lundi 16 mai 2016

Ma poubelle & moi #18 : la vérité sur le temps que prend une démarche zéro déchet

Quand on se lance dans une démarche de réduction des déchets, c’est une des toutes premières questions qu’on se pose et que l’on nous pose ! Quelques reportages ici ou là ont d’ailleurs particulièrement souligné cet aspect (et quelques billets ont tenté de faire la part des choses )

Cookies vegan tout chocolat ( livre Vegan de Marie Laforêt)/ banana bread citron sesame

La vérité est …que cela dépend de votre situation initiale.
Je cuisine depuis toujours : d’abord parce que j’ai longtemps été allergique au blé ( et après 20 ans d’éviction, elle a disparu), ensuite parce que nous sommes très gourmands et végétariens, enfin parce que nous voulions que nos enfants mangent sain et bio.
Notre démarche de diminution des déchets n’a donc que peu augmenter mon temps de préparation. Il n’y a que les goûters des enfants que j’achetais et que je fabrique maintenant. Sauf la compote, qu’il m’arrive encore d’acheter aux Coteaux nantais (vergers biodynamiques), parce qu’elle est si délicieuse que je n’y résiste pas.

Comme Amaury et moi travaillons à temps plein, plutôt loin de chez nous (globalement, je quitte la maison entre 6h30 et 7h, Amaury à 7h30 avec les enfants, et reviens entre 19h30 et 20h30, Amaury à 19h15), je prépare tout à l’avance. Cela me permet également d’optimiser l’utilisation du four et des différents ustensiles de cuisine.

Globalement, j’y consacre la fin d’après-midi de mon dimanche. Il me faut environ 3 heures pour préparer le plus gros des repas de la semaine, sachant que je prépare également des lunch-boxes pour Gautier et à nouveau 1h30 le mercredi soir.

Nos dîners sont simples et doivent pouvoir se réchauffer aisément :
-          Il y a toujours des soupes et des salades de crudités, ainsi que de quoi les accompagner (madeleines ou pop corns salés, crêpes ou blinis, pois chiches ou galettes de céréales)
-          Il y a souvent des currys de légumes ou de la ratatouille en saison car ils se bonifient en recuisant
-          Il y a toujours des gratins et une tarte salée.

Ce qui m’a surprise, dans notre démarche de réduction des déchets, c’est plus le temps passé en essais, en erreurs, en deuxième/troisième/quatrième essais. Par exemple, nous en  sommes à notre 3ème tentative pour trouver la lessive idéale.
Après plusieurs mois de shampooing au lierre, nous sommes repassés au shampooing bio. Avant sans doute, un nouvel essai cet été (j’aimerais essayer le shampooing solide). 
Nous avons testé plein d'endroits pour avoir des fruits et légumes bio. Finalement avec 29 autres familles des environs, nous avons crée une AMAP qui nous fournira désormais des légumes bio, et peut-être à l'avenir, des fruits.


J’avais complètement sous-estimé de temps de tâtonnement. Et je ne me rappelle pas en avoir trouvé trace dans les différents livres, témoignages lus. Changer de mode de vie prend du temps et se fait par itération. Et c’est parfois, un peu, décourageant.

Qu’est ce que vous en pensez ? Cheminer pour restreindre vos déchets vous demande-t-il plus de temps ?
Quelque soient vos progrès, je vous dis BRAVO!

16 commentaires:

  1. Ah, merci d'en parler. On est en effet quelquefois découragé, l'exemple le pire pour moi étant le lave-linge et le lave-vaisselle. J'ai chargé consciencieusement mon lave-linge et il a lâché au bout de 7 ans, du coup je n'ose plus bourrer le nouveau. Pour la lessive, je dois relaver certaines fois : pas très écologique ! Pour le lave-vaisselle, j'ai abandonné le bio quand j'ai remarqué que mon filtre était beaucoup plus encrassé que d'habitude. Je réessaye en alternant, et je crois que ça va être mon nouvel objectif pour tous les produits, alterner : peut-être moins ambitieux, mais moins décourageant. En tout cas merci d'en parler, paradoxalement faire part des tâtonnements est encourageant car on se dit qu'on est moins seul.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Perso, je vis seul et fonctionne sans lave-vaisselle ni lave-linge. Pour le 1er, il m'arrive régulièrement quand j'ai reçu des amis de faire la vaisselle le lendemain ou en cas d'insomnie pendant la nuit. Pour le linge, je passe régulièrement au salon lavoir pour y faire mes lessives.
      Et donc globalement, un peu d'organisation, d'anticipation, un peu d'huile de coude et aucun risque de panne...

      Supprimer
  2. Pour le shampoing solide, après avoir essayé plusieurs marques j'ai adopté les savons de Carole : http://lessavonsdecarole.com/les-shampoings-solides/ (ses savons pour le corps sont aussi top!)

    RépondreSupprimer
  3. J'essaie modestement de faire baisser mes déchets, sans viser le zéro.
    C'est le shampoing mon gros souci, les bio que j'ai testés ne me conviennent pas du tout, après un an je viens de ressortir un vieux flacon de shampoing " degueu" qui restait dans un placard.
    Je vais tester les versions solides aussi.

    Par contre je suis toujours ravie de mes couches-lavables (vu l'investissement j'avais passé des semaines à me renseigner avant de les acheter) et du Blender chauffant pour les pots de bébé (et mes soupes et ). Idem, je m'étais renseignée avant. 4 mois après le début de la diversification, on n'a encore utilisé aucun petit pot.
    Je galere pour trouver un magasin de vrac sympa pas trop loin de chez moi, il me faut au minimum 30 mn de trajet, donc pour l'instant j'ai la flemme.

    Et je suis verte : au lieu de faire mon bouillon de légume, je pensais avoir trouvé un bon produits en le chopant là où je prends mes paniers de légumes (coopérative en circuit court, bio etc)... Et il s'avère bourré d'huile de palme.

    Ma frustration vient du fait que pour éviter les déchets mais ne pas trop me compliquer la vie j'ai acheté plusieurs appareils de petit électro-ménager (Blender, yaourtière, fromagère). Avec un extracteur de jus j'éviterais les nombreuses bouteilles de jus de pomme de Monsieur et j'en profiterais pour faire plus facilement mon bouillon de légume (en le déshydratant au four) mais.... Cela engendre un autre type de déchets.

    RépondreSupprimer
  4. Hello, je reste admirative de tous vos efforts, et très très très mauvaises en terme de réduction de tout. Par contre, je veux bien en savoir plus sur ton AMAP et aussi sur tes 3 heures de cuisine dominicale... je les cumule bien sur la semaine vu que je cuisine tous les soirs et parfois, c'est épuisant aussi!
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. J'utilise la même recette de lessive depuis des années et aucune mauvaise surprise:
    Je dilue, dans une bassine, 40g de paillettes de savon de Marseille dans 1L d'eau, j'ajoute ensuite 1 bonne cuillère de vinaigre blanc et autant de bicarbonate de soude, je mélange puis je verse dans un vieux baril de 2L (c'est important d'avoir un contenant plus important que la quantité de lessive). J'ajoute un quinzaine de gouttes d'huile essentielle (lavandin le plus souvent mais tea Tree ou d'autres sont bien aussi). Je secoue bien puis je laisse reposer avant la 1ère utilisation. Et avant chacune je secoue énergiquement... Bon courage car c'est vrai que parfois c'est décourageant !

    RépondreSupprimer
  6. Pour la lessive, une chose toute bête peut être faite : placer un adoucisseur à l'entrée d'eau de la machine. Vous diviserez par deux la quantité de lessive utilisée.
    Comme toi, je suis passée et revenue d'un tas de truc comme les noix de lavage (qui en plus de ne pas laver donne une odeur insupportable au linge). Je compose en me gardant de ne pas multiplier les produits, d'utiliser plutôt des pains de douche, évidement de faire à manger "maison", de faire nos yaourts le plus possible, de faire les gâteaux du gouter le plus possible mais de ne jamais me culpabiliser quand je n'y arrive pas.
    Pour le matériel médical de Mademoiselle, nous avons changé de cathé dernièrement et celui-ci occasionne moins de déchet mais contrairement à l'autre ou une partie se recyclait bien, alimentant l'association "bouchon" en bas de chez nous, tout part en déchet à incinérer. La pompe à insuline n'est définitivement pas environnement friendly.

    RépondreSupprimer
  7. Et j'ai oublié de dire que j'ai enfin trouvé le savon (le baigneur) qui me convient, fabriqué pas loin de chez moi en plus.

    RépondreSupprimer
  8. La compote me prend du temps aussi et je n'arrive pas encore à exclure totalement les goûters industriels, parfois je suis prise de court par le temps (et un peu la flemme). J'essaie aussi de faire une grosse forunée cuisine le week-end, ca libère la tête pour la semaine.
    Question shampoing solide je teste depuis un mois une recette d'aroma z**e, j'en suis assez contente pour l'instant.
    Je tatonne aussi encore pas mal pour la lessive. Pour l'instant j'en suis aux paillettes de savon tout simplement mais à basse température elles ne se dissolvent pas bien, il en reste parfois. Je suis aussi encore à la recherche du produit vaisselle idéal, nouvel essai en cours ce soir. C'est vrai que ca prend du temps surtout si on oublie d'anticiper, ce qui m'arrive parfois.. Dans ces cas là j'essaie de ne pas culpabliser si je reviens à l'industriel ou au "avec déchets". On en discutait hier avec les enfants, le grand m'a dit qu'il aimerait que parfois j'en fasse "moins" pour libérer plus de temps avec eux... Pas facile de tout concilier je trouve...

