lundi 31 août 2015

Nos jours heureux - août

En août, entre les vacances, le temps clément et la reprise quand tout le monde est encore à la plage, nous avons coulé des jours heureux.

Et en ce début septembre, avec la reprise des déplacements pour Amaury et moi, la rentrée des classes et le fait que notre maison soit en travaux, du sol au plafond, toutes les pièces, nous nous demandons comment cultiver ce bonheur simple et puissant.

En août, nous avons:
* profité de notre séjour à Amsterdam pour arpenter le nord du pays, ses plages sauvages et ses digues incroyables ( le barrage de l'Escaut sidérant, la digue du Nord incroyable...)




* Regardé nos enfants grandir et admiré leur complicité


* laissé filer les jours en Baie de Somme




* Progressé en acroyoga (article séparé à venir) et profité du temps merveilleux pour faire des séances en plein air


*Serré contre nos coeurs  nos parents et embrassé les amis en Sancerre et en région lyonnaise


* Lancé le chantier de la rénovation de la maison ( pour faire simple, nous faisons tout refaire sauf la couverture, le tout, en y habitant :-))

* Repris le travail, avant tout le monde!

jeudi 27 août 2015

Métal - une robe austère et chic

Il me fallait une robe simple et chic pour aller à la confirmation de la filleule d'Amaury. Pour faire d'une pierre deux coups, je voulais également pouvoir la mettre au boulot. Je voulais également utiliser un coupon de soie grise que j'avais depuis plusieurs années.

 en version, fête de famille, avec plume dans les cheveux et ceintures en soie.

Le patron était tout trouvé . Il s'agit du patron Simplicity XXXX, de 1960, déja testé à de multiples reprises (testé, restesté, cousu pour ma maman...).
 Ce coupon de soie ( acheté chez Modes et travaux il y a plusieurs années) a une texture extrêmement discrète. Du coup, et cela devient presque une habitude, j'ai cousu le tissu à l'envers, espérant accentuer ainsi le coté graphique des minuscules chevrons.

 en version boulot : veste Zara kids et ceinture en cuir

J'ai aussi abandonné l'idée de mettre des manches, craignant un peu l'effet monastique de l'ensemble : du gris, dans un tissu très empesé.
Et j'ai raccourci, beaucoup, l'ensemble!

Au final, elle remplit bien son office. Je me demande quand même si je ne vais pas coudre les deux pans afin de limiter la possibilité d'ouverture de robe intempestive!
Il me reste la plus grande partie de ce coupon et je réfléchis à le transformer en robe d'hiver toute simple, avec des manches 3/4.



mardi 25 août 2015

Les mains dans l'argile : toi, nous et la leucémie #37

Nous avions pris l’habitude, quand cela était possible, de participer aux cours d’arts plastiques dispensés à l’hôpital.
Cet été-là, c’est un sculpteur du Texas qui est en résidence à l’hôpital. Il est chargé de l’édification du monument qui doit se trouver sur le rond-point, là juste devant. Son idée est faite : ce sera une installation faite à partir des mains en argile des petits patients et de leurs familles.
Alors ce jour-là, après t’avoir mis des gants et un masque, nous avons moulé ta main, la mienne, celle de Papa et celle de Popa. Nous les avons ornées de différents dessins (une dameuse, bien sûr, sur la tienne) et signées. Puis elles ont été émaillées et cuites.
Un an après, ou bien était-ce l’éternité, alors que nous quittions définitivement et l’hôpital et Lyon, nous les avons cherchées, et trouvées sur le nouveau monument.

Nous avons laissé nos mains dans l’argile et , dans les recoins de l’hôpital, beaucoup de nous-même. Nous avons perdu l’innocence et la foi dans l’avenir qui font qu’on rêve, qu’on fait des projets, des enfants…
Une partie de moi errera toujours dans ce couloir, qui amène à une salle de réunion discrète. Etre invités, là-bas, c’est apprendre le pire ou presque. Les parents en ressortaient effondrés, terrorisés, désespérés. Et l’effroi, dans un grand frisson, se propageait de chambre en chambre.

Nous avons trouvé en nous des réserves infinies de force, d’énergie, de dignité. Papa dit que nous sommes des super-héros boiteux, je préfère dire que nous sommes de douloureux vainqueurs.
Le prisme par lequel nous voyons nos vies a considérablement changé.
De personnes ultra organisées , nous sommes devenus des chantres de l’instant. Le présent nous suffit désormais.
Nous avons aussi appris que la seule richesse, c’est l’amour. Que l’argent, la réussite, les honneurs ne sont d’aucune utilité face à la maladie.
Nous avons beaucoup perdu d’amis ou de proches qui se sont éloignés, rebutés par la souffrance, mais nous avons aussi gagné des amitiés rares, des ententes immédiates, des connivences parfaites.

Et l’immense solidarité des personnes ayant souffert d’un cancer ( ou de leurs proches) pour ceux qui traversent cette épreuve. 

lundi 24 août 2015

samedi 22 août 2015

Correspondances estivales 2015 : rattrapage

Entre les vacances et les déplacements pro, j'ai parfois accusé un peu de retard mais toutes les cartes ont fini par partir...Rattrapage des dernières semaines:





vendredi 21 août 2015

52 semaines, 52 gravures - semaine 34 : un peu de piquant

Le thème de la semaine est cactus. Souvenir des vacances dans le Midi encore, un plant d'agave :


Je suis fascinée par ces plantes qui ont des longévités record, font des fleurs une fois et meurent.
Nous nous sommes demandés, avec les garçons, comment on fabriquait le sirop d'agave à partir de cette plante...


Retrouvez toutes les participations sur notre tableau Pinterest collectif.

jeudi 20 août 2015

Collection automne 2015 - tunique nostalgie

Pour changer un peu des chemises, j'avais envie d'une tunique. J'ai peiné à trouver le patron idéal ( entendre une tunique assez habillée, sans fronces).


J'ai fini par trouver mon bonheur dans l'incomparable livre japonais Simple Chic ( livre 02 chez les Japan Couture  Addicts). Il s'agit de la robe Nostalgic dress, coupée en tunique.



J'aime beaucoup son encolure carrée.
J'ai allongé un peu les manches. 
Zappé l'étape zip parce que mon tissu contient un peu d'élasthanne.
Ajouté une bande à la taille pour des finitions impeccables


Amaury a eu la gentillesse de prendre les photos dans une rue nommée Impasse des bains ( mais n'a pas remarquée qu'une de mes manches était repliée...).


mardi 18 août 2015

vers la préférence client

Aujourd'hui, nous parlerons du nouveau graal des entreprises :  la préférence client



Le livre de référence, Opération Boomerang de Philippe Bloch.

lundi 17 août 2015

les petits-déjeuners du dimanche #35


Pain de campagne sans gluten, salade de nectarines, fraises, melon et amandes.
Thé Dom Juan ( Jardins de Gaïa)


Barre de céréales flocons d'avoine, amandes, confiture de cerises/ yaourt et confiture de fraises maison, fraises des vergers du franc Picard


Blinis petit épeautre-sarrasin, purée d'amandes (Jean Hervé), flan bio et pomme des vergers du franc Picard

jeudi 13 août 2015

En cherchant la grande ourse - une robe ( lekala 4324)

Depuis que l'oiseau botté l'a cousue, et portée avec grâce, j'avais envie de coudre la robe Lekala 4324.
Je l'avais imprimé et scotché pendant l'été 2014.


Et ce n'est qu'à l'été 2015 que je l'ai cousue. J'ai donc eu tout le loisir de réfléchir aux modifications souhaitées :
- utiliser du molleton peu extensible et oublier la fermeture éclair. Il s'agit d'un molleton coton blanc, avec de petits étoiles multicolores, acheté à une blogueuse sur la fibre créative.
- creuser l'encolure parce que les ras de cou ne flattent pas les silhouettes en V inversé
- modifier la jupe en enlevant les plis et ajoutant des fronces, simple contrainte due à la petite taille de mon coupon. Et des fronces uniquement sur les hanches, pour les étoffer un peu.

Ma robe est :
- seyante : 2,5/5. Les avis sont contrastés. Amaury trouve la taille bizarrement placée. Je la trouve un peu longue mais c'est bien pratique quand on voyage, quasiment tous les jours, comme je le fais. Je vous mets une photo sans ceinture pour que vous puissiez vous faire un avis.


- polyvalente : 4/5. Elle passe sans problème du boulot à la plage en fonction des accessoires.


- compatible avec le reste de ma garde-robe : 3/5. Je ne suis pas habituée à porter du blanc que je trouve trop voyant, salissant, voire grossissant, mais force est de constater, que le blanc est facile à assortir ;-)
- confortable : 5/5. Une robe en molleton, c'est un peu comme un pyjama mais un pyjama qui n'aurait pas de ceinture pour vous saucissonner...
14,5/20. Je ne crois pas que je referai ce modèle mais cette robe sera portée, c'est évident.

Prêt(e) s pour la photo floue du jour?



mardi 11 août 2015

Les mains dans l'argile : toi, nous et la leucémie #36

A l’extérieur, la vie continue. Ton frère ne dort pas. Papa non plus : il travaille toujours la nuit pour te consacrer les jours. Et je compte les heures qui me sépare du jour suivant.

L’activité est revenue à l’usine et nous avons dû avoir recours à des intérimaires sur les postes les moins qualifiés, et notamment au déchargement des fours. Ce sont des postes pénibles où sont charriées quotidiennement plusieurs tonnes de matériaux, dans une atmosphère dépassant les 40°.
Un matin avant 7 heures, alors que j’arrive à vélo, une camionnette de pompiers, sirène hurlante, me dépasse. Nous pénétrons en même temps dans l’enceinte de l’usine.
Un intérimaire, présent depuis quelques jours à peine, a fait un malaise cardiaque.  Il meurt immédiatement.

C’est à moi que revient la charge de prévenir la famille. A moi de présider le CHSCT. A moi de trouver un psychologue apte à écouter les membres de l’équipe qui ont tout fait pour le réanimer. A moi aussi de répondre à la police envoyée sur les lieux et rendre des comptes au siège. 

A l’heure du déjeuner, c’est toute la famille en colère qui envahit mon bureau et qui exige que nous la dédommagions. 
Les femmes sanglotent, les hommes menacent, le ton monte. Après des heures de discussion, nous finissons par trouver un accord. 

lundi 3 août 2015

Nos jours heureux - juillet

En juillet, il a commencé par faire très chaud et on a joué avec l'eau , un peu, parce que l'eau, c'est précieux.


En juillet, Maman est venu s'occuper de nos garçons, j'ai eu un an de plus et des bisous très spéciaux:


En juillet, nous sommes allés en baie de Somme, souvent, et nous avons assisté au sauvetage d'un bébé phoque. Et puis nous avons prêté la maison, pour que d'autres en profitent aussi.


 En juillet, les enfants sont partis en vacances et nous avons profité de ces jours calmes ( pour rattraper notre retard de films avec notamment the lunchbox, le monde selon Monsanto, On a failli être amies et pour faire du sport presque tous les jours...)





En juillet, nous avons découvert Oléron (en allant chercher les enfants). C'était magnifique!



En juillet, nous avons cultivé notre jardin, au propre comme au figuré.
Stanislas a appris à nager et à plonger ; Gautier a donné ses premiers coups de pédales sans petites roulettes.

En juillet, j'ai lu et médité Power Patate de Florence Servan-Schreiber, Liberté &cie de Getz et Carney et j'ai rencontré des émissaires de la Fabrique Spinoza.

En juillet, nous sommes partis en vacances...