trop plein d'amour, l'amour et le désarroi : c'est un chouette livre, marquant et portant à réflexion.

Les roses de Guernesey m'a ramené sur les îles anglo-normandes, que nous avons tant apprécié cet été. C'est un roman agréable qui balaie l'histoire de l'occupation de ces îles pendant la seconde guerre mondiale.
On passe un bon moment.

J'ai beaucoup aimé Divan, qui comme son nom l'indique est le récit d'une psychanalyse. C'est un livre distancié et plein d'humour qui couvre 3 années de la vie d'une femme, mariée puis adultère puis divorcée.
C'est un livre positif et bienveillant, qui questionne l'identité féminine et les aspirations au bonheur, un livre dont le style pétillant m'a rappelé les beaux romans de Lucia Etxebarria. C'est un livre à offrir aux amies qui traversent des périodes de turbulence!

La bibliothécaire du rayon Jeunes Adultes m'a demandé de lire L'amour pirate, un roman qui se passe dans le Paris du début des années 1960. J'ai trouvé le style très daté, oscillant entre l'ampoulé et le prétentieux, comme si le livre a été effectivement écrit dans ces années là. Et l'histoire assez ennuyeuse également. Pour la description de ces années trouble, je recommande plutôt le cercle des incorrigibles optimistes.

 Je me suis lancée dans le roman de Bergen, grande saga norvégienne en 6 tomes. Le premier tome commence à l'aube du 1er janvier 1900 avec le meurtre d'un des notables de la ville. Il a beau être assez épais, on ne s'ennuie pas une seconde. J'ai aimé la description du Bergen du début du siècle, et de la sauvage et très rurale Norvège. J'ai analysé et émis des hypothèses sur le meurtrier du consul, j'ai suivi les travaux de modernisation de la ville et l'arrivée du tramway...
A recommander aux amateurs de littérature scandinave.

jeudi 25 décembre 2014

Sophie, la petite robe modèle

Gautier enchaîne les anniversaires. Et moi, j'enchaîne les projets couture pour les filles ( pour les petits gars, je file acheter des stickers, toupies ou autres l*gos).


Pour Sophie, 5 ans, j'ai opté pour la robe qui tourne du livre japonais Vêtements Faciles pour filles et garçons ( livre 329 pour les JCA). Je l'ai déjà cousu à 3 ou 4 reprises et c'est toujours un succès.


mardi 23 décembre 2014

Les mains dans l'argile : toi, nous et la leucémie #20

Cet été-là, nous partageons la chambre de Noah.
Noah vient de la Drôme. Il met plusieurs heures en taxi pour atteindre l’hôpital. L’A6 se charge au fil de l’été et Noah met alors jusqu’à 7 heures pour venir. Pour être présent à l’hôpital pour un traitement à 9 heures du matin, lui et sa maman se lèvent aux petites heures de la nuit. Ils titubent et s’affaissent dans le taxi.

Noah est joyeux. Noah est tendre et attentionné avec toi. Noah a le plus beau sourire du monde.
Vous jouez au Uno, vous regardez des films, vous chuchotez et quand l’un ou l’autre a enfin le droit de quitter l’hôpital, vous sanglotez et vous vous dites longuement au-revoir.
A un moment, ce devait être en juillet, il faisait terriblement chaud dans l’hôpital non-climatisé. La climatisation est vecteur de bactéries et donc inconcevable en milieu protégé, plus encore en milieu stérile.
L’après-midi est particulièrement difficile à supporter dans un hôpital tout de verre. On somnole, on s’affaisse, on cherche le courant d’air inexistant.
L’état de Noah se dégrade brusquement. En quelques heures, sa fièvre bondit tandis qu’il plonge dans une léthargie totale.
On l’installe dans une chambre individuelle.
Plusieurs fois par jour, je frappe, mets une charlotte et une blouse stérile et vais dire quelques mots à sa maman.
Les jours passent.
Elle a rendez-vous dans le petit bureau du fond du couloir. Chaque parent à  l’étage le sait.
Il ne fait pas bon être invité dans cette salle. Le secret médical n’a pas vraiment cours dans ce service. Les progrès, les traitements, les petits bobos et les effets secondaires des uns sont évoqués librement dans les chambres doubles. Etre invité dans une salle fermée est synonyme de nouvelles horribles, de nouvelles non-communicables devant une tierce personne.
Alors on tremble. Et au plus secret de soi, on se réjouit de ne pas être concernée. Pour cette fois-ci.

