samedi 26 juillet 2014

The wearability project : les ratés de l'été

Non que les ratés de l'été soient très différents des ratés de l'hiver, ils confirment au contraire quelques mauvaises habitudes bien ancrées.

1. Porter des couleurs qui ne me vont pas du tout comme du vert pâle ou du taupe
La leçon a été tirée, les 2 ont été donnés à mes petites cousines qui étaient ravies.

Ce tee-shirt color-block - Petit bateau- était manifestement une bonne idée. Juste sur le papier!

2. Ne pas souligner/dessiner la taille avec une ceinture

 Je vais refaire un test en portant cette jupe longue en la ceinturant très haut. Le cas échéant, je la donnerai!


 3. coudre dans des tissus de mauvaise qualité et être obligée de jeter les vêtements au bout d'une saison :


 je fais durer un peu mes robes étoilées mais le jersey bouloche très vilainement...




vendredi 25 juillet 2014

8 ans : Et les gagnantes sont

J'ai profité d'un moment tranquille pour tirer au sort les gagnantes  :

 Marick et Elisabeth

 Alice et Lilibo

 Cerises Grises et DIY

Puis pour tirer au sort les cadeaux :
DIY gagne un coupon de joli faux liberty, un patron rétro et deux boucles de ceinture chinées. Je n'ai pas ton adresse mail. Peux-tu m'envoyer un mail avec ton adresse postale?

Cerises Grises gagne un livre de couture et une impression


Lilibo gagne un coupon de liberty, un patron rétro et une boucle de ceinture chinée.


Elisabeth gagne des tampons.


Marick gagne une patron de couture et une impression.

Et Alice gagne un livre de cuisine.



jeudi 24 juillet 2014

Marie - une jupette

Parfois, le week end, nous avons la chance d'avoir Marie avec nous. Et dans ces cas-là, nous filons en baie de Somme. Je soupçonne mes garçons d'en être subtilement amoureux et moi, je profite d'avoir une fille éphémère.



Pour son anniversaire, j'ai cousu une jupette. C'est un long rectangle ourlé en haut et en bas et doté d'une ceinture smockée. pourquoi personne ne m'avait prévenue que les smocks sur un tissu raide, ce serait mission impossible ou presque?! Après plusieurs heures de labeur, d'injures et de grognements, je suis parvenue à mes fins mais je suis promis de recommencer uniquement sur des tissus fluides. 



Le tissu, magnifique, est un wax ramené de Côte d'Ivoire et offert par Caro, la créatrice qui se cache derrière la cabane d'Elilou. Pour habiller cette jupette, j'ai bricolé une ceinture avec un biais fleuri et des plumes coupées dans du jersey marine.


Et puis, pour faire bonne mesure, j'ai cousu une robe en jersey à partir du modèle de tee-shirt Birthday fish (ottobre 2013/3) déja testé pour mes garçons. J'ai omis les manches et ajouté une jupe froncée.
Le jersey vichy bleu clair et le jersey interlock dazzling blue viennent de chez Mamzelle Fourmi.



Il y avait aussi dans le paquet un pendentif en forme 
de coeur.


Joyeux anniversaire, Marie!



mardi 22 juillet 2014

Les mains dans l'argile : toi, nous et la leucémie #9

Les jours ont passé. Je travaillais de l’hôpital ; je faisais parfois une brève incursion à l’usine, en prenant soin de toujours repartir avant que les salariés n’arrivent.
Je n’étais pas prête encore à affronter leur regard.
Au bout d’une semaine, ton père et moi avons réussi à avaler quelque chose. Nos œsophages se sont un peu desserrés.

Nous avions compris que notre seule option était de nous habituer, de garder nos forces pour l’essentiel, pour les prochaines batailles.
Ce n’est pas supportable de rester dans la terreur ébahie des trois premiers jours.
Alors on s’accoutume, on apprivoise les jours, on évite soigneusement de se poser des questions et de se projeter dans un quelconque avenir.

