mardi 31 mars 2015

Les mains dans l'argile : toi, nous et la leucémie # 27

 Tu es dans une phase d’hospitalisation à domicile et la maison ressemble à une annexe de l’hôpital. Dans le frigidaire, il y a des seringues de chimio prêtes à être injectées. Dans ta chambre, une grande poubelle jaune scellé marquée d’une tête de mort «  attention, déchets hospitaliers » et des poches de liquides variés. L’odeur des médicaments et des désinfectants a infiltré toutes les pièces, s’est faufilé dans nos penderies et dans le garde-manger.
Gautier ne dort toujours pas et pleure jour et nuit.
Nous ne faisons plus la différence entre le jour et la nuit. Papa partage la chambre de Gautier et le berce des heures durant.  Je partage ton lit et compte les minutes qui me séparent du jour. A heure fixe, tu vomis. Même lorsque  tu n’as rien mangé, tu vomis, violemment.  Sans même ouvrir les yeux, je te tends le haricot. Il n’est pas rare que nous sombrions dans le sommeil à l’heure où l’infirmière passe. Nous laissons la porte entrouverte et elle traverse l’appartement sens dessus dessous, témoin de la grande bataille de la nuit.

En septembre, nous sommes sur le pied de guerre. Tu as 3 ans et tu pèses 11 kilos. Le spectre de la dénutrition plane sur toi, aggravant ta faiblesse. La diététicienne nous tient de longs discours.
Alors on essaie d’oublier et on institue de longues promenades autour de chez Popa et Moma. Jour après jour, nous sortons, un enfant sanglé sur le ventre, un enfant dans la poussette, Popa et Moma prêts à tout pour te distraire. Nous marchons des heures durant dans le soleil vibrant de l’automne. Le temps n’a plus cours.
Un jour de septembre, alors que nous marchons dans le village voisin, tu blanchis, tu bleuis, tu te mets à claquer des dents, tu ne réponds plus à nos questions et tu fermes les yeux, emporté par une force irrésistible. Tes yeux se révulsent.
Nous courons des kilomètres, portés par la terreur.  Faut-il appeler le samu ? Est-ce une faiblesse physique , une simple péripétie, ou est-ce le moment fatal où tout dérape ?

D’une petite voix, tu demandes «  à quoi ça sert d’aller à l’hôpital si on ne guérit pas ? ».

lundi 30 mars 2015

Nos jours heureux - mars 2015

Ce qui nous a rendu heureux en mars :

* le jour qui point quand je pars et qui accompagne une partie de nos journées.


* le printemps est arrivé, fort tôt, en baie de Somme et nous a offert de merveilleuses journées ensoleillées.

* Amaury et moi avons pris nos nouveaux postes

* nous avons assisté à un deuxième atelier yog'arts au musée Guimet. J'ai pris de bonnes résolutions et me lève désormais fort fort tôt pour faire ma séance de yoga, AVANT d'aller travailler.

* j'ai réussi à trouver le magazine Flow et ai découvert un très chouette magazine de yoga, qui compte parmi ses rédacteurs Mika de Brito ( <3!) et Mathilde Piton dont j'aime beaucoup le blog


* Comme on m'a offert une sorbetière, nous cuisinons et dégustons pléthore de glaces maison...

samedi 28 mars 2015

52 semaines, 52 gravures : semaine 13 : une orchidée

J'ai reçu, lors de mon départ, une très belle orchidée de la part de mon équipe. 





Bouquinons #64


Les débutantes fait partie de la grande tradition des livres universitaires, vous savez ceux qui se passent dans les campus d'universités prestigieuses (de la physique des catastrophes au Roman du mariage, en passant dans une certaine mesure à la tache ou à Fille noire, fille blanche...). Sans être un de ses grands représentants, il est néanmoins tout à fait plaisant, notamment pour sa description de la vie à Smith ( université pour femmes) et habilement mené (même si j'avais deviné le dénouement très rapidement ;-))

 Dites-moi que vous aussi, vous trouvez ce bandeau "par l'auteur aux 250 millions de fans" du plus mauvais goût! Je n'avais entendu parlé de Jeffrey Archer jusqu'à ce que je demande aux bibliothécaires une bonne saga qui me tiennent compagnie pour les vacances. Au final, La chronique des Clifton gagnerait à être soit concentrée ( un livre pour les deux?), soit approfondie ( l'expérience de la prison dans la faute de nos pères) et la psychologie des personnages à être plus fouillée.
Cela reste des ouvrages distrayants ...

