jeudi 20 juin 2013

Bouquinons #35

Décidemment, j'aime beaucoup l'écriture et le souffle de Louise Erdrich, découverte très récemment par hasard. Ici, il est question d'un duo mère et fille, d'origine indienne, qui travaillent comme antiquaires et vivent ensemble, retranchées dans leurs pensées, dans leur contemplation. Il est toujours question de mémoire et surtout de mémoire indienne. Mais c'est aussi une histoire sur l'absence et une histoire sur l'amour qui continue même quand son objet est mort. C'est poignant, c'est magnifique, c'est un coup de coeur!
Les privilèges, de Jonathan Dee, est un roman, sans trop de surprises, sur les spéculateurs et sur leur rapport au monde. A vrai dire, le comportement décrit, l'absence totale d'éthique, le plaisir de l'arrogance mais aussi le désarroi des enfants grandis dans cet environnement m'ont semblé assez fins.
Si vous ne savez pas quoi lire, vous pouvez y aller mais c'est un livre très oubliable.
J'ai énormément aimé ce livre, même si je pense que l'auteur aurait pu se dispenser de l'histoire d'amour contemporaine, pleine de clichés. Pour la partie historique, elle est fascinante, très bien écrite. Et que dire sur le soufisme et sa philosophie d'amour et de tolérance, si ce n'est qu'elle m'a bouleversé?
Si vous avez la chance de ne pas encore l'avoir lu, foncez ( et faites abstraction des parenthèses contemporaines un peu mièvres!)
Un livre un peu moyen, faute d'avoir d'autres livres sous la main pendant les grands ponts de mai. Tant l'histoire que sa construction et son style littéraire m'ont laissé de marbre. J'ai bien aimé les descriptions de l'océan, ça cadrait avec l'atmosphère des vacances en Baie de Somme.
Un autre coup de coeur, Rosa Candida, d'Audur Ava Olafsdottir. J'ai retrouvé la douce fantaisie de l'Embellie, l'affection qui se tisse entre un adulte et un enfant ( ou un bébé ici). J'ai refermé le livre avec une furieuse envie de jardiner.

J'ai découvert il y a presque an qu'Amazon ne payait quasiment pas d'impôt en France, car la localisation de leur siège  leur permet de les éviter. J'étais si scandalisée ( et aussi par leur méthode d'enregistrement de  cartes bancaires qui fait qu'on achète sans se rendre compte) que j'ai immédiatement cessé d'acheter chez eux.
Donc, si vous aussi, vous ne savez pas où acheter vos livres, n'hésitez pas à les commander en ligne chez Décitre. C'est un peu moins rapide qu'Amazon.
Décitre est une très jolie librairie ( enfin il y en a plusieurs maintenant) sur la Place Bellecour à Lyon, vous savez de ces chouettes librairies où il y a des vrais résumés des libraires et des vrais conseils.
Quand j'étais gamine, j'y passais des heures et pour mon anniversaire, ma maman me laissait choisir ce que je voulais ( je ressortais avec une vingtaine de livres - Le comte de Monte Cristo, l'intégrale de Naguib Mahfouz...)

2 commentaires:

  1. quelle excellente idée de cadeau d'anniversaire que d'avoir carte blanche dans une librairie !

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette nouvelle chronique littéraire ( je les aime bien ces chroniques...) et bien sûr qu'il faut acheter ses livres chez les vrais libraires!!!! ( tant qu'il y en a encore un peu...)
    Bonne soirée...

    RépondreSupprimer