lundi 14 avril 2014

De l'éducation des enfants - la pédagogie Montessori, un espoir pour l'école française?

Il y a quelques temps, j'ai lu un article intitulé Le boom de Montessori, un espoir pour l'école française? Malheureusement, je ne sais pas où il a été publié, seulement qu'il a été écrit par Laetitia, le 31 octobre 2012. 

Cet article est une très bonne explication des raisons pour lesquelles nous avons choisi cette méthode pour scolariser Gautier. Je me suis dit qu'une synthèse intéresserait un certain nombre d'entre vous.


Il y aurait aujourd'hui 130 écoles Montessori en France, la plupart existant sous forme d'associations et n'ayant pas forcément le statut d'écoles.
Pour mémoire, la pédagogie Montessori a été inventée au début du XIXème par Maria Montessori, première femme médecin italien. Elle est fondée sur le postulat que les enfants sont naturellement attirés par les apprentissages et qu'il suffit de leur proposer un environnement adéquat pour stimuler leur désir d'apprendre de façon autonome.

L'intérêt suscité par la pédagogie Montessori est, en France, chaque année, plus important. 
Il y aurait plusieurs explications à celui-ci :
- les jeunes parents d'aujourd'hui sont des enfants de la crise. Pour eux, l'école n'a pas tenu ses promesses  : diplômes inutiles et dépourvus de travail sur le marché du travail, ascenseur social en panne... Ces jeunes parents sont sceptiques envers un système qui leur a montré ses limites. Les enfants d'aujourd'hui vont grandir dans un monde incertain, feront des métiers qui pour certains n'existent pas encore avec des technologies qui n'ont pas encore été inventées. Comment leur donner les moyens de s'adapter et d'y vivre bien?
- les jeunes parents d'aujourd'hui sont la première génération à avoir eu accès à l'information facile et illimitée via internet, à trouver facilement des partages d'expérience, et ce partout dans le monde.

La conception de l'intelligence dans le système de l'éducation conventionnelle est réduite essentiellement aux capacités de mémorisation et de raisonnement déductif. 
Or il existe au moins 8 formes d'intelligence ( linguistique, logico-mathématique, kinésthésique, visuo-spatiale, naturaliste, musicale, intra-personnelle ( gestion des émotions), inter personnelle (faculté de coopération) dont seules les 2 premières sont développés dans le système d'éducation conventionnelle.

Dans l'approche Montessori, la scission entre compétences intellectuelles et non intellectuelles est abolie et chaque enfant est encouragé à explorer aussi loin et aussi longtemps qu'ils le souhaitent les domaines qui l'intéressent. La pédagogie Montessori maintient intact le désir inné d'apprendre de l'enfant. Comme il n'y a pas de système de sanction/récompense, les éleves des classes Montessori savent travailler pour eux-mêmes. Et travaillant pour eux-mêmes, ils sont studieux et concentrés.

Dans le système conventionnel, la mémorisation est appréciée. Ce qui fait que l'élève s'applique à retenir les bonnes réponses sans chercher à les questionner ou à les remettre en cause. Du coup, cela donne une société où la faculté d'innovation est rare. Dans les écoles Montessori, on encourage la créativité par les activités artistiques mais également en encourageant la libre expression de chacun. En outre, la pédagogie Montessori s'applique à avoir de la considération pour le point de vue de l'enfant, qui est respecté a priori.

Je n'ai pas eu beaucoup d'expérience en matière d'école maternelle, Stanislas ne l'ayant fréquenté qu'une année, mais il m'a semblé qu'un certain nombre de principes Montessori y avaient été incorporés, notamment sur le développement sinon des 8, mais au moins de plusieurs formes d'intelligence.
Mais il est certain qu'avec 30 enfants par classe, les écoles conventionnelles pourront difficilement travailler sur l'autonomie et la créativité.

Scolariser son enfant dans une école Montessori est aujourd'hui un luxe. Il me paraît important de diffuser les enseignements Montessori afin que l'école conventionnelle puisse les intégrer et ainsi en faire bénéficier le plus grand nombre.
Par ailleurs, le système éducatif français étant ce qu'il est, nous n'envisageons pas de maintenir Gautier dans une école Montessori au-delà de ses 6 ans car il nous semble qu'il lui sera  difficile de réintégrer au-delà un système normé.

Montessori, vous connaissiez? Vous en appliquez les principes à la maison?

Si vous avez envie d'aller plus loin, les écrits de Maria Montessori sont limpides. Et si vous avez surtout envie d'activités Montessori, tapez "montessori" dans Pinterest et c'est une mine que vous trouverez ( mais presque toujours en anglais)

12 commentaires:

