lundi 8 février 2016

Apprendre à apprendre #2 : comment accompagner votre enfant?

Pour aider son enfant à trouver sa propre manière d'apprendre, il faut l'observer en situation d'apprentissage ( se parle-t-il? écrit-il dans sa main?...). Et ne pas lui imposer ses propres schémas.

image trouvée sur chdecole.ch
L'astuce peut être d'utiliser le "tiers déviant" pour aiguiller sans imposer : "j'ai entendu parler d'un petit garçon qui pour mémoriser faisait comme çi ou comme ça".

Il faut différencier les moyens d'apprentissage ( face à un apprentissage, est que ce que je le parle, est-ce que je l'écoute, est-ce que je le lis), dits besoins de perception chez Antoine de la Garanderie, et la manière dont cet apprentissage est stocké, vit dans ma tête ( comment en l'absence de l'objet d'apprentissage, je le fais réapparaître dans ma tête), dit spécificités évocatives dans le jargon.

Pour éviter que cela soit abstrait, je vais vous faire travailler :
1. Regardez le schéma en haut à droite 1 minute ( ou celui en bas à gauche, cela n'a aucune importance)
(peinture abstraite de Louis Reith) 

2. Vaquez à vos occupations pendant 9 minutes
3. Convoquez vos souvenirs et restituez le schéma.
4. Réfléchissez à la méthode que vous avez utilisée pour mémoriser ( une histoire, une chanson, un dessin)
5. Réfléchissez à la manière dont vous avez convoqué votre savoir ( avez-vous dessiné dans votre tête, vous êtes vous entendu dire ce qu'il fallait faire)

Il est possible qu'on soit à l'aise avec une façon d'apprendre ( visuelle par exemple) mais que l'apprentissage reste dans ma tête sous une autre forme ( la voix de celui qui m'a enseigné, par exemple). Et il y a de très nombreuses méthodes d'apprentissage comme de stockage de l'information!

Par exemple, j'apprends en visualisant un espace et en trouvant des logiques d'organisation. Mais quand je convoque le savoir, je vais dans ma tête, j'ouvre un tiroir dans lequel je trouve des concepts avec des ramifications de bibliographies ou des concepts voisins ( Amaury en est resté bouche-bée!)

Quand un enfant est en difficulté c'est souvent que le mécanisme d'évocation n'est pas assimilé. C'est pourquoi il est intéressant d’entraîner les enfants à faire exister ce savoir.

Dans un 3ème billet, je vous parlerais de bonnes habitudes et de trucs et astuces ;-).
Et n'hésitez pas à laisser un commentaire pour me dire comment vous apprenez et comment vous convoquez le savoir!

2 commentaires:

  1. C'est amusant, j'ai beaucoup de mal à répondre à ta question et c'est pas faute d'avoir appris des tas de trucs, notamment en prépa.
    J'ai tendance à apprendre en me remémorant le document, donc très visuel. Quand il s'agit de concepts ( donc plus complexe), je joue avec jusqu'au moment où ça s'emboite avec le reste.
    Par contre, j'ai du mal a caractériser ma convocation … visuelle, avec des sensations sur mon degré de confiance. Ça sort du noir de ma tete, ce qui est angoissant (= tant que je n'ai pas essayé, je ne sais pas si je sais)

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Isabelle, je te conseille de regarder en replay l'émission http://www.france2.fr/emissions/les-pouvoirs-extraordinaires-du-corps-humain/diffusions/16-02-2016_457696
    il y a un passage très intéressant sur le sméthodes d'apprentissage en fonction de notre intelligence dominante. bises
    Aude

    RépondreSupprimer