    RépondreSupprimer
  9. Personnellement, ce qui me prend le plus de temps, ce n'est pas tant de "réaliser" à proprement parler, mais plutôt de "concilabuler" avec mon homme et mes enfants pour essayer de les convaincre du bien-fondé de certaines de mes démarches ! Je ne réussis pas toujours (impossible, par exemple, de les faire renoncer à leur célèbre crème chocolatée à tartiner), mais petit à petit les esprits s’ouvrent et les choses changent, donc je persévère 
    J’ai la chance de disposer d’un petit potager, et de pouvoir acheter dans mon village de nombreux fruits et légumes bio. Pourtant à mes yeux, le plus compliqué n’est pas de cuisiner des recettes : c’est plutôt de savoir quoi cuisiner quand on dispose de peu de temps en semaine. Du coup, cela m’intéresserait beaucoup que tu nous parles un peu plus de ton organisation « repas ». Partagerais-tu par exemple ton planning menu de la semaine avec nous ?
    Concernant les shampoings solides, je les apprécie beaucoup ! Après avoir testé le concept avec un shampoing Lush offert par ma fille, je me suis lancée dans la réalisation maison du mien, à partir d’ingrédients achetés chez Aroma-zone. Pas complétement 0 déchet, puisque les ingrédients arrivent par la poste et donc emballés, mais tout de même nettement mieux que les flacons plastiques achetés en supermarché… Et si tu trouves des recettes de lessive ou de shampoing qui te satisfassent, j’espère que tu nous en parleras !

    RépondreSupprimer
  10. Oui, cela prend du temps ... entre les tests, l'entourage, notre motivation variante, ... mais c'est comme tout, à force cela devient une habitude et c'est plus simple ... mais question repas, moi je stagne encore ...

    RépondreSupprimer
  11. Emiliekisslajoue17 mai 2016 à 09:33

    Hello,

    C'est intéressant d'avoir les "coulisses" en quelque sorte de ton mode de vie.
    en ce qui concerne la lessive, j'ai moi aussi beaucoup tâtonnée et je n'étais pas vraiment convaincue des différentes recette testées puis j'ai testée récemment cette recette :
    http://www.famillezerodechet.com/archives/2014/12/03/31076075.html
    et j'en suis vraiment contente!La texture est parfaite (il faut la secouer juste une fois et elle est liquide), l'odeur reste après le lavage, super ! Si tu ne l'as pas déjà testée, je te la conseille (j'ai été étonnée des proportions mais ça fonctionne vraiment pour une fois !).
    bises.

    RépondreSupprimer
  12. Hello

    pour la cuisine, je suis adepte des préparations à l'avance aussi, en milieu de semaine pour la fin de semaine chargée mais globalement je cuisine plutôt au fur à mesure. Nous cuisinons presque tout nous même. J'aime les plats complets (potées, ...) car on les réchauffe plusieurs fois sans problème et il n'y a qu'une cocotte à laver à la fin de la semaine! Parfois des biscuits industriels s'insinuent dans le placard et des céréales...
    J'ai régressé dans ma démarche zéro déchet et j'ai de gros efforts à faire sur l'achat sans emballage. J'achète en vrac et au marché, mais prend les sac kraft neuf. Tout ça parce que je n'ai toujours pas pris le temps de faire des sacs tissus réutilisables... Si je les avait, je les utiliserai surement par habitude.
    Je ne suis pas trop fan par contre de tous les trucs pour l'entretien fabriqués maison ou il faut mille ingrédients à la base pour faire un produits. Je m'interroge toujours sur le bilan énergétique global de la recette maison (ex, une lessive ou il faut acheté 4 ingrédients que je n'utiliserai que pour cela me questionne. ) Mais la recette de manowen a l'air facile et j'ai tout dans le placard, donc ...peut être que je vais me lancer?

    bise

    RépondreSupprimer
  13. coucou isabelle, pour les fruits nos dans notre AMAP de boulogne nous avions contracté avec http://www.maisongaillard.fr/index.php c'est pas loin de chez vous et les fruits étaient très bons notamment les fruits rouge en été ;) Aude

    RépondreSupprimer
  14. Je me suis lancée seule dans la transition vers le zéro déchet et pourtant ça m'a pris du temps. Je crois que j'étais rodée au bout d'un an et demi. Il faut beaucoup de patience pour y arriver mais étant réputée comme une fille impatiente si j'y suis arrivée, tout le monde le peut. Il faut juste voir ça comme un jeu plus que comme une corvée :) merci pour le lien je ne connaissais pas ton blog je vais y faire un tour! A bientôt!

    RépondreSupprimer
  15. J'ai la chance d'avoir un maraîcher bio dans mon village ce qui facilite les achats fruits légumes.
    je suis végétarienne depuis plus de trente ans, j'ai toujours cuisiné et puis maintenant mes enfants sont grands et je ne travaille plus qu'a temps partiel. Je ne peux donc pas comparer...
    Pour la lessive j'utilise cette recette
    http://www.grands-meres.net/faire-de-la-lessive-au-savon-de-marseille/
    Pour le shampooing j'utilise du solide de chez lush ou je le fais moi même mais reste le problème du transport et de l'emballage... (idem pour le dentifrice )
    Le plus dur pour moi dans la réduction des déchets (je n'en suis pas au zéro. ...) c'est de convaincre mon entourage. J'ai un conjoint pas très impliquė ..
    Il me reste d'énormes progrès à faire mais les petits pas faits sont toujours çà de gagné ..j'essaie de voir positif...

    RépondreSupprimer