Courir le monde - à 2 semaines du départ, entre crises de nerfs et crises d'angoisse


A 2 semaines du départ, la phrase que nous entendons le plus est "les enfants doivent être fous de joie". Et bien, oui…et non.

 



L'un est de nature curieuse et envisage le voyage avec sérénité.

L'autre est casanier. Il aime les cadres et la routine. Il aime aller à l'école et voir ses copains, les mêmes depuis des années. Il aime être dans sa chambre, entouré d'objets familiers.
Il a voulu ce départ et on l'a associé à la conception de l'itinéraire. On a suggéré qu'il propose des sites à voir.
Mais plus le départ approche, plus il l'envisage avec froideur voire avec colère. Changer de lieux fréquemment, aller d'imprévu en inconnu, abandonner temporairement ses affaires, autant de choses qu'il appréhende, voire qu'il craint.

A 3 semaines du départ, on va de crises de nerfs en crises d'angoisse. De " de toutes façons, je ne viendrais pas " à " je veux une famille normale".
Alors on écoute, on temporise, on essaie de dialoguer.
On a allongé certaines étapes.
On est allé faire un exposé dans sa classe.
On lui a proposé de préparer un espace "à lui" de son coté de voiture avec quelques objets ou quelques livres.
On a proposé de faire une fête de départ ( qui aura lieu ce weekend).

Avez-vous d'autres suggestions pour accompagner cet oisillon un peu perdu ?

Commentaires

  1. Oh c'est triste pour lui, il doit se snetir déraciné... Aura t'il les moynes matériels de rester en contact avec ses copains ? d'instaurer un rdv video ou autre pour qu'il garde un lien régulier ?...
    Bon courage à lui et à vous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons fait une fête de départ. Et des skypes avec la classe. Nous verrons s'il exprime le besoin de parler à l'un ou à l'autre...

      Supprimer
  2. J'ai beau réfléchir je ne trouve pas d'autres idées. Et lui proposer de prendre en charge une action quotidienne. Prévoir des "bons" pour des petits plaisirs grasse matinée, manger quelque chose qu'il aime particulièrement, un bon pour un skype...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour les suggestions. On va être très attentifs et faire en sorte que les premières semaines soient particulièrement réussies

      Supprimer
  3. Qu'il ait à sa disposition le calendrier de voyage avec les cartes et itinéraires, les quelques photos et/ou articles qui décrivent les destinations. Afin qu'il puisse s'imaginer, savoir ce qui l'attend même si on sait bien que les imprévus font partie du voyage.
    Emporter un album de sa vie aujourd'hui, de votre maison ou boîte à trésor avec évidemment ses trésors de sa vie d'aujourd'hui (parions qu'ils seront cachés de plus en plus au fond du sac au fur et à mesure du voyage).
    Merci à vous de nous partager cette belle aventure de votre vie : vous êtes tous les 4 très généreux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'idée des photos d'ici. J'ai pris des photos des copains dimanche lorsqu'ils étaient à la maison...Affaire à suivre

      Supprimer
  4. (suite)
    Et puis de temps en temps, arrêter de parler "départ" mais vivre le quotidien sans avoir l'impression que ce sera la dernière fois (sans doute très facile à dire, mais à vivre ... !)
    Parler du retour aussi.
    Et puis enfin, partir, car le vivre, agir est moins angoissant qu'attendre, non ?
    Bon courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente suggestion! je crois que nous "dramatisons" involontairement, encouragés en cela par les amis et la famille qui veulent absolument nous dire au-revoir ( alors qu'il arrive que l'on ne se voit pas pendant 7 mois ;-))

      Supprimer
  5. Et pourquoi ne pas sérieusement étudier la question avec lui et tout le reste de votre foyer ? Lui énoncer qu'au bout de 2 mois (plus longue période passée sans les copains et l'école l'été, en général) , cette discussion peut avoir lieu et que toute la famille re-valide ensemble ce projet. Vous pouvez déjà aujourd'hui présenter les pour-contre, inventorier les alternatives (garde chez untel, et ce que cela signifie concrètement; abandon du projet, ce que cela signifie honnêtement pour vous sur tous les plans organisationnel, professionnel, émotionnel & affectif.) Cela pourrait le rassurer au présent, ainsi que lui démontrer votre profond respect et prise en compte de ses craintes. Il aura la possibilité de mesurer l'ampleur que cela représente et être mis dans une posture de responsabilité. Cela peut aussi renforcer son adhésion. Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sur! L'écoute et le dialogue sont toujours la solution! merci beaucoup

      Supprimer
  6. Nous sommes en voyage depuis 6 mois pour une expatriation d'un an à Tahiti (pour un projet d'adoption). Les semaines avant le voyage ont été difficiles pour notre petit garçon de 5 ans. Pour essayer de temporiser les tempêtes intérieures, il a réalisé des photos de la maison, de ses endroits préférés, des objets qu'il aimait dans son quotidien. J'ai ensuite fait un petit album photo glissé dans la valise. Il a choisi quelques jouets et doudous indispensables et non négociables. Nous avons aussi noté dans notre cahier ce que nous avions envie de trouver à Tahiti, ce qui nous faisait peur. Une fois sur place, nous avons fait la liste de ce qui était bien et de ce qui nous manquait... Partir en voyage c'est beaucoup de chamboulements dans ses habitudes et ça peut être très déstabilisant. Peut être qu'une fois parti, votre grand garçon trouvera ses propres moyens de se rassurer. Un petit pot de la confiture qu'il aime pour accompagner les premiers petits déjeuner ? Des odeurs familières ? Bonne route à tous les 4 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage très touchant. C'est une sacrée aventure dans laquelle vous vous êtes lancés! Bises à vous, les aventuriers

      Supprimer
  7. A mon avis, plus la famille tourne autour de ses angoisses et plus il les ressent comme légitimes .
    Peut-être faudrait-il qu'il en parle à une personne extérieure (ami des parents, psy...) ; évidemment c'est plus facile à dire qu'à faire mais peut-être que se "décentrer" serait bénéfique pour tout le monde.
    Après tout s'il manque quelque chose vous pourrez toujours l'acheter en route et si vraiment ça ne va pas vous pourrez toujours faire demi tour. Si vous avez beaucoup investi, si l'enjeu est très important pour vous, cela peut être lourd pour un enfant.

    RépondreSupprimer
  8. J'aime bien les suggestions de Clo V ( de la transition et du non négociable) et d'Anonyme (rassurer sur l'idée de pouvoir revenir pour rendre plus serein le départ)... Construire et annoncer les rituels de de LA journée des jours à venir pour rassurer le casanier. Un endroit à lui, aménagé avec ses objets choisis, isolable (un tissu) quelque ssoient les déplacements. Mais j'ai l'impression que c'est déjà bien élaboré. Ensuite, comme dit Béné, une fois que c'est parti...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je propose que Gautier emmène son cahier de correspondance pour appeler ses ami(e)s . Nous pourrions lui raconter nos journées d'école. Bon voyage à tous!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés