mercredi 26 juin 2013

Petit théâtre d'ombres - acte 3

La suite des actes 1 et 2 visibles ici et ici, pièce écrite par mon amie Mathilde et illustrée par moi.
Troisième acte:
Aristide et Gudule s'envolent, entourés d'une nuée d'insectes ailés. Mestre repart d'un pas lent, en agitant ses antennes élégamment. Lady B avance rondement, et de temps en temps sautille comme le font les danseurs de claquettes. De toute évidence, il y a de la joie. 
Aristide - Répétons, ce sera donc une cooptation, un choix, une désignation. Nous choisirons notre chef, notre cheftaine. 
Gudule - Oui, mais au mérite. Il ne suffit pas de tisser la plus grande toile du réseau des copains insectes. En plus l'araignée, elle, fait sa toile, mais ensuite elle mange ceux qui rentrent dans son cercle. Non, notre chef sera le plus fin, le plus malin. Hors de question de faire comme les autres animaux qui ont juste choisi un gros poilu qui crie plus fort que les autres. Le lion... non mais quelle idée ! Chez nous, foi d'insecte, cette place ne sera pas gagnée par la force ou par le plus grand nombre de copains. Car sinon, les fourmis, trop nombreuses, joueront de leur influence pour désigner leur chef. 
Aristide - Allez, les fourmis ailées, puisqu'on parle de vous allez dire aux fourmis sous terre, aux termites et à tous les grégaires que nous préparons la fête du choix de notre champion. Mestre s'occupe des larves, des rampants en tous genres. Même Albert le ver de terre qui n'est pas concerné a proposé de l'aider à creuser les galeries pour prévenir les souterrains. 
Gudule - Récapitulons, Maistre a dit puces, punaises, cafards. En se grouillant il réunira un paquet de monde.
Aristide - Lulu la libellule se charge des copains des marais, le grand tipule, mouches et taons, rosalies, perce-oreilles et sauterelles.
Ernest le papillon s'occupe des butineurs, il m'a dit qu'il prévenait frelons, guêpes, bourdons, abeilles.
Et Lady B, s'est dit qu'elle prévenait les coléoptères : scarabées, hannetons et autres cousins et cousines. 
Gudule - Ah, et Lady B, justement. Elle m'a dit quand nous prenions notre envol qu'elle allait voir avec la prairie du bois joli, à l'Est du marécage des vertes nouilles pour l'organisation et l'intendance. IL y a quelques bois morts encore bien garnis et coquelicots jolis, pâquerettes, boutons d'or et pissenlits régaleront la plupart des convives de notre jury ainsi que les nombreux spectateurs qui viendront pour cet événement historique. La date est fixée au prochain équinoxe. Ca parait juste de choisir un jour où il y a autant de jour que de nuit pour élire un chef des insectes équilibré, juste et pondéré. 
Le grand jour arrivé, la fête commence à battre son plein. Ca et là, des colonies d'ail des ours ayant retardé leur floraison secouent leurs pétales pour les ramener en boules blanches comme des pompons de supportrices. On savait qu'elles protègeraient de leur présence le chef bientôt désigné. Les escadrons de sauterelles avaient prévenu tous les oubliés de la liste. Les votants fourmillaient et certains butinaient déjà allègrement. 
Gendarme - Chers compatriotes congénères venus de loin, sous terre, dans l'air, bref, divers, nous sommes réunis en ce jour solennel. Tendez bien vos antennes, je déclare ouverte la grande désignation de notre chef à tous. 
On entend une clameur, un hourra général. 
Gendarme - Quatre d'entre nous se sont portés candidats, chacun aidés d'un adjoint qui deviendra notre vice chef. La première étape, amies bestioles, consiste en ce que chacun se présente et donne en une phrase son projet de présidence. 
Gudule à Aristide - Je ne sais pas pourquoi ce Pyrrhocore se prend toujours autant au sérieux avec son uniforme et son air engoncé. 
Aristide - C'est vrai. Mais à la fois, il a raison, c'est quand même un sacré jour pour nous tous. Chut, regarde 
Sur un podium de feuilles luisantes s'approche une fourmi plutôt dodue. 
Ana - Chers et nombreux amis, je suis Ana la fourmi. Mon adjoint sera Théodore le termite. Le nombre fait la force et je prône la quantité pour coloniser les terres inconnues, agrandir nos territoires et faire des insectes la famille qui écrasera les autres par son nombre infini. Je ne parle bien sûr pas que de nous autres les fourmis noires, rouges, blanches et ailées. Nous sommes, à nous tous réunis, plus de 30 millions d'espèces, autant dire des milliards et des milliards d'individus. A nous le pouvoir !
Gendarme - Bien, bon, merci. Suivant, je vous prie. 
Joseph - Les ailes déployées, je vous présente mon alter ego co-candidate, Jeanne la libellule. Nous nous sommes beaucoup concertés pour trouver cette phrase de présentation. Et nous avons pensé à ceci : "Notre différence est notre richesse". Je propose ainsi d'unir nos talents, aussi petits soient ils, parce qu'ils sont nombreux et divers. Et qu'ensemble nous ferons des merveilles. Voilà. ça parait un peu nouille dit comme ça, mais c'est sincère. Alors, merci !  
Jeanne - Et ne vous fiez pas seulement à la beauté de nos ailes. Nous avons des propositions de fond !
Gendarme - Joliment dit. Voici le tour de Christèle
Christelle - Nous : Chris, moi, et Chris, le phasme, (mais c'est une fille) pensons qu'avec un peu de prise de hauteur nous pourrons créer un état amazone où seule les insectes féminines auraient les postes clé. Nous subissons depuis trop longtemps le pouvoir pleutre de ces messieurs. Alors tant qu'à prendre le pouvoir, prenons-le, Mesdames. 
Gendarme - Bien, je ne sais pas si j'ai le droit de présenter le candidat suivant…
Chris -  Messieurs, je tiens à ajouter que nous acceptons toutefois vos votes, puisque pour l'instant la constitution entomologique accepte vos votes. 
Gendarme - C'est noté. Hubert, très cher, à vous l'honneur pour clore les présentations. 
Hubert - Hubert, tel est mon nom. En tant que Frelon, je vous le dis bien fort : nous sommes peut-être petits (enfin surtout vous), mais nous pouvons être mortellement plus forts. Regardez les mouches sur le dos de la vaches, hein, qui est la plus forte ? Alors organisons nous en bataillons serrés et gagnons le pouvoir. Il faut piquer là où ça fait mal. Et si le lion est le roi des velus, je dois être votre chef, car je suis le plus majestueux. Ah, et j'oubliais moustique. Euh Charles. Qui me soutient, bien sûr. 
Gendarme - Amies, amis, il me semble que chacun a pu se faire une opinion. Je vous demande d'ores et déjà un tonnerre d'applaudissement pour ces vaillants candidats. Merci. Le temps est donc venu de voter pour votre candidat préféré et élire ainsi notre insectissime équipe. Je vais me retirer pour vous laisser le temps de délibérer. Et Lady B viendra ainsi vous révéler le nom de notre nouveau chef. Comme pour lui : Bigre, c'est émouvant. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire