lundi 15 octobre 2012

Bouquinons #24

Encore un Joyce Carol Oates ( ne vous inquiètez pas, elle n'en produit qu'un par an, je vais donc arriver au bout mais derrière, je voudrais attaquer l'oeuvre de Laura Kasischke qui est aussi relativement prolifique...). Je vous emmène est finalemenet assez proche de Fille noire, fille blanche, que j'ai lu un peu plus tôt dans l'année. En 1965, une jeune fille blanche mais pauvre, mal à l'aise dans son université traditionnelle de la côte est où une bague de fiancailles est un meilleur pari sur l'avenir qu'un diplôme, tombe amoureuse d'un étudiant noir. Le thème du mal-être, de la haine de son corps est largement abordé comme celui de la résilience.


 J'ai,comme à mon habitude, apprécié cet opus de Marie-Hélène Lafon, les Derniers Indiens. J'aime beaucoup sa langue plutôt soutenue, âpre et sêche comme le pays qu'elle n'en fini pas de décortiquer ( le Cantal en l'occurence) ; j'aime la tendresse qu'elle a pour la noblesse de ces derniers indiens, ces paysans d'un autre siècle qui vive sur leur plateau et voient la modernité comme une insulte gratuite.
Vous connaissez mon amour pour les histoires de ratés au grand coeur, habitant dans une nature hostile et aspirant à une vie meilleure? Je me suis coulée sans effort à Thalia, petite ville perdue du Texas, et personnage à part entière de La dernière séance de Larry Mac Murty, désormais classique de la littérature américaine contemporaine. Sonny et Duane travaillent dur, drague les rares filles disponibles et rêvent d'ailleurs. C'est un roman sur le passage à l'âge adulte, sur les rêves qu'il faut convertir en projets concrets. C'est un joli livre!
  Comme dans tous les Kawakami ( en tous cas, Les années douces et la brocante Nakano), il ne se passe rien de notable dans le Temps qui va, le temps qui vient. Mais c'est précisément dans la description de ces petits riens du quotidien que se niche le merveilleux talent de conteur de Kawakami.
J'ai continué la séquence japonaise avec les dimanches de Monsieur Ushioda de Yasushi Inoué. Ce petit livre est un concentré d'humour. Monsieur Ushioda est un homme de grande moralité et le président d'une des grandes entreprises japonaises. Il écrit des billets d'humeur dans un quotidien et se trouve entraîné dans une drôle d'histoire, se retrouvant à aller rendre visite à des arbres spécifiques partout au Japon. Très chouette, très intéressant pour les admirateurs du Japon, drôle de cet humour pince-sans-rire.

1 commentaire:

  1. Je ne sais pas si tu as déjà lu Lonesome Dove du même Larry McMurtry... j'ai adoré! par contre, je n'ai pas encore lu celui-ci.
    Je trouve souvent des auteurs que j'aime dans tes sélections ;-)

    RépondreSupprimer