La quatrième de couverture de la vie secrète d'Emily Dickinson me plaisait, le prologue me plaisait, la couverture me plaisait. Mais est-ce le parti-pris de l'auteur, reproduire le style, le phrasé et la typographie des poèmes d'Emily Dickinson, ou est-ce mon lieu de lecture ( des RER bondés avant ou après des journées bien chargées), toujours est-il que j'ai eu du mal à avancer et du mal à finir! Si une amatrice de lettres parmi vous le lit, je serais intéressée d'avoir son ressenti.

Le restaurant de l'amour retrouvé est charmant dans l'esprit du Cuisinier ou de la maîtresse des épices. Je le recommande aux amoureux du Japon, aux amateurs de cuisine et aux cœurs brisés.

jeudi 26 mars 2015

Art cousu - les nabis m'ont dit : une robe japonisante

Ma dernière réalisation inspirée d'un tableau de Vuillard, re-découvert à l'occasion du concours Art Cousu, est une robe toute simple. Le patron, le Vogue 2788 dessiné par Pucci, a été testé en mars 2012.



L'idée, c'était :
- un corsage ajusté avec une bande soulignant la taille
- une jupe ample et froncée
- des manches longues


Par rapport à mon essai précédent, j'ai creusé l'encolure et choisi un jersey beaucoup plus extensible ( et malheur à moi, manifestement d'assez mauvaise qualité).
J'ai mis la couture de la bande de taille devant, au milieu, et j'ai ajouté quelques jolis petits boutons rouges.
J'ai un peu souffert en cousant l'ensemble sans avoir de fer à repasser à proximité.
Et d'ailleurs, avouons le tout de suite, les finitions sont abominables. Quand j'ai sorti mon découd-vite pour y remédier, tout c'est déchiré. Bref, cette robe n'est pas en accord avec mes principes de couture : du tissu de bonne qualité de couleur sobre, dans des matières naturelles et des finitions parfaites ...


Je trouve le motif assez hypnotique et me demande si la déformation de certaines fleurs est :
-un effet d'optique?
- une conséquence de mes mouvements désordonnés pour trouver une jolie pose?
-  ou le contrecoup de nombreux déplacements professionnels qui ferait que j'ai cousu les morceaux de travers?


En version boulot, avec des escarpins noirs.

 Et en termes de wearability project?
Ma robe est :
-seyante : 2,5/5. Cette coupe me fait toujours un effet étrange. Je me rappelle avoir eu exactement la même réaction lors de la confection de la robe précédemment. mais au final, j'ai mise et remise celle-ci jusqu'à ce que le tissu s'effiloche et que la robe se désagrège.
- Polyvalente : 4/5. J'adore les robes en jersey, en toutes circonstances.
- Compatible avec le reste de ma garde-robe :3/5. Oui, globalement. J'aime beaucoup ce rouge un peu éteint.
-confortable : 2,5/5. Quelle idée m'a prise de couper une robe dans un jersey 100% viscose alors que je ne supporte pas les matières synthétiques! Comme elle me chatouille, elle me grattouille, je la mets avec un tee-shirt en coton à manches longues et ne la porterais pas cet été.
12/20, largement dus à la piètre qualité du tissu et aux finitions honteuses!

A votre avis, je réitère avec du jersey de bonne facture?

en version "ma maison est un frigo", avec un gros pull et des bottines...

mardi 24 mars 2015

Du fil et des aiguilles : collection printemps-été 2015

La collection printemps-été 2015 est très spéciale! J'ai changé de poste et d'entreprise au début du mois. Et mon nouvel environnement est très ( mais alors vraiment très) corporate. ce qui m'oblige à repenser ma garde-robe en profondeur. Et vu l'ampleur du chantier, il s'agit d'une collection printemps-été.



