mercredi 10 juillet 2013

Petit théâtre d'ombres - dernier acte

La suite des actes 1, 2 et 3 visibles ici, ici et ici, pièce écrite par mon amie Mathilde et illustrée par moi.
Dernier acte :
Le soleil a poursuivi sa course. Quelques temps plus tard, Lady B fait son apparition. 
Lady B - Bien, bien, bonjour à tous et merci pour votre patience et votre confiance. Présider une telle élection n'est pas chose facile, étant donné l'enjeu historique de notre choix. Et vous l'avez précisément démontré. Il est pour l'heure impossible de départager nos candidats suffisamment franchement. 
Un ah ébahi s'échappe de la foule grouillante et plane sur ce propos. 
Lady B - Une idée a traversé l'esprit du jury. Pourquoi ne pas demander à chaque équipe candidate de démontrer son plus grand talent, puisque chacun peut en faire preuve, comme le suggérait Joseph. Chacun pourrait donc présenter une oeuvre d'art. Car comme vous le savez, l'art est le langage de l'âme... Et de la beauté que vous saurez présenter ou mettre en oeuvre, nous trouverons peut-être plus facilement celui qui devra nous conduire. Car la famille des insectes est un monde délicat. Bien sûr nous avons nos durs à cuire. Mais tout de même, la finesse est notre lot. Nous avons prévenu nos candidats. Ils sont donc prêts à vous présenter leur travail. Je vous demande de saluer leur courage et leur ingéniosité. 

Cyclamens et colchiques, torturées par les chatouilles des insectes gourmands venus boire leur nectars devisent gentiment pendant que l'assemblée devient franchement frénétique. On entend des rires et chacun déploie ses ailes ou s'étire les pattes pour reprendre un peu de courage avant ce second round électif. 

Gendarme - A présent, donc, seconde et dernière épreuve, chaque duo doit présenter son chef d'oeuvre. Car que serait un chef s'il n'aimait pas le beau ? Lorsque ces présentations seront faites, je demande que votre choix soit fait. Alors amis candidats, je vous cède la place. 
Ana - J'ai laissé à Théo le soin de réaliser avec sa termitière une sculpture dont vous me donnerez des nouvelles. Cela pourrait constituer le palais présidentiel de l'élu. Par ailleurs, comme l'union fait la force, et la quantité la qualité, nous présentons une deuxième ouvre. Un bâton d'eucalyptus creusé par leurs soins ; En soufflant dedans cela donne un son sans pareil, caverneux, grave, envoûtant. Ecoutez plutôt ; notre ami chat a bien voulu souffler dedans. 
Le chat en s'approchant, écrase la termitière qui s'écroule lamentablement. Prenant peur, il s'enfuit et le didgeridoo reste vide et silencieux. On se demande s'il n'a pas écrasé un des deux candidats en s'échappant. 
Gendarme - Merci Ana et Théo. Dommage, car en effet, cette montagne sculptée était de toute beauté. Et impressionnante avec ça. 
Hubert - Enfin, il était un peu petit ce palais présidentiel pour mes grandes ailes... Alors pour ma part, je vais vous chanter un bourdonnement qui vous carressera les tympans de sa gravité. Moustique bat des ailes pour le tempo. 
Charles - Bzzzzzzzzzz bzzzzzzzzzzzzz bzzzzzzzzzzz
Petit rire général discret. 
Aristide - Regarde Gudule, chacun se gratte les oreilles. Je pensais être le seul, mais non  car ce bourdonnement chatouille terriblement. 
Gudule - Je te rappelle que je suis un bourdon. Moi j'adore ! 
Aristide - Mais ton bourdonnement est bien plus joli. Celui-ci est un peu pauvre en tonalité.... 
Gudule - Maintenant que tu le dis... C'est vrai qu'on dirait un cri de bourdon et pas un chant. Ah ces frelons rouleurs de mécaniques... ils feraient mieux de manger un peu plus de miel hihihi. 
Gendarme - Hubert, Charles. Formidable, merci. Mais je dois vous demander d'arrêter, le temps se gâte. Euh, je veux dire le temps presse. 
Hubert - Oui, et puis de toutes les façons ce qui compte c'est d'être entendu de loin et ça vous avez compris que je suis le seul à pouvoir le faire. Comme un rugissement, en somme. 
Gendarme - Euh l'objet du concours était plutôt de provoquer une émotion. Mais je ne suis pas juge. Quel candidat veut s'avancer à présent ? 
Joseph - Je vais simplement vous proposer un ballet aérien avec Jeanne. Oh, nous n'avons pas eu beaucoup de temps pour nous entrainer. Est ce que vous pouvez nous aider, vous tous et chanter après moi ou taper avec vos mandibules - ta-ta-ti-ta-ti-taaaaaaa. 
Tout le monde répète en choeur
Encore une fois ?  Oui !!! exactement, c'est çaaaaaaa ! 
Et Joseph et Jeanne s'envolent, et exécutent une chorégraphie enchanteresse. 
Jeanne - Notre danse ne sert à rien, on ne loge pas dedans. Elle veut juste vous dire qu'il est bon et beau de nous savoir tous réunis. Et que le beau est l'allié du bon. Merci à tous. C'était un bien joli moment. ta ta ti ta ti taaaaaaaaa. 
Chris - A nous le tour. Mesdames, pour montrer à ces messieurs que nous avons un instinct magnifique, nous avons avec Chris réalisé une oeuvre pictural sans pareil. Une dentelle coupé à la mâchoire. Même si je préfère la texture des scarabées. 
Chris le phasme donne un coup de coude à la mante - Chriiiiis, arrête !! 
Chris - Bref, voici notre oeuvre d'art, une superbe dentelle végétale. Qui peut servir de toit (s'il ne pleut pas), de table (si les aliments sont assez gros) ou tout au moins de nape. On peut aussi la fixer sur le tronc qui fait office de porte de votre maison.
En portant la dentelle, le phasme éternue à cause des antennes d'un votant non loin et son souffle déchire la feuille. La mante se jette sur le phasme et le dévore. 
Gendarme - Bien, je crois qu'une des équipes vient de s'éliminer au sens premier du terme.... Nous allons donc voter. 

De l'assemblée est répété ta ta ti ta taaaaaaa, ta ta ti ta taaaaaaaaa. Et tout le monde se met à danser. 
Gendarme - Je vous demande de vous arrêter. 
Lady B - Non gendarme, je crois que celà est une façon de voter. L'unanimité. Si je m'attendais à ça.... 
Joseph et Jeanne ? Puis je vous demander de me rejoindre ? 
Dans un virevoltement, ils se présentent humblement mais souriants. 
Lady B - Je vous déclare président et vice présidente de la grande communauté des insectes. Félicitations à nos deux insectissimes. Et j'ai bien l'impression que nous avons trouvé notre hymne, de surcroît.... 
ta ta ti ta ti taaaaaa général. 



Et comme nous n'allions pas nous arrêter en si bon chemin, nous sommes reparties pour de nouvelles aventures où il sera question d'une forêt, d'un hibou et d'un cerf. Et les illustrations seront gravées

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire