Courir le monde : essais et erreurs en matière de camping

Il y a 2 ans, un soir, je me souviens avoir dit à Amaury combien les nuits sous la tente me manquaient. Amaury n'avait alors jamais campé, ou une paire de fois, avec les bédouins dans le désert du Wadi Rum et en Chine.


Quelques mois après, pour mon anniversaire, il m'a offert une tente, un duvet et un réchaud. Et nous sommes partis.
D'abord dans des campings 5 étoiles avec piscine chauffée, buanderie et jardins bien entretenus.
Et puis en accueil paysan, dans des fermes bio, seuls ou presque sur des hectares de terrain, toilettes sèches et eau chaude solaire.
Et puis en camping sauvage, en autonomie, juste nous et les milliers d'étoiles.
Et bientôt, presque 8 mois à parcourir l'Europe. 


Dans nos cheminements, nous avons troqué:
* nos serviettes de toilette contre des serviettes microfibre. Je n'aime pas trop ces dernières mais je dois reconnaître qu'elles sèchent très vite, ce qui est un avantage car nous n'en prendrons que 2.
* nos tongs contre des sabots de jardinage. Les tongs, c'est sans doute indispensable pour explorer l'Australie, camper au sud de la Californie ou quand on est surfeurs en quête de vagues. Sous nos latitudes, le sabot de jardinage est bien plus adapté. Faciles à mettre, faciles à enlever. Les pieds restent secs, au chaud car les semelles sont épaisses. Et en plus, on peut les chausser avec des chaussettes.
* nos polaires contre des pulls marins. La laine dense tient très chaud, ne sent pas la respiration, s'empile aisément. J'ai cousu pour chacun une vareuse en laine bouillie. Et on gardé quelques polaires, essentiellement pour les enfants qui n'aiment quand ça gratte.
Et sur une suggestion de Stanislas, nous laissons désormais les sacs de vêtements dans la voiture : ils ne prennent pas l'humidité, ne servent pas de caches aux araignées, limaces et fourmis et cela nous fait une place folle dans la tente.

Rendez-vous à la fin de notre périple pour, sans aucun doute, de nouveaux trucs et astuces!

Commentaires

  1. J'aime toujours autant tes articles, simples, et qui me font rêver et voyager...
    Je fais beaucoup de croisières sur de tout petits voiliers, et suis souvent sac au dos, et pour ma part j'ai troqué les serviettes de toilettes et serviettes micro fibres pour un fouta. Ce sont des "serviettes" de hamam, 100% coton, au pouvoir séchant extraordinaire et séchant ensuite très vite. La mienne est très grande (genre 2m par 1m) et m'a déjà servi de drap en plus d'être ma serviette de bain et de toilette, accessoirement une écharpe bien chaude :-) Et elle ne prend vraiment pas de place une fois pliée. Elles existent en nid d'abeille mais le mien est lisse, je pense que cela prend moins de place.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire ! Je tente le fouta moi aussi, pendant notre prochain voyage sac à dos. J'espère que ce sera le choix parfait

      Supprimer
    2. fouta ici aussi, validée en camping ! (et sinon, tu as des serviettes en lin local qui sèchent très vite sur le site landmade)

      Supprimer
  2. Bonjour, pas mal la suggestion du sabot de jardinage, je n'y aurais pas pensé. Je vais chercher une option proche parce qu'un sabot prend de la place dans un sac à dos. Pour l'instant je suis avec des sandales aux étapes. J'ai troqué des garde-robes variées contre des vêtements plus simples et tous mes bas (2 ou 3) vont avec tous mes hauts (3 ou 4). Enfin, je sais que ce n'est pas très vegan mais à ce jour je trouve que les vêtements Icebreaker sont très adaptés aux randonnées en autonomie (légers, sèchent vite). De même, j'ai tjrs des chaussettes en laine si je pars en environnement plus froid. Même mouillée, la laine tient chaud.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis une végane moyennement cohérente car totalement adepte de la laine ( que j'achète du coup de seconde main ;-)). Les icebreaker me font de l'oeil mais vu leur cout, j'hésite encore un peu

      Supprimer
    2. On a la cohérence que l'on souhaite. Le principal est d'être à l'aise, n'est-ce pas ? :-)
      Je sais qu'Icebreaker est cher mais je suis contente de la qualité, de la tenue dans le temps.... Je préfère acheter peu mais avoir du matériel sur lequel je peux compter. Rien de pire que d'avoir froid en rando. Pour l'anecdote, nous avons été bloqués 1 journée dans un refuge fin août en Islande... à cause de la neige. :-)
      En cherchant un peu du coup, j'ai trouvé cet article dans un blog que j'apprécie https://www.randonner-malin.com/vetements-en-laine-merinos/ Il y a d'autres marques citées dans les commentaires. C'est peut-être une piste.

      Supprimer
  3. Comme Pesk Ebrel : j'ai pensé aussitôt à la Fouta (la fibre redonne alors, vus nos pseudos : parce qu'ici ça sèche mal alors on a tous adopté la simplicité et l'efficacité du coton fin) : ça sert aussi de nappe pour le pique-nique. Et ça essuie mille fois mieux que le micro-fibre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. BRETONNE, la fibre : ce correcteur automatique me fait la vie dure ! ;-)

      Supprimer
    2. Merci pour ton commentaire! J'essaie la fouta alors.

      Supprimer
  4. C'est vrai que les tongs ne sont pas très pratiques à mettre avec des chaussettes :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et les sabots de jardinage couvrent en général le talon

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés