Simplement - une ode à la lecture


Alors qu'on déclarait le livre mort ou moribond, je vous fleurir avec beaucoup de plaisir, depuis quelques semaines,   des comptes-rendus de lecture sur des blogs plus généralistes. Ici ( les conseils de lecture, que je suis depuis longtemps, du blog un invincible été) , ici (plus nouveau les conseils de lecture de antigone XXI), ici ( si vous aimez la fantaisy, les conseils de banana pancakes), ceux de Whatever works ou l'incontournable club de lecture de mango&salt pour n'en citer que quelques-uns.




Je me suis dit que lire ressemblait à un acte de résistance contre l'accélération du temps. 
Tous les dévoreurs de livres vous le diront, le temps de lecture est un temps qui n'a pas la même consistance que le temps de vie. Il peut s'étirer ou se contracter selon ce que vous lisez. Mes fils disent qu'ils "restent coincés dans un livre", entendant par là qu'ils étaient si absorbés que le retour à la vie était compliqué. Déchirant, même, parfois!
Quand on plonge dans l'homme sans qualités ou dans Guerre et Paix, on investit plusieurs dizaines d'heure,  des heures  de vie pendant lesquelles on ne produit rien ( sauf peut-être une photo sur instagram et quelques cœurs).
Je ne crois pas pour autant que lire est soit acte gratuit car lire nous enrichit de mille expériences, de lieux, de sentiments, de réflexions que nous n'aurions pas pu/ pas su développer tout seul. C'est le proverbe africain qui dit " un vieil homme qui meurt, c'est une bibliothèque qui brule".
Lire nous permet d'importer tout ça, de le confronter à ce que nous savons déjà, de modifier, compléter notre imaginaire et notre savoir. La lecture est un trésor qui fertilise nos esprits et fait naître d'autres trésors.
C'est la raison pour laquelle j'aime partager mes lectures que ce soit en déposant les livres lus dans une boite à livres, en commentant les livres lus en les rendant à la médiathèque, en lisant des extraits choisis ou en résumant ce que j'ai lu à mes proches.
Lire est fondamentalement un acte de résistance à l'obsolescence des productions. Quand on pense à la durée de vie d'un billet sur le web et qu'on le rapporte au temps nécessaire pour écrire, mettre en forme, produire des livres, on ne peut qu'être admiratif devant la folie de ce qui écrivent, fabriquent et commercialisent ces objets à contre-courant.

Nous sommes au creux de l'hiver, au moment le plus idoine pour lire, blotti (e) s sous une couverture. Lire permet de s'évader, de se couper du monde pour en investir un autre.
Lire est un mouvement de repli vers l'intérieur, à moins que cela ne soit un bond vers l'extérieur.
Que penser alors de ce flot de publications à destination de l'extérieur?
Publier ses lectures, c'est rendre intelligible et accessible aux autres, une partie de ses aspirations et ses inspirations. C'est envoyer un message complémentaire, un message qui dit "je ne suis pas seulement celle que vous vous voyez, je porte un monde, des mondes en moi". C'est une invitation au dialogue et au partage.

Je me rends compte que ce billet décousu a pris insensiblement la forme d'une déclaration d'amour à la lecture.
Je serais très intéressée, comme toujours, par vos réflexions sur la lecture et sur la place qu'elle prend en ce moment sur les réseaux sociaux.

Commentaires

  1. je ne peux pas dire que j'ai constaté particulièrement de regain de la lecture, je pense que ça a toujours été là, mais comme tout ce qui est essentiel, ça n'est pas forcément "fashion" alors ça se fait recouvrir par les activités plus tendances, et puis on revient périodiquement à l'essentiel, et certains -redécouvrant l'eau chaude !- s'extasient publiquement. Ce fut le cas de la couture, du tricot, du tissage, du jardinage urbain ... bref, tout ce qui touche au fait de se réapproprier notre spécificité d'humain pensant et créatif par opposition au simple consommateur que certains nous vendent comme notre identité profonde ! Donc vive la lecture, certes, mais pour ma part, je garde cela comme une activité vivante, qui se transmet entre vivants (collègues, famille, amis) plutôt que sur les réseaux sociaux toujours trop prompts à s'enflammer puis à oublier ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es sage!
      Moi, je m'émerveille des enthousiasmes, même passagers, exactement pour ce que tu dis, parce que cela rend les gens humains.

      Supprimer
  2. Bonjour ! Peut être la 1ere fois que je te laisse un com, car ton article comme souvent les autres aussi, me touche. Loin d'être une consommatrice des réseaux sociaux, je me pose cependant regulièrement la question d'ouvrir une rubrique lescture sur mon blog, tellement j'ai envie de partager quand un livre m'a transportée. Je rejoins pourtant aussi les arguments de Papelhilo quant au phénomène de redécouvrir l'eau chaude !!
    Je n'achète pratiquement pas de livres,je ne vais pas à la bibliothèque, mes lectures sont souvent issues de livres voyageurs, ou de coups de coeur de mon entourage. Et j'aime ce réseau là !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les livres sont encore plus beaux/ touchants quand ils sont habités de recommandations de proches. Merci pour ce premier commentaire!