Il me faut des petits hauts à bretelle, à glisser sous des vestes ou des gilets. Je vais essayer le modèle 8 du livre japonais Every day hauts et camisoles ainsi qu'un patron pochette.

Il me faut quelques chemises : je commencerai volontiers par une blanche et à motifs. Je vais - encore- faire usage du patron de base du livre japonaisBlouse, skirt, pants ( livre 215 des JCA). 


Ainsi qu'un haut peplum en batik pour avoir le plaisir de tester le patron Sandra de Spit up and stilletos.


Quelques robes, en bannissant le jersey. J'ai chargé quelques modèles Lekala, notamment ces 3 là (le 4037, le 4294, le 4160 ) que je prévois de coudre dans un subtil camaïeu de bleu et de gris...

Et si j'ai le courage, quelques vestes...

Si vous avez des idées de robes et de vestes, chics, sobres et efficaces, laissez-moi un mot!


lundi 23 mars 2015

Conversations au potager # 1 : un potager sur un balcon d'Ile de France

Aujourd'hui, commence une nouvelle série d'interviews centrés sur les potagers. Un des plaisirs des potagers, ce sont les discussions entre passionné(e)s au-dessus d'une haie ou par clavier interposé. On finit toujours par s'envoyer photos et graines...

Aujourd'hui on commence avec le magnifique et inattendu potager de Chloé. Inattendu, parce qu'il se trouve sur un balcon et en Ile de France.

Pour le voir de plus près, suivez ce lien .

Pour changer, j'ai formalisé l'interview sous forme de Prezi ( qui est un outil chouette et ergonomique d'organisation de la pensée, que je devais tester pour le boulot ;-, très adapté pour ceux et celles d'entre vous qui enseignent, pour synthétiser un sujet) mais que je n'arrive pas intégrer dans ce blog, scrogneugneu).

Et en version lisible ici:

samedi 21 mars 2015

La marée du siècle, c'est pour aujourd'hui (et aussi un peu demain)

Aujourd'hui, il faudra regarder la mer d'un peu plus loin que d'habitude. Cette journée est une date historique qui marque un double événement astronomique : l'équinoxe de printemps et une éclipse solaire ! 

Photo prise fin janvier 2014, en baie de Somme, lors d'une marée à 111.


Le premier événement, c'est le printemps. On l'appelle aussi équinoxe vernal. 
Mais aujourd'hui, c'est aussi le jour d'une éclipse solaire totale. Bien que visible en France en phase partielle à 70%, cela reste assez rare. 
La coïncidence équinoxe-éclipse est exceptionnelle : elle ne se produira d'ailleurs que deux fois au cours de ce siècle. 
Conséquence de ce double événement : une grande marée avec un coefficient particulièrement élevé de 119. Sachant qu'une vive-eau équinoxiale moyenne affiche un coefficient de 100, et que 120 est la plus grande marée possible, vous comprendrez le caractère exceptionnel de la marée d'aujourd'hui.
Nous serons dans notre poste d'observation, (bien en retrait), à attendre le mascaret historique en Baie de Somme : la dernière coïncidence de ce type a eu lieu en 1662 et la prochaine est attendue en 2034, puis en... 2406 ! 
La pleine mer est le 22 à 00h52 (coefficient 119) puis à 13h50 ( coefficient 118)
( merci au site sur la plage pour les explications).

jeudi 19 mars 2015

365 jours de yoga : le sweat Padma

Je continue à étoffer ma garde-robe pour pratiquer le yoga avec du beau (parce que même si je fais du yoga toute seule et plutôt la nuit autant que cela reste joli)  , du respectueux ( de la nature et de ma peau avec du jersey 100%coton  interlock bio) et du confortable ( du coton et du moulant pour ne pas avoir son sweat sur le nez quand on baisse la tête).


Je voulais un joli sweat, un sweat avec un zeste d'originalité. 
Je suis partie du patron Lekala 4097 : j'aimais ses découpes et sa patte de boutonnage. Sa capuche aussi, mais je me suis dit que ce ne serait pas forcément agréable pour pratiquer le yoga. J'ai donc supprimé les poches et la capuche et ajouté des parmentures pour que l'encolure soit propre.


