vendredi 28 avril 2017

365 jours de créativité - les dessins du mois d'avril : yoga love!

J'ai consacré les dessins du mois d'avril aux asanas (postures) de yoga. Et comme j'en ai découvert mille variations, toutes plus gracieuses, puissantes, sereines, les unes que les autres, j'ai décidé de prolonger cette série durant le mois de mai.


 

dimanche 23 avril 2017

Quand la vie vous envoie des signes


Parfois, la vie vous adresse des signes. Et de signes en signes, une décision s'impose à vous.



A la veille du weekend du Pâques, j'ai quitté le bureau en lançant à la cantonade "Joyeuses Pâques". Et mon chef m'a répondu "Joyeux Noël". Je me suis arrêtée " c'est une invitation? Ne me tentez pas". Et nous nous sommes quittés dans de grands éclats de rire.
Deux heures après, sur le chemin de la baie de Somme, j'ai dit " et on partira faire le tour du monde".
Amaury a pris ma main et, très solennellement, a dit " oui". Et nous voilà discutant de l'âge où nous aurions plus d'enfants à charge et où nous prendrions la route.
C'est à ce moment-là que les garçons se sont manifestés.
Et.
Et.
Et parfois, la vie vous envoie des signes.
Alors nous avons pris la décision de partir, en famille, du 1er janvier au 31 août 2019.

mercredi 19 avril 2017

365 jours de créativité - un paysage, 2 pinceaux, 3 méthodes et 4 aquarelles

A chacun de mes passages en baie de Somme, je peins. Je pourrais remplir un carnet de cette même vue, tellement la lumière est changeante, tellement le ciel évolue.


Mais j'avais envie aujourd'hui de vous ouvrir mon carnet pour vous montrer, concrètement, la différence entre une aquarelle traditionnelle, avec un pinceau et un pot d'eau ( 2 méthodes) , et une aquarelle avec un pinceau à eau.
Et une quatrième, avec une méthode parfaitement personnelle et non académique, que j'aime beaucoup pour ce qu'elle a d'aléatoire, la peinture avec un bout de papier alu. :-)

Avec de l'aquarelle, un pinceau et un pot d'eau, vous avez aussi plusieurs options :
- mouillez votre page et posez les couleurs. Puis, éventuellement, dessinez.

- dessinez puis posez les couleurs avec le pinceau.

Avec un pinceau à eau, vous avez des couleurs plus denses, plus précises mais il devient beaucoup plus difficile de peindre des textures comme les nuages par exemple.

Et, avec mon papier d'alu, le dessin devient très cochon mais 1. on s'amuse 2. le résultat est souvent très vivant. Celui-ci est un peu raté mais je le laisse, pour les besoins de la démonstration.


Alors, vous essayez?


lundi 17 avril 2017

Nos jours heureux - Mille nuances de bleu, une semaine à Saint Malo

Un temps estival, mille nuances de bleus, des plages de sable fin et des criques désertes, des légumes bio et produits, un studio de yoga à 2 maisons de celle qu'on nous avait prêtée...Le bonheur en un mot et le résumé simple de nos vacances!



A Saint-Malo, on a eu recours au petit carnet conçu par l'office du tourisme, parfait pour intéresser les enfants au patrimoine ! Au retour, on le dépose et on reçoit un chouette crayon papier à tête de corsaire ( 1,5€ à l'office du tourisme).




Nous avons parcouru le GR34, du barrage de la Rance à, quasiment, Cancale, avec une mention spéciale pour le tronçon qui va de la pointe de la Varde à Notre Dame des Flots.

Nous avons pris des cours de yoga au studio Anaïs Yoga, et c'était très chouette.



Nous avons visité le Mont Saint Michel et apprécié le chemin qui y mène, qui permet comme un lent travelling avant, de découvrir les détails ( et de dessiner cette majestueuse silhouette).

Nous avons poussé jusqu'à Saint-Brieuc, via la côte et le Cap Fréhel pour rendre visite à la grand-tante d'Amaury.

Bref, c'était une semaine merveilleuse!

vendredi 14 avril 2017

Une question de responsabilité


C'est une conversation qui a commencé, après le dessert, une fois les enfants éparpillés dans le jardin, devant une tasse de thé et le couvert non levé. C'est une discussion profonde avec la cousine d'Amaury, médecin de la sécurité sociale, qui a continué longtemps après que la théière soit vide et les dernières miettes de dessert soient avalées.