J’attends dans les toilettes les plus proches qu’elle sorte.
Et quand la porte s’ouvre et qu’elle s’agrippe à moi en gémissant, c’est la fin de l’innocence. Je n’oublierai jamais la force avec laquelle elle m’a serrée, le désespoir avec lequel elle a caché son visage dans mon cou. On est restées dans les bras l’une de l’autre, à l’abri du monde, derrière la porte des toilettes. Tant que nous restons là, la réalité n’existe pas.
A un moment, elle s'est mouché, a souri bravement et est sortie. Noah a été transféré en réanimation, dans un autre hôpital.
Et depuis, chaque distributeur d’essuie-main automatique en motion me ramène à ce jour-là.


lundi 22 décembre 2014

Du fil et des aiguilles - un aperçu de mes envies de couture pour l'hiver

Je poursuis la construction d'une garde-robe un peu plus formelle, car après une phase où j'ai passé beaucoup de temps sur le terrain, je multiplie ces temps-ci les réunions et les groupes de travail à l'uniforme très codifié. Et je mets en pratique les enseignements tirés du Wearability Project et ma bonne résolution d'acheter peu de tissu mais d'excellente qualité.



Inspiré par un tableau de Vuillard et répondant au besoin de remplacer ma petite jupe noire quotidienne, je voudrais un ensemble combinant jupe crayon à taille haute ( la jupe hôtesse du livre Un été Couture) et un haut Orchidée (haut liliane du même livre).


Un autre tableau de Vuillard et une envie de robe facile à porter m'ont conduit à une robe au motif japonisant ( mauvais point : j'ai choisi un joli tissu qui dormait dans mon placard mais de piètre qualité). Le patron utilisé sera un patron rétro Pucci pour Vogue, déja testé il y a quelques années et validé.


Ensuite, j'avais très envie d'une jupe en daim mais compte-tenu 1/ du fait que nous sommes (quasiment) végétariens, 2/ du coût exorbitant d'un tel caprice, je me suis dit que c'était probablement l'occasion de faire un sort au reste de coupon de suédine que j'avais dans mes réserves. Pas de patron en vue, toutes les jupes vues dans les boutiques avait une simple taille élastiquée.


Il manque indubitablement dans ma garde-robe quelques petits hauts vaporeux, caracos ou camisoles, parfaits pour glisser sous un gilet fin ou sous une veste. Je suis revenue pour l'occasion à mon premier livre de couture Everyday Hauts et Camisoles, qui propose quelques modèles charmants et en taille riquiqui, ainsi que vers un patron rétro, déja testé et validé en chemise de nuit.


Réalisation : http://www .christelleben.blogspot.com
En bonus, je voudrais coudre une veste pour ma Maman, le haut de la veste longue à découpes, modèle 18 Groovy Ramie, du Ottobre Women 2013/2.

Et puis encore, quelques hauts pour le yoga : sans doute le débardeur du livre Mes indispensables en maille et un haut à manches longues à partir de la robe Ginger de Maison Victor.

Et peut-être une jupe en brocart ( coupon trouvé sur le trottoir!) pour Noël, etc... d'après un patron Vogue.

Et vous, des plans couture pour l'hiver?

samedi 20 décembre 2014

Les oranges de Noël

Avec mes garçons, nous avons décoré des oranges de clous de girofle. C'est une activité facile et rapide, très efficace avec les plus petits.


vendredi 19 décembre 2014

Comme des broderies : les étiquettes de Noël

Vite gravées, vite imprimées, des étiquettes de Noël, également déclinées en cartons pour indiquer les places assises le jour du réveillon.