J'avais acheté le patron mis à mes mesures donc il tombe parfaitement : l'encolure me paraît plus large que sur le dessin technique mais pour ce modèle sans capuche, cela ne me paraît pas gênant.Et je trouve sa longueur idéale.


J'espère que vous êtes aussi étonné(e)s que moi par le choix de la couleur! Imaginez le dilemme : l'intérieur est d'un joli gris...
J'ai choisi, quand même, de rajouter un touche de ma couleur préférée en rajoutant un appliqué en forme de lotus, Padma en sanskrit, que j'ai brodé à la main.


En termes de wearability project?
Mon sweat est :
- seyant: 4/5. J'aime les découpes qui affinent la taille, la longueur, idéale pour les petites.
- polyvalent: 3/5. Le jersey interlock est par excellence un tissu destiné aux vêtements d'intérieur ou de sport.
- compatible avec le reste de ma garde-robe: 3/5. La couleur est un mandarine un peu éteint qui est finalement assez discrète.
- confortable  : 5/5. Le rêve!

Héhé, j'aime beaucoup mon sweat (15/20) , je pense même lui faire quitter le tiroir "affaires de sport" pour l'intégrer au tiroir "affaires de tous les jours"...



mardi 17 mars 2015

Les mains dans l'argile : toi, nous et la leucémie #26

Six mois
Arrêter de compter les mois de lutte contre la maladie. Il en y a encore tellement devant nous.
Regarder le chemin parcouru. Avancer encore et encore.
Etre rappelés à la réalité par la disparition d'enfants hospitalisés avec Stanislas. Etre épouvantés.
Se réjouir des sourires, de la complicité précoce de nos garçons. Mesurer notre chance.

Lorsque le jour s’est enfin levé, sans écouter mon corps endolori et vacillant, nous sommes partis pour l’hôpital. A pied.
Quand tu nous as aperçu sur le pas de la porte, ton visage s’est éclairé.
Blotti contre toi, Gautier s’est enfin endormi.

Je n’avais été absente que quelques jours mais à l’hopital, la maladie avait gagné en vigueur.
Rayan, petit prince de 4 ans, s’éteignait doucement. Il n’avait plus de traitement, juste de quoi tenir la douleur à distance. Sa maman se mouvait comme une reine, la tête haute, portant son enfant dans  les bras.
Et quand il n’était pas là, quand elle passait la porte de la chambre, elle s’accroupissait et sanglotait. Des sanglots secs qui secouaient tout son corps.
Rayan est mort.  Le service tout entier s’est figé dans ces derniers jours d’été.
Ses parents ont quitté l’hôpital. Et la chambre a été nettoyée, prête à recevoir un autre enfant.

Quant à Lucas, il ne supportait plus le traitement pour ses poumons. Le produit le brulait littéralement. Il était écarlate, boursouflé et sa peau partait en lambeaux.
Des spécialistes du monde entier se pressaient à son chevet, le prenaient en photo et se questionnaient.
Avec un sourire acide, Lucas se félicitait de devenir la prochaine coqueluche des colloques médicaux et envisageait sérieusement de monnayer ses réponses.
Sa mère et moi passions des heures à le badigeonner de crème, à retourner son corps à vif pour lui offrir quelques secondes de répit.
Lucas avait choisi d’ignorer les doses massives de morphine qu’on lui proposait, épouvanté par les visions qu’elles amenaient. Il préférait affronter la douleur, en pleine conscience.
A 10 ans, les yeux grand ouverts, il se battait chaque seconde.
Toute sa famille s’installait à Lyon. La grande maison au milieu des bois avait été vendue, troquée pour un petit appartement fonctionnel proche de l’hôpital. 
Un jour, sa maman m’a soufflé « nous sommes au bout du rouleau » ; elle venait d’apprendre qu’elle souffrait d’un mélanome et qu’elle devait être hospitalisée.
Tu sais, c’est Lucas et sa maman qui ont offert à Gautier le doudou qu’il traîne partout.

Ce sont leurs sourires lumineux et leurs yeux douloureux que je vois  lorsque j’aperçois ce petit lapin bleu.

lundi 16 mars 2015

52 semaines, 52 gravures : C'est le printemps

Le thème de la semaine est évident, c'est le printemps.