 

 

Elle et moi, chacune dans nos périmètres, avons à prendre des décisions qui ont un impact majeur pour les personnes que nous rencontrons. Pour leurs familles aussi. Elle peut refuser le passage en invalidité et obliger quelqu'un à reprendre le travail. Je peux priver quelqu'un de travail.
Et elle comme moi avons une conscience aiguë de cette responsabilité.

Nous échangions sur la solitude face à la décision. Sur le cadre de référence, sur l'expérience, qui servent parfois, et d'autres, pas. Notre décision dépend de l'appréciation que nous avons de la situation. Il n'y a pas de règle écrite ou de cadre évident.
Il s'agit de discernement, il s'agit de nuance. Il s'agit aussi parfois d'équité.
Il s'agit de distance quand la colère monte parce que notre interlocuteur joue un peu ou nous prend pour des gamines, quand notre interlocuteur sur-joue parce qu'on a l'air gentilles et qu'il doit être possible de nous influencer, voire de nous berner.


Mais il ne s'agit pas de légitimité. Nos diplômes, nos presque 20 ans d'expérience et le soutien des institutions qui nous ont nommées parlent pour nous.

On se disait le pincement au cœur quand on signe la lettre couperet et l'angoisse d'un éventuel geste désespéré  les jours qui suivent.
On se rappelait la règle implicite du "jamais le jeudi/vendredi", "jamais après le 10 décembre".

Nous n'avons pas été formées à prendre ces décisions, nous ne sommes pas accompagnées dans celles-ci.
Elle et moi connaissons des personnes qui prennent ce type de décisions et ne se soucient pas des conséquences. Elle et moi connaissons des personnes qui prennent ce type de décisions et qui s'y abîment année après année.
Certains tirent du plaisir de ce pouvoir, certains sont indifférents. Pour elle comme pour moi, ce pouvoir use.

La conversation a duré longtemps, bien après que la buche dans la cheminée ait été consumée. Elle avait une saveur rare, celle qui dépasse la surface des choses .

mardi 11 avril 2017

365 jours de yoga : les cours gratuits de Yoga coaching

Il y a quelques mois, j'ai découvert avec bonheur les vidéos d'Ariane, plus connue sous le nom de Yoga coaching.


En les pratiquant quotidiennement, j'ai vraiment progressé tant dans ma connaissance des principes théoriques du yoga que dans la réalisation des postures. Merci, merci, Ariane!

J'aime:
Les formats très variés, de l'exercice de quelques minutes au cours complet d'1h30,
Le nombre très conséquent de vidéos à disposition (+ de 120),
La profondeur et le sérieux des cours, et notamment ceux où sont revues les grands principes du yoga, les respirations ou les principaux mudras,
Le fait que certaines postures soient tenues un moment,
Sa bonne humeur, un vrai bonheur.

Je n'aime pas:
Parfois les consignes sont moyennement audibles

Je vous livre mes séances préférées :
*Des séances un peu longues :
( en vrai, j'aime toutes ses séances de vinyasa ;-))

la séance sur le grand écart,
 
 le corbeau de coté
*Des séances de durée moyenne
S'étirer des orteils à la tête

*Des séances courtes :
 la danse du guerrier

la séance du lundi

*Et pour les jours douloureux :
  séance pour soulager la nuque et le cou
Une séance pour les règles douloureuse

Quelles sont préférées?

mercredi 5 avril 2017

Lathelize 2017 - à petits points, les fils glacier et menthe


Au mois de mars, j'ai commencé par coudre un débardeur, histoire de me rendre compte du tombé du modèle.


Le modèle est celui du 3ème livre d'Alabama Chanin. Il est parfait.
Et puis j'ai coupé dans un beau coupon de jersey, certifié GOTS, anthracite.
Et c'est une robe de longueur midi que j'ai coupé.
Je voulais une broderie, des appliqués inversés et des boutons de nacre pour me rendre à une des festivités annoncées pour cet été. Mais aussi, pour la porter au quotidien.

A main levée, avec de la peinture textile, j'ai peint des motifs inspirés de celui nommé Climbing Daisy. Et puis, de trajets du matin en trajets du soir, j'ai brodé les pétales et les tiges, ouvert certains pétales, fixé des boutons. J'ai mêlé les fils bleus et les fils menthe, utilisé points de tige et points escargots. J'ai laissé mes pensées divaguer.

A un moment, j'ai essayé ma robe. Vraiment jolie mais pas aussi flatteuse que je l'espérais.
J'ai donc cousu, au niveau de la taille, pour amener un peu de volume à cet endroit-là, un morceau d'élastique d'une dizaine de centimètres sur chaque côté.

Je l'ai essayée et suis allée voir mes amours, qui ont dit : " o, c'est très élégant".
Me voilà rassurée!

lundi 3 avril 2017

Nos jours heureux - mars

En mars,


* j'ai beaucoup ri en partant faire du longe-côte avec Amaury, le longe-côte étant une marche sportive qui se pratique immergé dans l'eau jusqu'au diaphragme. Amaury a tendance à faire la planche, à se laisser porter par le courant, à sauter dans les vagues et parfois...à marcher. Bref, je l'aime!

* on a fini de se réapproprier la maison et on a travaillé dans le jardin.



*au quotidien, je me réjouis de la manière dont mes garçons grandissent. Je suis très fière d'être la maman de ces 2 gars.

Et à l'heure où vous me lisez, nous sommes en vacances!



vendredi 31 mars 2017

365 jours de créativité - mois 3 : encre, lavis et la magie du geste

J'avais acheté, les doigts fourmillant de projets et la tête plein de souvenirs, une petite bouteille d'encre de Chine, bien décidée à faire de Mars, le mois du lavis. 


J'ai aimé prélever une goutte de la bouteille et la déposer sur ma palette. J'ai aimé préparé des lots de 5 ou 6 feuilles et peindre sans relever la tête ni reprendre ma respiration.


J'ai aimé l'infinité de nuances entre le noir d'encre et l'eau à peine teintée. J'ai deviné du violet dans les teintes sombres et du sépia dans les teintes claires.

J'ai aimé la possibilité de revenir sur ses traits, l'ajout progressive d'épaisseurs, d'ombres et de lumière.
J'ai retrouvé mon précieux pinceau et la joie de peindre d'un seul geste.

J'ai regardé le joli Miss Hokusai . Je me suis abîmée dans l'admiration des œuvres de Fabienne Verdier .


Je crois qu'avril sera encore un mois d'encre, un mois dont les 30 jours seront consacrés aux postures de yoga, et mai, 30 portraits de femme en duo avec la frimouss

dimanche 26 mars 2017

#jecoudsmagarderobecapsule2017 - modifications et amendements


Au quatrième mois du défi "jecoudsmagarderobecapsule2017, je songe déjà à modifier mes plans.

 


C'est que les invitations aux festivités de l'été sont tombées, avec une confirmation et un mariage en mai. Avec les mêmes invités. A une semaine d'intervalle.
C'est que la prise en compte des contraintes liées au fait de travailler dans un bâtiment sans climatisation, et dans un monde très codifié, m'incite à revoir mes plans.
C'est le retour du printemps et des envies couture. :-)
C'est l'envie d'utiliser ou de retrouver des patrons déjà en stock. D'autant que je ne me retrouve pas dans la explosion récente de patrons indépendants. Et que je suis la plupart du temps en dehors de la gamme de taille, avec mon 32 fillette.
Dans les projets nouveaux venus, il y a :
  • une robe Alabama Chanin pour le mariage du petit frère d'Amaury. Une robe longue, dans un joli jersey anthracite, que j'ai brodé de fleurs folles. Et j'aimerais coudre un bustier dans un tissu précieux, pour accompagner mes jupes noires toute simples.
  • Un pantalon en lin, le même que mon premier projet du défi.
  • une robe longue ou aux genoux, dans un beau tissu alizarine, à rayures outremer et carmin, d'après un patron japonais du chouette livre Dressmaking at home. Pour le plaisir !


Et vous, vous respectez vos plans ou vous avez déja changé d'avis?

lundi 20 mars 2017

Soyez le changement : travailler pour une association, coté pile, coté face


Rejoindre l'économie sociale et solidaire, mettre ma vie professionnelle au service d'une cause en laquelle je crois, cétait un axe essentiel de mon projet de vie, quand je l'ai écrit en 2015. 

