Courir le monde, façon yogi

Nous sommes partis avec nos tapis, le livre d'Ariane Yogacoaching et le livre Yoga pour voyageurs, et la ferme intention de pratiquer quotidiennement.



Pourquoi pratiquer quotidiennement?
Parce que les années passées nous ont permis de mesurer les bienfaits du yoga quotidien.
Parce que le yoga en voyage permet d'équilibrer le manque de confort et les petites douleurs qu'il occasionne.
Parce que le yoga en voyage permet de s'ancrer dans le moment et le lieu présents. Et donc de ne pas se laisser emporter dans le tourbillon des jours.

Notre intention s'est bien vite heurtée à diverses questions.
Où pratiquer en voyage? Dans la tente? juste devant? Sur une surface plane ( devant les sanitaires, dans l'éventuel pièce commune, sur les éventuels terrains de sport) ? Et s'il y a du monde qui regarde?
Quand pratiquer en voyage? Le matin ( mais tout est mouillé de rosée)? le soir ( mais il fait nuit tôt)? et les journées où l'on visite? et celles où l'on se déplace?
Quel type de pratique?

Chercher un lieu où dérouler son tapis est devenu un jeu, les enfants partant explorer pendant que nous montions le camp. En fait, il faut un peu d'espace (50 cm de plus que le tapis sur tous les cotés), plat et tranquille. Je préfère le long d'un mur pour pratiquer le chien tête en bas ou la posture du chat sans gêne.
Il y a 1000 lieux qui conviennent. Et si quelqu'un regarde, c'est rare qu'il s'attarde plus de quelques secondes. Et c'est le plus souvent un yogi qui se languit de son tapis.

Trouver un moment pour pratiquer est le plus difficile. Pratiquer le matin, après une nuit passée dehors, est souvent compliquée. L'herbe est très mouillée, nos articulations très ankylosées. Le froid peut être mordant.
Juste avant le déjeuner ou en fin d'après-midi sont les créneaux les plus agréables.

Lorsque nous étions sédentaires, avant le voyage, nous avions des pratiques toniques ( vinyasa, ashtanga,...). Lorsque nous sommes devenus nomades, nous avons naturellement privilégié des pratiques plus "ancrantes" ( hatha, yin).

Nous avons commencé le voyage en essayant de conserver nos habitudes de yoga : une pratique quotidienne, intense, plutôt le matin.
On a fait et refait nos séances vidéos préférées dés que nous avions du wifi.
Puis nous avons commencé à nous détacher des vidéos pour nous reposer sur nos livres, Amaury plutôt sur le Yoga des voyageurs, moi plutôt sur Yogacoaching.
Et finalement, notre pratique quotidienne a été une séance de yin yoga, le soir juste avant de s'endormir. A 3, le plus souvent. C'était la pratique qu'il fallait à nos corps pour récupérer d'une journée de sollicitations et de découvertes, celle qu'il fallait pour s'installer dans le silence et le froid de la nuit dehors.


Qui aimerait une présentation du livre d'Ariane?
Qui a d'autres trucs à partager pour pratiquer le yoga en voyage?

Commentaires

  1. Hello, je suis intéressée par une présentation du livre d'Ariane!

    RépondreSupprimer
  2. Oui, un retour sur le livre d'Ariane serait chouette!
    Ici, pratique quotidienne matinale au réveil. Sur la terrasse à l'abri des regards quand il fait beau et jour, dans le salon quand tout le monde dort encore le reste du temps. Je fais toujours le même enchaînement et c'est une erreur car souvent ça n'est plus du yoga, mais un simple étirement matinal et ça n'a pas du tout le même impact. Mais allumer un écran dès le réveil pour suivre une vidéo me rebute, alors un livre, pourquoi pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le livre, c'est bien pour ne pas toujours faire les mêmes gestes. Je vais préparer un retour

      Supprimer
  3. Je débute le yoga, je n'y connais pas encore grand chose.
    Je suis interpelée par une phrase de ton article.
    ..... nos articulations très ankylosées.
    9 mois dehors, c'est comment pour les corps ?
    C'est peut être indiscret, mais ton retour serait intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons une santé de fer donc 9 mois ont été indolores. Cela dit, nous couchions à même le sol alors il faut se lever avec douceur et s'assouplir, s'écouter un peu plus

      Supprimer

Publier un commentaire

Articles les plus consultés