A défaut de neige, il y a dans mon jardin de délicats perce-neiges.
J'avais envie pour une fois de graver les vides et d'imprimer sur une feuille colorée mais j e ne suis pas très satisfaite de mon encrage qui n'est pas assez homogène.

Il faudra que je réessaye...


Pour voir toutes les réalisations, c'est par ici.

jeudi 12 mars 2015

Aluminium - la veste

Ma fidèle veste grise, la veste gris laine bouillie, m'a lâchée. Un matin, j'ai enfilé la manche droite, un bruit sinistre m'a arrêtée,craaac, et celle-ci m'est restée dans la main.


Bref, il fallait que je lui trouve une ( ou plus si affinités) remplaçante. Mon stock de laine bouillie comme de drap de laine était épuisé. En revanche, j'avais un joli coupon de molleton gris clair, aluminium pour être précise.
J'avais envie d'une veste un peu structurée et j'avais ce patron Vogue, V2851 Adri, du début des années 2000 à tester. Voyez-vous la veste courte avec de jolies nervures en bas, à gauche?


 2000s ADRI Womens Separates Pattern, Bust 31-34, Vogue V2851, Misses/Miss Petite Size 8 10 12, Jacket, Pants, Top, Shirt Jacket, UNCUT FF

Comme toujours, je me suis laissée prendre par la carrure des patrons Vogue que je trouve toujours gigantesque. Il a donc fallu que j'improvise des pinces au milieu des épaules pour récupérer 4 centimètres de large sur chaque.


J'ai surpiqué chaque couture et agrémenté l'encolure de broderie machine.
J'ai ajouté dans les pinces du dos des rubans pour insérer un laçage.


J'ai doublé de jersey contrasté le col et les poignets.
Au final, je ne sais pas, j'y ai passé des heures sans être convaincue. On verra à l'usage...

en version ville, avec une jupe noire et une chemise Cacharel.
En termes de Wearability project?
Ma veste est :
- seyante : 2,5/5. Moyennement, je trouve : les épaules et le torse sont trop larges, les manches un peu longues.
- polyvalente : 2,5/5. Le molleton gris clair a quand même une nette connotation sportwear.

en version campagne, manches retroussées pour montrer la doublure, et pantalon la redoute Kids.

- compatible avec le reste de ma garde robe : 3/5. En dépit de sa couleur grise, les zestes d'originalité, le laçage du dos comme la doublure des poignets et du col, font qu'elle se marie difficilement avec autre chose que du gris, du noir, du rouge ou du bordeaux. 
- confortable : 3/5. Une fermeture ne me semblait pas nécessaire mais je crois que je vais faire marche arrière!
11/20, je crois qu'elle remporte la palme de la réalisation la plus mal notée.


mercredi 11 mars 2015

Les petits-déjeuners du dimanche #33


Salade de fruits, biscuits à la noix de coco et thé vert Selimbong (jardins de Gaia)


Lendemain d'agapes : poires pochées aux gingembre, terrine à la vanille, copeaux de chocolat, pain seigle, levain, raisins et thé Lapsang Souchong bio (Palais des thés)


Pain noir sans gluten, pâte à tartiner dattes-amandes-citron, compote pommes poires et thé des fakirs ( palais des thés)


Salade de fruits, amandes caramélisées, madeleine au citron ( livre Douceurs Citron - Cléa), et gateaux dattes-cacao, chicorée Yannoh


Jour de neige : porridge, lamelles de pommes, fruits secs ( cranberries, raisins secs, amande, noix du brésil), thé Selimbong ( jardins de Gaia)

mardi 10 mars 2015

52 semaines, 52 gravures : semaine 11 - just dance

Il y a longtemps que j'ai cette photo : j'aime l'énergie qui s'en dégage, la liberté et presque, la sauvagerie, de cette femme. Je l'ai peinte, je l'ai dessinée. Et aujourd'hui, je l'ai gravée...


Double impression légèrement décalée, en noir et en gris clair


En noir 




Impression sur papier journal, en blanc et en sépia.

Retrouvez toutes les participations sur notre tableau Pinterest collectif.