 

 

 

En octobre 2016, j'ai eu la chance de pouvoir faire ce grand saut. Quelques mois après, je vous livre un (court) retour d'expérience autour de phrases entendues et rebattues sur les associations :

  • "Dans les associations, on travaille sans moyens" :
Dans un certain nombre de structures, il y a des moyens, de sacrés moyens même. Mais il s'agit souvent d'immobilier ou de fonds difficiles à mobiliser.
Et puis, par leur nature associative, et particulièrement depuis le scandale de l'ARC en 1996, les associations regardent de près leur budget de fonctionnement. Alors oui, travailler dans une association, surtout lorsqu'on vient de grandes entreprises, peut paraître spartiate.
A ce jour, je dois détailler mes projets, les justifier, mais cela fait, il est rare que me soit refusé un investissement jugé nécessaire.
Et certains jours, en cas de baisse d'énergie, je recommande une visite à l'équipe "mécénat et dons" pour une lecture revigorante des petits mots accompagnant les chèques de dons. Les écritures tremblées, les cartes choisies avec soin, les mots gentils pour nous encourager… cela compense largement les moyens restreints.


  • "On travaille dans une association par vocation"
Pour la DRH que je suis, c'est qui est compliqué, c'est de gérer le mélange de motivations. Entre ceux qui sont là parce qu'ils y croient ( qui viennent en général d'entreprises du CAC 40 où ils occupaient des postes à responsabilité et qui ont renoncé à 30,40 ou 50% de leur salaire pour travailler autant), ceux qui sont là parce qu'ils ont répondu à une annonce et qu'ils avaient les compétences demandées, ceux recrutés dans un but social et solidaire ( qui sont souvent des personnes dans une grande précarité familiale, professionnelle, financière…) et ceux qui mélangent un peu des 3…
La co-opération, le travail ensemble tout simplement, est parfois difficile et nécessite des trésors de diplomatie, d'écoute et de souplesse.
De mon point de vue, c'est ce qui rend le poste intéressant également.

  • "Dans une association, les relations de travail sont plus douces"
Moui, les relations de travail restent des relations de travail, avec leurs hauts et leurs bas. Ce qui génère de la souffrance est, de mon point de vue, l'écart entre le fantasme du monde associatif comme un monde de "vrais gentils" et la réalité (et notamment le fait que l'association pour faire avancer sa cause doit être éminemment politique).
Ce qui est encore plus dur, c'est que la frustration ou la déception devant un manager défaillant ou juste moyen qui s'exprime assez bien en entreprise est ici retenu. Le sentiment qui domine est celui que le manager fait de son mieux, mal mais de son mieux.
Et puis mon chef évoque souvent aussi "le syndrome des œufs dans le même panier" : nos salariés ont mis convictions et vie professionnelle dans le même panier ( et c'est notre cas également), ce qui amplifie la joie et les déceptions du quotidien.

Qu'en pensez-vous? On en reparle d'ici quelques mois?

mercredi 15 mars 2017

365 jours de créativité - partout, des fleurs folles

J'ai retrouvé avec bonheur, pinceaux et papier épais, toujours aux mêmes heures des samedis et dimanches matins.





J'ai essayé des bouquets denses et des fleurs clairsemées, des bouquets orangés et des bouquets aux multiples nuances de rose. 





J'ai travaillé à partir d'un cercle chromatique et ai éprouvé la complémentarité des couleurs.
J'ai essayé, trié et encore essayé.




lundi 13 mars 2017

C'est quoi ce tissu? Le retour du meilleur tee-shirt

"C'est quoi ce tissu?" demande Amaury en tenant les "meilleurs tee-shirts" des garçons à la main.


"Il est épais.Il est doux. Et quand je l'étends, ils n'a pas un seul pli. Et, même lavé chaque semaine, voire plusieurs fois par semaine, il garde son imprimé bien vif" (Oui, oui, c'est Amaury, le grand chef lessive chez nous). 
C'est du jersey de coton certifié Gots, du jersey de chez lillestoff ou du jersey d'Amandine, fabriqué en France. C'est un bonheur à coudre, les encolures se font toutes seules et l'aiguille double avance sereinement.

" tu crois que tu aurais un patron en taille Papa, tu crois que tu pourrais m'en coudre quelques uns pour le sport?"

Pour l'instant, je n'ai pas le patron en taille papa mais je continue à renouveler les stocks de "meilleurs tee-shirts" des enfants.
Gautier avait opté en 2016 pour de petits poissons, il a opté en 2017 pour de gros poissons.
;-)

What else? Rien, il paraît que ce sont ses nouveaux tee-shirts préférés ( ceux qui ne se salissent pas même quand on les met 4 jours d'affilée ;-)) !
( tee-shirt Birthday Fish du Ottobre 2013_2)