mercredi 16 avril 2014

Au boulot # 2 - la voltige de l'évaluation

Comme nous sommes mercredi et que je ne travaille pas, je peux donc vous livrer la suite de mes réflexions sur le dur métier de manager. :-)


La campagne des entretiens annuels s'achèvent. C'est toujours un exercice difficile d'évaluer son équipe, d'apprécier ce qui marche et de dire ce qui fonctionne mois bien, ce qu'il y a à améliorer et comment y arriver. C'est compliqué de faire preuve d'empathie et de dire les choses néanmoins, d'être un manger courageux et motivant.
L'exercice était d'autant plus difficile cette année que nous avons effectué des changements de fond et qu'il y a d'encore plus importants devant nous, que les membres de mon équipe sont tous plus âgés que moi et que le mot d'ordre de notre grand chef était "parler vrai".

D'abord, on ne le dira jamais assez mais il y a quelques fondamentaux
-un entretien se prévoit suffisamment à l'avance. Un délai de quelques semaines me paraît bien
- on prévoit un créneau horaire assez long. Par principe, je prévois 1h30. Parfois, c'est un peu plus long mais en général, on s'y tient. Grâce aussi au PIA (Point de Mi Année) et aux points hebdomadaires que je fais chaque semaine.
- on s'installe dans un endroit calme et on coupe PC et portable.
- on prépare. On récupère et on relit l'entretien annuel de l'année passée et le point de mi-année. On s'efforce de trouver des exemples factuels pour tous les points que l'on souhaite aborder. Je transmets un formulaire vierge à la personne évaluée quand je prends date et je lui demande de préparer l'entretien de son coté.


Dans le respect du formulaire fourni par le Groupe, pour chaque point:
-  je laisse la personne s'exprimer, je l'écoute en essayant d'être totalement disponible.
- je pose des questions, je reformule
- j'évalue en adoptant la démarche PNL en 3 points*:
1. je présente les réussites en termes concrets, factuels.
2. Introduite par "et" (et non par mais!), je présente les axes d'amélioration sous d'objectifs à atteindre et d'actions à réaliser
3. Et je conclus avec les qualités de la personne. Je lui dis qu'il compte dans l'équipe et pourquoi.

Pour vous rappeler les bancs de l'école, ce n'est pas "des progrès mais peut mieux faire", c'est "ne fait plus que 5 erreurs par dictée et en restant silencieux pendant celles-ci, arrivera sans aucun à s'améliorer encore. Elève doué de beaucoup d'un humour amuse et stimule l'ensemble de la classe".

Bon, ce n'est pas toujours de la tarte et parfois (rarement heureusement), cela commence par des larmes et des récriminations.

Les points de mi-année sont pour fin-juin/début juillet, vous avez d'autres trucs à me donner?

*Programmation Neuro-linguistique : si vous êtes intéressé(e), vous pouvez lire Comprendre et pratiquer la PNL de Josiane de Saint Paul, Hélène Blanchard, Françoise Ducreux et Antoni Girod chez Interéditions, livre auquel j'ai emprunté la méthode).

8 commentaires:

  1. UN bel outil que la PNL, je découvre cette année. Et du coté de l'évalué, ca change aussi le ressenti....
    Et toujours le "je" plutot que le "tu"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en tous cas, cette technique de communication permet d'ouvrir un certain nombre de discussions constructives.

      Supprimer
  2. si au moins tu arrives à donner de la reconnaissance à ton équipe c'est déjà pas mal.
    C'est quand même très pénible d'entendre régulièrement qu'on est parfait, qu'on bosse comme un dieu, qu'on atteint et dépasse tous ses objectifs.... mais que ma foi... la promotion attendra le prochain poste. Résultat, à quasi 40 ans, on en est au même point qu'à 23. Alors vivement dans 30 ans que la retraite arrive !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas. J'essaie d'être un manager respectueux et concerné mais c'est un job difficile!

      Supprimer
  3. La tâche est difficile, certes, mais je pense que les collaborateurs sentent vraiment la posture du manager, son "orientation", son ouverture au dialogue...et cela permet un véritable échange de qualité, où chacun se sent écouté et où les messages peuvent être dits et entendus.
    Si cela t'intéresse, tu peux aussi regarder du côté de l'analyse transactionnelle (positionnements adulte/parent/enfant dans les échanges et la communication, appelés transactions) ! Et il y a aussi toutes les techniques d'écoute active, très simples à mettre en place au quotidien. (En fait, pour être exacte, je suis une future psychologue du travail...! ;-))
    Bon courage !

    RépondreSupprimer
  4. Les mots sont des fenêtres ou bien ce sont des murs de M. Rosenberg, si tu veux aller dans la continuité. La Pnl, la cnv, je suis en plein dedans - pas pour les mêmes choses puisque moi je suis en train de me réorienter vers l'aide à la parentalité avec l'approche de faber et mazlish (parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent ), c'est très riche d'enseignement, prendre en compte les sentiments de l'autre aide vraiment (enfant et adulte ) à communiquer "vrai ". Lors de la journée d'initiation à la pnl que j'ai faite, le maitre praticien a parlé de "process com" ... ça avait l'air intéressant également ... Je trouve très bien que ces pratiques se développent de plus en plus ! Bravo à toi !

    RépondreSupprimer