mardi 2 octobre 2012

Etre et ne pas être

Cet hiver, alors que depuis des mois tout autour de moi se dégradait à grande vitesse et notamment la santé de Stanislas, mais aussi la santé psychologique de Gautier et le moral d'Amaury, je suis tombée de mon vélo.
J'ai attendu quelques jours avant d'aller voir le généraliste qui a conclu à une fracture du scaphoïde. Mais elle a posé d'autres questions et j'ai lu dans ses yeux une inquiètude sincère. Je venais de lui dire que je ne dormais plus depuis des mois, que les kilos perdus étaient sans doute liés à la reprise de boulot post-congé de maternité, que j'avais du mal à me concentrer et à m'intéresser tout simplement. Et je pleurais, je pleurais. Elle m'a proposé des anxiolytiques et un arrêt maladie. Je lui ai ri au nez.
Mais je me suis sentie happée par une fatigue extrême, par les idées noires. Je n'avais plus envie. Mais alors plus envie du tout.
Et puis, dans un sursaut, j'ai décidé de faire quelque chose:
- d'abord d'en parler. J'ai trouvé une oreille attentive chez une amie. Aussi chez une amie de longue date qui a perdu sa maman il y a quelques années de cela. Et discuter avec des parents/des proches de personnes atteintes d'un cancer m'a énormément aidé. J'aimerais aussi aller consulter un psy. Mais pour l'instant, je ne suis pas capable d'ouvrir ces portes et de confronter à ce que je trouverai derrière. Mais peut-être, peut-être bientôt...Juste pour pleurer et pour dénouer ce gros noeud.
- ensuite, essayer de retrouver le sommeil. J'ai arrêté tous les excitants ( café, coca, thé vert, agrumes). J'ai doublé ma ration de sport. J'ai emprunté un puis plusieurs DVD de yoga à la médiathèque et je me suis astreinte à faire les exercices.
- enfin, essayer de trouver de l'estime pour la personne que je suis.
Sur la forme, j'ai lancé le projet "lathelize, jour après jour" pour cerner ce qui me va ou pas vestimentairement parlant. J'ai fait du tri dans mon placard et donné tout ce qui était trop grand, trop usé.
Sur la forme encore, j'ai écumé internet et j'essaie de me coiffer. Tresse indienne, tresse épi, tresse normale, chignon...je bénis celles et ceux qui font des tutos de coiffure.
Sur la forme encore/encore, j'ai investi dans un peu de maquillage : un peu de khol, du mascara. Des fois, un peu de rouge à lèvres.
Et je m'entraîne à sourire. Bonjour- sourire- Ca va- sourire.
Et voila que mon mari s'y met et m'offre pour la fête des mères un abonnement à la jolie box. Pour moi qui découvre à quasi 35 ans les produits de beauté, ça va être une chouette expérience
Sur le fond, il ya des hauts, il y a des bas et il y a des jours où je n'ai pas le temps d'y penser.
Voila. Mais j'avais envie de l'écrire.

21 commentaires:

  1. Ton témoignage me touche! Depuis peu j'ai découvert un magazine de yoga très interessant "esprit yoga", dans un des derniers n° il y avait un article très interessant sur la pensée positive. Si tu le souhaites je peux te scanner l'article, cet article m'a été très utile pour gérer mes angoises(et éviter les anxiolytiques)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu esprit Yoga en kiosque et j'ai hésité. je l'achèterais un eprochaine fois.Oui, oui, j'aimerais bien lire l'article. Merci beaucoup!

      Supprimer
  2. On se connait très très peu "en vrai", mais finalement au travers de ce que tu écris, de ce que tu décris, de ce que tu réalises, je pense pouvoir dire sans me tromper que tu es une belle personne !
    Tu t'es battue, Stanislas s'est battu, vous vous êtes battus contre cette sale maladie, et vous en êtes sortis vainqueurs... mais fatigués. Maintenant il faut arriver à reprendre le dessus, et ça ce n'est pas forcément évident !
    Je ne saurais pas t'aider, mais j'admire ta détermination, et ton sourire !

    RépondreSupprimer
  3. En fait, je ne sais pas trop quoi dire, mais j'avais envie de t'écrire quand même... Je ne t'ai rencontrée que deux fois et j'ai été admirative de ta force à chaque fois. On voit que tu dissimiles une grande tristesse mais tu donnes l'impression de tout faire pour voir les bons côtés de la vie, je trouve ça vraiment bien pour votre famille. C'est bien que tu puisses parler de ton mal-être. Bon courage !