L'inspiration vient des broderies slaves traditionnelles. J'en ai imprimé quelques-unes sur mon journal créatif ( histoire d'avoir réalisé quelques pages en décembre ;-))

jeudi 18 décembre 2014

Calendrier 2015 - à gagner

Les cogitations pour le calendrier de l'année à venir commencent souvent au creux du mois d'août, sur les chemins caillouteux de mes chères montagnes. Les kilomètres passent et mes idées s'éclaircissent.


Pour 2015, j'ai voulu un format modeste (A5) et un design épuré.
J'avais envie d'un peu de calligraphie, de vide et de plein.


J'ai fait un dessin, très simple, pour chaque mois et je l'ai évidé, comme pour en faire un pochoir.
Et j'y ai ajouté un zeste de calligraphie pour le mois.


Comme chaque année, j'en ai quelques-uns à donner (6 très exactement)
Laissez un commentaire ci-dessous en me laissant votre adresse mail ; vous le recevrez première quinzaine de janvier!

mercredi 17 décembre 2014

365 jours de yoga - l'ensemble Prana

Conséquence logique de ma pratique quotidienne du yoga, il a fallu que je me couse quelques tenues supplémentaires. Ou comment allier plaisir et ...plaisir.


Dans ma vieille maison, il fait plutôt frisquet et le fait que je pratique le soir, quand la chaudière s'éteint et les pieds nus, renforce cette impression.
Donc il me fallait un sweat douillet.
J'avais justement un très joli coupon de jersey de coton interlock ( gratté et douillet) dans une couleur radieuse.
Et puis j'avais envie de tester à nouveau le patron Lekala 5668 avec son joli décolleté dans le dos.



Et puis une fois, les premiers enchaînements faits, j'ai souvent chaud, très chaud.
Et j'aime bien avoir les épaules dégagées pour mieux appréhender les postures d'inversion ou plus sportives.
J'avais très envie de refaire le débardeur au dos nageur du chouette livre Mes indispensables en maille.



L'ensemble devait pouvoir se superposer et être assez près du corps pour ne pas me tomber sur la tête à la première salutation au soleil. Et puis assez long aussi parce que j'ai horreur d'avoir froid au nombril!


Le jersey du débardeur orné de plumes et d'oiseaux m'a donné des envies de broderie.
Et m'a soufflé le nom de cette combinaison : Prana, la respiration  ou l'énergie en sanskrit
J'ai redessiné le décolleté dos du sweat pour le réduire. J'ai enlevé les liens du dos également.
J'ai soigné les finitions et brodé des plumes avec soin ( dans le TGV face à un homme qui en a été interloqué et n'a pas laché mon aiguille du regard pendant deux heures et demi, à tel point que je me suis demandé si tenir son aiguille entre les dents le temps de découper son fil était aguicheur...)

Avec l'idée de le porter hors pratique sportive éventuellement...


Le dos du débardeur est en deux parties pour le faire rentrer dans un tout petit reste de jersey. On ne le voit pas mais j'avais prévu un biais encolure un peu plus long pour prévoir un petit nœud au milieu du dos.

Je vous passe les difficultés de prendre des photos de yoga toute seule avec le déclencheur ;-)


mardi 16 décembre 2014

Cypress - Pantone #18-0322 : des gravures

En harmonie avec le vert du sapin de Noël, une série de gravures dans un vert un peu plus foncé que le vert cyprès. 

Un peu de nature dans la maison. 

Des cadeaux de dernière minute éventuellement.



Des pois de senteur, mono et bicolores.


des centaurées


Impressions botaniques


Physalis


des chardons mono ou bicolores


Impressions botaniques bis.


Bonsaï.


Impressions botaniques ter.


Pois de senteur monocolore.