  1. Merci pour cet article instructif. J'en avais déjà entendu parler mais c'est toujours aussi intéressant. A très vite!

    RépondreSupprimer
  2. je connais très mal cette pédagogie, même si je perçois les grandes lignes (et suis en accord avec)
    Cela dit, pour avoir eu des contacts proches avec une école de pédagogie similaire, je me pose toujours la question : comment ces théories seraient-elles capables de gérer les difficultés liées aux questions sociales/familiales qui se posent dans les écoles dont le public n'est pas aussi privilégié (car comme tu le dis, un élève scolarisé en Montessori fait objectivement partie d'une catégorie sociale favorisée - pas seulement économiquement mais surtout culturellement) ??? Que donnerait une école Montessori en ZEP ??? Ceci n'est pas une question orientée, attention, en tant qu'enseignante ET femme de chef d'entreprise confronté aux exigences de l'innovation versus réalité de la formation, je suis très très consciente des limites de notre système d'enseignement et donnerais cher pour savoir comment améliorer ma pratique ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rejoins (notamment sur le capital culturel des enfants inscrits à Montessori) et en même temps, je trouve que sous des airs de ne pas trop y toucher, l'éducation nationale s'imprègne de Montessori!
      Tu sais, à la base, Maria Montessori a inventé sa pédagogie pour les enfants du quartier le plus défavorisé de Rome au début du XXème siècle, donc en ZEP, je pense que cela marcherait!

      Supprimer
    2. je sais qu'effectivement l'école primaire et surtout maternelle commence à pomper activement dans les réservoirs d'activité montessori -youpi !- mais dans le secondaire, j'ai des gros gros doutes ... disons que les théories sont enthousiasmantes (cf la réforme du lycée) mais qu'à l'heure de l'évauation (=Bac) c'est très très frileux, donc de fait, les ambitions éducatives sont foulées au pied ...
      par ailleurs, j'ai aussi des gros doutes sur la possibilité de comparer une ZEP aujourd'hui avec même les bidonvilles romains du début XXe siècle ... car fondamentalement, à mes yeux, ce qui fait défaut aujourd'hui c'est la valeur que l'environnement familial accorde à l'école (selon les familles : faible à nulle ...) et la place vue comme souhaitable de l'individu face au groupe (aujourd'hui : individu tout puissant face au bien commun considéré comme quantité négligeable)

      pessimiste ? ... non pas vraiment ... je suis dans l'expectative ... mais je suis plutôt sans illusions quant aux engagements des adultes d'aujourd'hui (nous avons partagé la même expérience, un peu décevante, n'est-ce pas ?)
      donc effectivement, il se peut que le salut vienne de cette poignée de privilégiés qui sortiront de ces filières parallèles telles que Montessori !

      Supprimer
  3. Je me suis aussi pas mal intéressée à la pédagogie Montessori (même si mes connaissances en la matière restent limitées) et je trouve que c'est aussi une approche très éclairante en tant que parent : de quoi mon enfant a-t-il besoin pour s'épanouir ? comment fait-il ses apprentissages ? comment perçoit-il le monde ? etc.
    Mon expérience de maman de trois enfants scolarisés en école publique me fait penser que beaucoup de ces principes sont appliqués en maternelle, et j'ai le plus grand respect (vraiment) pour les enseignantes, qui font souvent leur métier avec passion et cœur, et de manière parfois innovante. ;)
    Ici, nous avons la "chance" d'avoir des classes de 22-24 élèves, presque toujours en multi-niveaux... je tremble de penser que 30 élèves devienne la norme. :/

    RépondreSupprimer
  4. Papelhilo, je pense que Lathelize te répondra la même chose, mais Maria Montessori a créé sa méthode d'abord en travaillant avec des enfants handicapés, puis avec des enfants en grande difficulté sociale... Je pense que certaines choses doivent s'appliquer en ZEP - sachant que peut-être, tu les fais déjà sans le savoir... parce que c'est une pédagogie développée sur l'observation de l'enfant, alors il est normal que "les grands esprits se rencontrent". ;)
    ... oui, je suis un (tout petit peu) passionnée par le sujet ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, aussi, je suis passionnée...et convaincue! Et je pense que multiplier les communications sur ce sujet peut permettre de diffuser ce courant pour le bien de tous.
      Parce que j'ai été ahurie par le peu de personnes connaissant la pédagogie Montessori et par le grand nombre de personnes alarmistes voire carrément catastrophées par notre décision (pourtant limitée à l'inscription en maternelle)

      Supprimer
  5. J adhere totalement à sa pédagogie et essaye de l appliquer même si mon Loulou est en ms en publique

    RépondreSupprimer
  6. Passionnant ! La (future) psychologue que je suis trouve tout cela vraiment passionnant ! Je suis fascinée par le développement de l'enfant, et j'ai lu récemment "Le bébé est une personne" de Bernard Martino. Egalement captivant, je vous le conseille si cela vous intéresse !
    Belle soirée.
    Elisabeth

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu mais je prends note! Merci pour le conseil!

      Supprimer
  7. Montessori, j'ai commencé à m'y intéresser quand mon plus grand était petit. Les écoles n'étant pas dans mes moyens, j'ai même envisagé de faire l'école à la maison. Lors de l'inscription en mater, j'ai demandé à la directrice si elle connaissait Montessori, Freinet, Steiner ... oui oui mais on a pas le temps ...
    Alors bon, tant pis, on intègre à notre manière, et puis cela m'a amené aux ateliers de parents et je pense qu'avec une approche sensible de communication on peut aussi faire beaucoup de choses !

    RépondreSupprimer
  8. Oui, la difficulté avec les écoles Montessori, c'est que l'intégration est difficile en primaire.
    C'est vrai que l'école française qui fait rimer égalité avec uniformité, est loin de la philosophie de Montessori !

    RépondreSupprimer