lundi 3 août 2015

Nos jours heureux - juillet

En juillet, il a commencé par faire très chaud et on a joué avec l'eau , un peu, parce que l'eau, c'est précieux.


En juillet, Maman est venu s'occuper de nos garçons, j'ai eu un an de plus et des bisous très spéciaux:


En juillet, nous sommes allés en baie de Somme, souvent, et nous avons assisté au sauvetage d'un bébé phoque. Et puis nous avons prêté la maison, pour que d'autres en profitent aussi.


 En juillet, les enfants sont partis en vacances et nous avons profité de ces jours calmes ( pour rattraper notre retard de films avec notamment the lunchbox, le monde selon Monsanto, On a failli être amies et pour faire du sport presque tous les jours...)





En juillet, nous avons découvert Oléron (en allant chercher les enfants). C'était magnifique!



En juillet, nous avons cultivé notre jardin, au propre comme au figuré.
Stanislas a appris à nager et à plonger ; Gautier a donné ses premiers coups de pédales sans petites roulettes.

En juillet, j'ai lu et médité Power Patate de Florence Servan-Schreiber, Liberté &cie de Getz et Carney et j'ai rencontré des émissaires de la Fabrique Spinoza.

En juillet, nous sommes partis en vacances...

jeudi 30 juillet 2015

Myma - une robe parfaite

Myma, la maman d’Amaury, regrettait sa robe préférée, devenue trop petite. Comme j’avais proposé de lui coudre une pièce de sa garde-robe d’été, elle m’a demandé de lui dupliquer. En plus grand. Et avec des manches.

Première étape pour Myma : Trouver le tissu parfait, à savoir un lin fluide italien, dans une jolie couleur tabac. Il a été acheté dans une boutique du XVIème arrondissement de Paris, près de la rue de l’Assomption, je crois.
Première étape pour moi : Découdre précautionneusement la robe pour récupérer les différents morceaux et m’en servir de patron. Etape plus longue que prévue puisque la robe était une jolie robe, d’excellente qualité, et que toutes les coutures étaient des coutures anglaises ! Cette première étape m’a pris une douzaine d’heures.


Deuxième étape : faire une toile avant de couper dans le magnifique coupon. Surtout que la consigne était un peu vague, du genre «  je pense que 2 ou 3 tailles de plus seraient bien, et des manches, jusque- là ». Pour la toile, j’ai fait une taille et demie de plus. Et la toile était trop grande…


 Troisième étape : se lancer ! J’ai coupé la robe avec les coutures anglaises bien dépliées, et 0,5 cm de marge. J’ai surpiqué chacune des pièces, pour un résultat plus soigné. J’ai utilisé une ou deux techniques de finition haute-couture pour la parmenture notamment.

Verdict 1 : J’ai apporté la robe finie à Oléron. Myma était ravie. Le corps de la robe était parfait. Mais les manches kimono étaient à la fois un peu longues et un peu larges.

A Oléron, à l'heure du verdict n°1...

Quatrième étape : j’ai repris les manches en longueur et en largeur.

Verdict 2 : C’est parfait ! Ouf !


J’ai gardé les différentes pièces et une trace des modifications apportées pour coudre une version 2016, dans une autre couleur.

mercredi 29 juillet 2015

Les petits-déjeuners du dimanche # 34

Chez nous, le petit-déjeuner est sacré. Entre autres parce qu'en semaine, nous le prenons autour de 6h et qu'il faut qu'il nous mène jusqu'au déjeuner...
Et aussi, parce qu'il m'arrive d'être sujette aux malaises d'hyper ou d'hypoglycémie et que faire un malaise dans les transports, ça craint.

Cela fait plusieurs mois que nous avons troqué le lait de vache du matin pour du lait d'avoine. Cela paraît être un bon choix : Amaury le digère mieux et moi, je préfère son goût.
Thé vert à l'argousier.

Porridge d'une nuit ( 45g de flocons d'avoine recouverts de lait d'avoine la veille au soir pour une texture fondante le matin), nectarine et amandes.
Thé Dom Juan ( les jardins de Gaïa)

Porridge d'une nuit, abricots et confiture de fraises maison.
Thé Lapsang Souchong ( jardins de Gaïa)

lundi 27 juillet 2015

365 jours de yoga : et c'est maintenant que tout commence...

Voila un an et des poussières que je pratique le yoga quotidiennement, l’occasion de faire un petit bilan :

·         Les points positifs :


J’ai tenu, toute l’année, presque tous les jours (on va dire 355 jours sur 365, les 10 manquants étant des jours de déplacement avec levers à 4h30 et couchers à 23h).
J’ai pris beaucoup de plaisir.
J’ai fait des gros progrès, dans la souplesse bien sûr, mais aussi dans la force et dans la concentration.
Je suis allée à 2 ateliers Yog’arts avec Amaury et à plusieurs cours de yoga, pendant les vacances. Et on a essayé l’acro-yoga ( un mélange acrobatie-yoga qui se pratique à 2).
Je ne sais pas si c’est lié, mais j’aime le croire : je n’ai pas été malade depuis que je pratique le yoga quotidiennement.
Pas le moindre rhume. Une seule angine à mon actif alors qu’avant j’en avais une par mois. Ma sciatique ne s’est pas trop manifestée.
Et globalement, avec l’aide aussi d’un réveil-simulateur d’aube, je dors mieux.

·         Les adaptations :

Je suis passée d’une heure quotidienne à 3/4 d’heure cet hiver à 25/30 minutes quotidiennes depuis que j’ai changé de boulot. 
Je suis passée du yoga du soir au yoga du matin. A 5h30.

·         Et après ?
Sans aucune hésitation, je repars pour une année.
J’aimerais bien avoir une pratique plus collective cette année, en prenant des cours plus régulièrement. Et approfondir ma culture yoga, et notamment ses fondements spirituels.


Je débute la slack line et j’aimerai bien conjuguer yoga et slack line J.

Et comme dit Mika de Brito, à la fin de son épuisant DVD de vinyasa yoga, « et c’est maintenant que tout commence » !

samedi 25 juillet 2015

Correspondances estivales 2015 - semaine 3

Carte partiellement peinte dans la voiture, lors d'un week-end, où nous sommes allés chercher les enfants à Oléron...






jeudi 23 juillet 2015

Azur : une robe longue

Un jour que je remontais l'unique rue commerçante du Crotoy, en Baie de Somme, mon œil a attiré par une robe bleue en jersey, une jolie robe tee-shirt, longue jusqu'aux chevilles, idéale pour rentrer de la plage.


Je n'avais aucune envie de l'acheter, entre son prix prohibitif, le fait qu'elle soit bleu ciel (couleur qui me renvoie instinctivement à l'hôpital) et le fait qu'elle ait été cousue en Chine. 
J'avais en tête un patron déja testé et re-testé, celui du "tee-shirt blanc" du livre "Mes indispensables en maille" et un coupon de mon stock, un jersey de coton peu élastique, bleu ciel à l'origine et teint en bleu plus soutenu.

J'ai mesuré l'écart entre mes aisselles et mes chevilles, allongé le patron en conséquence.
Dans le doute, j'ai préféré laisser des fentes d'une quinzaine de centimètres afin de ne pas être entravée en marchant.


Ce patron ne présente aucune difficulté ( les manches et le bas ne sont pas ourlés) et ne nécessite pas une surjeteuse. Armée d'une aiguille jersey et du point élastique de ma Janome, je m'en suis sortie très honorablement.

Me voici donc armée de ma robe de plage! Soleil, c'est à toi! ( photos prises en Baie de Somme sous le fameux soleil de Picardie)