Et puis, j’ai eu le soulagement d’avoir mon employeur à mes côtés, de recevoir son soutien officiel. 
Objet: message de soutien à une jeune Maman
Isabelle,
je viens d'apprendre le combat que tu entreprenais pour vaincre la maladie qui vient d'être découverte chez ton très jeune fils. Permets moi de t'assurer qu'ici tu as des amis qui sont prêts à t'aider et qu'ils seront attentifs à ce que tu  puisses avoir tout le temps nécessaire pour consacrer ton énergie à aider ton fils sur le chemin de la guérison.
Je t'adresse ce message en toute simplicité mais en totale sincérité et la ferme volonté d'être solidaire dans les épreuves que tu traverses.

Je te renouvelle tout mon soutien

Comme nous venions de décider que ton père resterait désormais à tes côtés, jour comme nuit, jusqu’à mon accouchement, l’étau de la peur s’est desserré, le spectre de l’absence de ressources s’est éloigné. Car nous avions toujours notre maison francilienne, en plus de notre appartement lyonnais.

Dans la perspective de tes séjours à la maison, il a fallu en faire un espace protégé : confier les plantes, ranger les couettes et les oreillers en plume, les peluches, les livres, passer l’appartement, du sol au plafond, des placards au réfrigérateur, au désinfectant, et l’ensemble du linge de maison à la machine le plus chaud possible, mettre les figurines et les jouets dans le lave-vaisselle, apprendre les rudiments de l’alimentation protégée – rien de vivant (les légumes et les fruits crus étant considérés comme des organismes vivants), que du bouillant, que du fait à l’instant. Trouver une femme de ménage pour répéter l’opération deux fois par semaine.

Au bout de deux semaines, nous avons eu l’autorisation de te ramener pour deux jours et demi à la maison. Et alors que je rentrais à la maison, ce premier soir, le cœur presque léger, le téléphone a sonné.
C’était ton médecin référent.
Votre mari ment. Compte-tenu de la dangerosité des produits que nous lui avons administrés, votre fils ne peut pas aller bien. Il faut que vous regagniez l’hôpital.
Arrivée à la maison et après avoir constaté que tu te portais aussi bien que possible, je l’ai rappelée et nous avons eu le droit de rester à la maison.
Il a fallu aller à la pharmacie. Lorsqu’il a lu l’ordonnance, la lèvre du pharmacien s’est mise à trembler et son visage s’est tordu. Il l’a passée sans un mot à la pharmacienne qui s’est mise à pleurer. Plantant là les autres clients, ils m’ont entraînée dans le fond de l’officine et m’ont assuré qu’ils feraient tout pour nous faciliter la vie.
Les médicaments préparés, ils ont voulu faire avec moi la centaine de mètres qui nous séparaient de l’appartement.

Il a fallu apprendre à piler les médicaments, à faire des calculs de dilution, à te faire des bains de bouche désinfectant trois fois par jour.

Il a fallu apprendre à voir la maladie puis les médicaments te dévorer.

lundi 21 juillet 2014

Commande honorée - la surprise

Il y a quelques semaines, je m'étais amusée à répondre à une commande très particulière, un carton d'invitation pour des quasi noces d'émeraude.


J'ai eu la merveilleuse surprise de recevoir des "jeunes" mariés un sachet de dragées personnalisé.
J'ai trouvé l'idée excellente!


Merci beaucoup

samedi 19 juillet 2014

Correspondances estivales 2014 - semaine 2 / Sumer postcards 2014

Au coin de ma rue fleurit un merveilleux et foisonnant pois de senteur. A chaque fois que je passe devant, je coupe un brin. Il n'en fallait pas plus pour me pousser à en graver et à en faire la deuxième carte de ces correspondances estivales.


J'aime les résultats parfois très différents de l'impression : quand j'ouvre ma presse et que je soulève délicatement la feuille, j'ai l'impression d'être le jour de Noël!


La version envoyée à Claire (ma maman est partie avec une épreuve à la tige un peu plus claire et aux pétales un peu plus vifs)

Et ma propre version, encadrée et accrochée dans ma chambre.