    RépondreSupprimer
  4. Gwendolyn, ton article sur la pensée positive doit etre très intéressant..je crois qu'il existe aussi la psychologie positive.
    Tu as raison maintenant il faut que tu prennes du temps pour toi...et pour "accepter" tout ce que tu as vécu une psychothérapeute te fera le plus grand bien, t'aider dans le quotidien.

    RépondreSupprimer
  5. je ne peux que te dire que je pense à toi, très souvent en fait, tu fais partie des personnes croisées dont on se dit qu'elles ont contribué à nous changer ... alors je te souhaite de réussir à avancer au long de ces jours difficiles, en allant vers plus de bien-être (physique et moral) même si c'est long ...

    anecdotiquement, je suis aussi terriblement insomniaque depuis un peu plus de 8 ans, il y a eu des périodes dures, surtout que les médecins semblent impuissants face à cela ... mais il reste que le moral peut quand même remonter, et cela aide pour le physique aussi ! je te souhaite bon courage, plein de bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Papelhilo, Merci !
      Je confirme que la question du sommeil est peu connue/peu traitée. Est-ce que tu as des "trucs" contre l'insomnie? On m'a parlé de la fleur de Bach Mimulus...

      Supprimer
    2. malheureusement non, j'ai essayé bcp de choses "douces" (huiles essentielles, tisanes, sirops aux herbes) mais ça n'a pas été d'une efficacité flagrante ... une chose qui m'aide à passer qq heures (!)et à être détendue, parfois, c'est écouter de la musique (avec les écouteurs pour ne pas déranger le voisin, et pouvoir rester couchée quand même !)

      Supprimer
  6. ËTRE maman et faire face à la maladie de son enfant est une chose difficile , il faut être là garder l'espoir , tous les jours conjuguer avec le chagrin et l'envie de vivre . C'est une épreuve dans laquelle il faut se dépasser et s'oublier pour avancer . Mais voilà , à un moment donné il faut se rendre à l'évidence nous sommes des êtres humains avec des pouvoirs limités et nous aussi nous avons tous besoins de partager les chagrins de montrer nos faiblesses de prendre aussi soin de nous .
    Tu verras de se laisser aller à ses émotions ce n'est pas la fin....Même si parfois la tristesse semble infinie quand on la laisse s'exprimer, elle te laissera en paix quand tu lui laisseras une place et tu retrouveras une belle énergie . Continues de prendre soin de toi , comme tu le fais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zava, je crois que tu as raison. Il faut s'abandonner, un peu, comprendre la peur, et repartir

      Supprimer
  7. oh ma chère isabelle, comme je te comprends... je suis également dans la même phase, m'occuper de moi mais voilà les épreuves continuent de nous accabler... alors moi j'ai fait le pas du psy mais comme je ne voulais pas voir ce qu'il y avait derrière la porte je suis suivie par un psy comportementaliste c'est à dire "à un problème précis une solution"! et je dois dire que cela m'aide... surtout isabelle continue sur ta lancée, t'es sur la bonne voie...acceptons notre fatigue, nos failles, nos doutes et nos contradictions pour mieux avancer et surtout garder le cap...des bises

    RépondreSupprimer
  8. Je suis très touchée par ce que tu dis.
    Je trouve que ton projet jour après jour est vraiment formidable. Sous des dehors un peu superficiels (fringues, looks), il apporte un éclairage sur le temps qui passe, ton humeur, tes occupations et les interactions entre celles-ci. Cela me fait penser aux journaux intimes photographiques (se prendre chaque jour en photo.
    C'est normal d’être épuisée émotionnellement et physiquement pas ce que vous avez vécu. Prendre soin de toi est une bonne démarche. Je te souhaite de trouver l'apaisement. Le yoga est un bon moyen de t'aider. Portes toi bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Myriam. le yoga a été une grande découverte et je cherche actuellement le moyen de pouvoir faire une séance même en déplacement!

      Supprimer
  9. Isabelle

    C'est normal après tout ce que tu as vécu de connaitre cette période down... j'ai mis plus de 5 ans à me remettre de mon "petit" cancer... mais cela m'a rendu plus forte...
    Je ne pouvais plus être maman à 32 ans ?
    Ma psychothérapie (5 ans, ce fut dur, mais utile) m'a fait comprendre qu'il fallait que je devienne "femme" et je suis plus femme que jamais...
    Le sport aide énormément c'est sur... mais il faut aussi trouver qq chose qui nourrit l'âme... les arts martiaux furent pour moi une révélation et la rencontre de mon senseî (maitre) et des copains du dojo...
    Quand j'ai été malade, je me suis tjs dit "heureusement que cela ne s'attaque pas à mon petit"...
    tu t'es sentie impuissante pdt toute ses années...
    et maintenant, tu as du temps pour toi...
    retrouve le chemin vers ton âme profonde...
    Un bouquin qui m'a bcp aidé "Femmes qui courent avec les loups" de Pinkola Estes, livre que toutes les femmes devraient lire, la psychologie féminine expliquée au travers des contes...essentiel !!!

    A bientôt
    Nath
    Je ne t'ai jamais dit combien ta rencontre fut très belle pour moi..
    .au plaisir de se voir "en vrai" un jour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nath, et réciproquement. Nos discussions m'ont beaucoup aidé.

      Supprimer
  10. Les autres témoignages sont si forts, si justes, que je ne sais que dire... actuellement ma vie n'est pas folichonne, je traverse aussi une période très difficile, suite au déces de mes deux parents... mais je pense que l'être humain est fort, et qu'il se relève de tout, parfois on en est blessé, vexé même, on se dit que ce qu'on vit est trop triste, que l'on ne pourra pas revivre après cette épreuve, mais regarde autour de toi... il faut avancer, se trouver être quelqu'un de bien, et alors vous pourrez continuer, avancer, avec ce que la vie aura graver en vous... et bravo pour votre fenêtre ouverte sur les autres, je pense que tenir un "journal" aide parfois à y voir plus clair...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Virginie, l'avantage du journal aussi, c'est qu'il aide à mesurer le chemin parcouru

      Supprimer
  11. tu as osé dire ce que les autres pensent tout bas et osé en parler et pour cela tu es quelqu'un d'exceptionnel .......tu as su te prendre en mains malgré tous les aléas de ta vie et là le respect s'impose !! quand tu vois que nous avec tous nos petits soucis nous ne voyons pas plus loin que notre nez ....
    bravo à toi
    continues comme cela !!
    et je vais essayer d'en prendre de la graine !! et oser baissé ma garde et dire quand les choses ne vont pas ...donc surement plus facile a combattre ...
    plein de bisous et si tu veux une oreille enfin des yeux qui te liront attentifs : n'hesites pas je serais là pour toi (zabreyt@yahoo.fr)

    RépondreSupprimer
  12. Merci à toutes pour vos mots bienveillants.Ils m'ont beaucoup touchée et m'ont donnés le coup de pouce nécessaire pour franchir le pas. J'ai pris contact avec Source Vive, une association spécialisée dans l'accompagnement des familles touchées par la leucémie ou les cancers. Nous devrions être reçus, par leur thérapeute, dans les semaines qui viennent.
    A suivre donc

    RépondreSupprimer
  13. Isabelle,
    Lorsque nous nous sommes rencontrées, j'ai été très impressionnée par la force que tu dégageais et ta façon de parler de l'épreuve que vous viviez avec la maladie de Stanislas. Tu m'as donné l'impression de porter en toi toute seule toute l'énergie nécessaire à chacun des membres de ta famille pour aller au bout de votre combat. C'est donc tout à fait normal qu'après tant d'énergie déployée tu aies besoin de souffler et de t'occuper de toi, une telle épreuve ne peut pas ne pas laisser de traces.
    Je découvre en ce moment, à force de problèmes de santé, la nécessité de penser aussi à soi et de ne pas porter en permanence sur nos épaules ce lourd fardeau que la vie nous impose parfois. Il faut savoir lâcher prise et demander de l'aide quand on en a besoin. Il y a de nombreuses façon de se faire aider, tu sembles en avoir trouvé certaines. Je souhaite que petit à petit tu retrouves calme et sérénité et que tu puisses profiter des petits bonheurs simples de la vie, tout simplement...
    Avec toute mon affection
    Frédérique

    RépondreSupprimer
  14. Il n'est jamais trop tôt pour ouvrir les portes et ce que l'on y trouve derrière n'est pas forcément plus effrayant ou douloureux que la vie elle même ...

    RépondreSupprimer