jeudi 21 juillet 2016

Entre Tennessee et Karelie - une robe brodée

Je continue l'exploration du magazine Ottobre women 2014/2, qui est remarquable de qualité. J'ai déja cousu la robe wax ici, le short là, et j'ai bien l'intention de coudre encore le blazer comme le tee-shirt émeraude et le petit haut tout simple. Mais, cette robe, et surtout la broderie, m'a demandé 18 mois!


J'avais envie aussi d'essayer la robe Tennessee, une robe en jersey avec des épaules un peu tombants, un corsage près du corps et une jupe froncée.
Elle me paraissait être la robe de plage parfaite ( ou une parfaite chemise de nuit, comme doit le penser une fidèle amie et lectrice qui se reconnaîtra).


J'ai enlevé les poches parce que je trouvais leur emplacement et leur forme curieux. 
J'ai mis des fronces simplement sur les hanches parce que cela correspond mieux à la morphologie.
Elle a été cousue en un après-midi couture avec la Choufleur.


Et comme toujours lorsque je couds du jersey, j'ai voulu ajouter de la broderie.
Cette fois, point d'Alabama Chanin, un motif finnois, trouvé dans le livre de la broderie de Mary Gostelow ( acheté 1€ à la braderie de la bibliothèque :-)). C'est un livre magnifique, bien que la maquette soit un peu datée, qui reprend, pays par pays, les motifs traditionnels de broderie.


J'ai opté pour un délicat motif de fleurs, de volutes et de feuilles, très représentatif de la broderie blanche de Finlande qui était exécutée au point chaînette sur de la batiste. Une fois (re) lancée, il ne m'a fallu que quelques allers-retours au boulot pour terminer la broderie.


Bon, ce qu'on peut dire c'est que c'est une robe confortable, discrètement féminine, que je porterais volontiers le week end.
Vous en pensez quoi?





Nos jours heureux :une échappée belle, entre kayak et bivouac, dans le Finistère

C'était de l'émeraude, du vert feuille, du cuivre ; c'était du cobalt, de l'outremer et du gris de Payne, un soupçon d'or, un peu d'écume.

 Le port de Lesconil

C'était le week-end du 14 juillet, c'était une douce attention de mon amoureux, c'était mon cadeau d'anniversaire de 39 ans.

Le port de Sainte-Marine

C'était la nature et l'océan. 
C'était du kayak, du trail, de la marche et du yoga. 
C'était dormir sous les étoiles et serrer sa tasse de thé à 2 mains pour se réchauffer.


C'était remonter l'Odet avec la marée et admirer la force des éléments ; c'était redescendre en se laissant porter par le courant ( enfin, ça c'était la promesse : en vérité nous avons bataillé dans les deux sens ;-)).

C'était déjeuner à la Pointe du Raz et demander au vent de sécher son aquarelle.



C'était peindre à Audierne et peindre à Loctudy.
C'était sa main dans la mienne et le vert moiré de ses yeux. C'était des "et si" et le chemin devant nous.
C'était bien mieux que bien.



Nous campions au yelloh Village - l'océan breton- à Lesconil, camping super super accueillant et propre ( super luxe!) où nous avons prévu de revenir avec les enfants.
Notre tente est une tente Quechua, air second family 4, simplissime à monter et à démonter, avec une structure gonflable.
Notre kayak est un kayak Bic Sport Nomad HP.



mardi 19 juillet 2016

On a 2 vies - mes 39 ans

« On a 2 vies. Et la deuxième commence quand on se rend compte que l’on en a qu’une » Confucius. La décennie qui s’achève est celle où je suis devenue adulte. Pleinement.


Je suis devenue maman.
Quand Stanislas est né, j’ai eu le sentiment incroyable d’être à ma juste place dans la galaxie, le sentiment troublant de savoir où j’étais et ce que je devais faire (Qui a bien vite laissé place  aux multiples interrogations sur la parentalité aggravées évidemment par le manque de sommeil et autres péripéties J).
La naissance de Gautier a illuminé une période désespérée de ma vie et m’a donné le courage de faire face.
Ma vie s’est écroulée, radicalement, le 13 mars 2010,  lorsque nous avons appris la maladie de Stanislas.
Les 26 mois passés à l’hôpital m’ont appris que la vie était un fil et le bonheur, un choix. 
Cette épreuve a changé ma vie. Je crois même qu’elle m’a sauvé la vie.

Mon plus jeune frère a disparu de nos vies, au sens propre du terme, il y a 30 mois. Ce qui nous a dévasté.

Amaury et moi avons été séparés par la maladie de Stanislas, malmenés par des difficultés financières terribles, secoués par sa longue inactivité…Ce qui nous a liés aussi, bien plus fermement que des temps calmes.

Ma vie professionnelle est riche. J’ai beaucoup donné et j’ai beaucoup reçu. Je travaille aujourd’hui tous les jours à être un manager bienveillant, à faire avancer l’intérêt général. En passant souvent pour une douce dingue. Les prochains mois devraient riches de nouvelles aventures de ce coté là aussi.


 Amaury et moi travaillons à faire de nos bonheurs comme de nos mauvaises fortunes, des leçons de vie, des apprentissages.  Quand la vie nous donne des coups, nous développons  de nouveaux super- pouvoirs et chantons plus fort nos petits bonheurs.
Cette semaine, j'ai eu 39 ans.


lundi 18 juillet 2016

Pour une enfance joyeuse - en ce moment, on lit...

Chaque soir, les garçons et moi nous nous blottissons dans un lit. On tape les oreillers, on tire la couette. On prépare une bonne pile de livres.


 Et on lit de 20h30 à 21h.
Pour l’instant encore, on tombe facilement d’accord sur les livres à lire, les intérêts des 2 garçons étant encore conciliables.
En ce moment, on lit…


Tous les livres de Claude Ponti avec une prédilection pour les 2 tomes de la vie d’Ysée et toutes les histoires de poussins.
On aime les mots inventés que nous réutilisons avec gourmandise. Chez les Lathelize, le verbe « splatchouiller » est couramment utilisé comme l’adjectif « bisouticalinouchoupinet » pour les choses vraiment mignonnes. 
On aime la fantaisie des histoires et leurs personnages parfois un peu inquiétants. Amaury a une tendresse particulière pour le Bouffron-gouffron.
On aime les dessins foisonnants et la tête des poussins pas très réveillés. Et puis, Claude Ponti dessine vraiment bien les doudous, de l'avis de mes fils.
Et nous avons le projet d’aller à Nantes visiter le jardin des Plantes, auquel il a contribué.

Je mangerais bien un enfant de Sylvianne Donnio et Dorothée de Monfreid . On aime cette histoire décalée d’un petit croco qui veut manger un enfant et qui se fait malmené par une petite fille. 
Les dessins sont très mignons et les parents crocodiles adorables de bienveillance.



Et puis on lit, le joli livre de Madame Mo sur les fêtes japonaises. Mes parents ont passé beaucoup de temps au Japon ces dernières années et nous ont offert ce livre. 
Le livre est très chouette : il mêle explications des fêtes traditionnelles, bricolages divers  et recettes de cuisine. Et on aime l'utilisation  de motifs, très beaux , pour habiller les personnages.


Et vous, vous lisez quoi le soir ?

vendredi 15 juillet 2016

Partir en vacances - de la couture pour Gautier

Deux petits vêtements glissés dans sa valise:


Un tee-shirt ( le modèle Birthday Fish du magazine Ottobre) dans un imprimé GOTS choisi par lui.


Un bermuda un peu long dans un chambray rayé ( le modèle Summer pull-ons d'un magazine Ottobre également).


Ils sont adoptés!


mercredi 13 juillet 2016

Nos jours heureux - une fête pour Gautier

Cette année, nous avons décidé de prendre un peu d'avance et de faire une fête pour Gautier, dont l'anniversaire tombe au milieu des vacances d'été.


C'était une grande première pour nous et nous avons planifié avec soin cet après-midi ( merci le bullet journal!).
Gautier a invité 6 enfants ( de 4 à 6 ans, 2 filles dont sa cousine et son amoureuse) et nous avons bricolé des cartons d'invitation.

Au programme:


* nous avons fait un mandala géant. J'avais préparé la veille le cercle, l'avait découpé en en 6 parts égales et avait préparé quelques pochoirs pour les plus petits.

* nous avons joué à des jeux coopératifs dont l'excellent chaise musicale coopérative ( on part avec autant de chaise que d'enfant, puis on en enlève une par une, mais à la différence du jeu traditionnel, tout le monde doit être assis. Les enfants doivent donc partager leurs chaises, s'asseoir les uns sur les autres afin que tous aient une place).


* nous avons fabriqué des bombes de graines. On fait mélanger aux enfants 2/3 d'argile, 1/3 de terreau ou de compost bien mûr et des graines ( des mélanges de fleurs Kokopelli pour nous). On ajoute un peu d'eau, on patouille pour faire des boules. Et ensuite, on les jette dans les jardins, dans les friches pour fleurir son environnement!





Et pour le goûter, il y avait :
- des chouquettes
- un gâteau pinata avec un coeur de sma*ies bio

C'était chouette! 
Rendez-vous en septembre pour la fête de Stanislas, placée sous le signe du foot.


lundi 11 juillet 2016

Ma poubelle&moi #15 : piques-niques et flaneries

Chez les Lathelize, on aime bien pique-niquer. On le fait d’ailleurs quelque soit la saison.

Comme les beaux jours arrivent, nous partageons avec vous nos meilleures recettes de pique-nique Zéro déchet



Pique-nique face à la Manche : légumes en bâtonnets (carottes, radis noir, pain maison)/ tartinade haricots rouges, purée d’amandes, jus de citron/ Appenzell/compote de pommes/chocolat


Pique-nique à Mers les bains : bocal-salade ( potimarron rôti, kale, cranberries, pommes et pour les affamés, vermicelles de riz)/ barres de céréales ( Cléa cuisine)


Déjeuner vue sur Baie de Somme : gratin courgettes-tofu fumé/ carottes en bâtonnets/ cake vegan coco-chocolat/ fraises


Déjeuner en voiture : un grand classique chez nous - les rouleaux de printemps vegan



Déjeuner sur l'herbe après 5 kilomètres de kayak à contre-courant : salade haricots verts, champignons et marrons
Pour les pique-niques, vous emmenez quoi?