      Supprimer
  3. J'ai toujours été grosse lectrice, et je connais bien ce sentiment de «rester coincé dans un livre». Mais, moi qui suis très peu pudique, qui parle toujours de tout, je me rends compte que je ne partage pas beaucoup mes lectures. J'offre mes livres que j'ai aimés, mais je n'en parle pas tellement. C'est peut être trop intime?
    Par contre, je ne pense pas que la lecture soit en déclin, dans les transports je vois beaucoup de gens lire des livres (Et même beaucoup de livres papier, même s'il y a quelques liseuses). Et je ne saisis pas bien le problème qu'il y a à ce que certains découvrent la lecture tardivement. Ou qu'ils en parlent sur les réseaux sociaux (mais j'ai sans doute juste mal compris le propos de Papelhilo). Bref, longue vie à la lecture et aux livres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je fais le même constat que toi dans les transports ( mais peut-être que les gens qui prennent les transports en commun sont une minorité?). Bonnes lectures à toi!

      Supprimer
  4. bonjour,
    première fois que j'ose écrire ici suivant ce joli blog par moments. Ici on lit, famille composés, décomposée, récomposée et on le vit avec intensité en ce froid weekend arlésien, un nouveau et beau festival ARLES SE LIVRE en notre jolie ville.... on caresse le papier de riz!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce premier commentaire! J'aime beaucoup le toucher du papier de riz, c'est aérien et ca a une odeur poudrée

      Supprimer
    2. Oui et c'est un beau clin d'oeil de ce papetier de Camargue!!!! Riz oblige ici... A l'occasion de ce festival j'ai découvert aussi le papier de pierre utilisé pour une couverture d'un magnifique ouvrage photo d'un artiste arlésien, magique aussi comme matière....

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup ton aquarelle ...
    J'aime beaucoup lire mais je ne prends pas le temps... Lire est pour moi une évasion....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Tu fais déja mille choses. Il y aura certainement un temps à un moment pour la lecture. Bisous

      Supprimer
  6. Je lis beaucoup, par contre je n'aime pas du tout donner mes livres. Je me constitue tranquillement une belle bibliothèque pour que ma famille ou les gens de passage puissent y piocher... et lire sur place - car je n'ai jamais revu un livre prêté :( J'ai lu tous les livres que mes parents avaient ado (enfin, tout ceux qui n'ont pas été donnés/revendus), et j'ai adoré ça, donc je crois que je cherche à reproduire la transmission de bibliothèque.
    J'ai pensé partager mes lectures sur mon blog/IG, mais finalement c'est assez intime un livre, je préfère garder l'impression que les personnages m'appartiennent.
    En écrivant ce commentaire je me rends compte que j'ai la lecture très égoïste :)
    Mais par contre, j'aime bien les personnes qui partagent leurs lectures, car quand on tombe sur quelqu'un qui a des goûts similaires, c'est hyper pratique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis en train de constituer une bibliothèque pour les garçons avec des livres qui construisent et qui emportent. C'est une autre façon de dire "je t'aime"

      Supprimer
  7. Très beau billet comme souvent.
    Ayant changé de travail il y a un an et ayant permuté mon heure de trajet quotidien en transports en communs contre 20 minutes de voiture, j'ai justement perdu une heure de lecture par jour. Et je me suis rendue compte que cela me manquait fortement, au point que mon temps libre, désormais, se passe en lecture plutôt qu'en couture, alors que je cousais énormément jusque là.
    Je ne partage pas mes coups de coeur sur les réseaux sociaux, et je ne lis pas les avis et coups de coeur sur ces mêmes réseaux. Bizarrement, ça ne m'intéresse pas. Trop intime peut-être. Je préfère découvrir seule. Je vais peu à la bibliothèque, préférant acheter mes livres (qui prennent une place non négligeable à la maison). Relisant régulièrement mes livres, les acheter n'est pas un mauvais investissement ;)
    Par contre une réflexion un peu douce amère m'est venue dernièrement. Après le décès de mes grands parents, j'ai découvert dans leur chambre, où je n'allais jamais, une bibliothèque bien remplie. Certains livres m'ont intéressée, et je les ai donc emportés, car personne d'autre dans la famille n'était intéressé. Et le reste a été jeté. Et je me suis demandée ce qu'il adviendrait de ma propre bibliothèque dont je suis si fière, plus tard, car il n'est pas dit que quelqu'un soit intéressé... Tant d'histoires et de bonheurs dans quelques mètres cubes, tant de possibilités d'évasion, qui finiront sans doute à la poubelle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ( et même Emmaus ne reprend plus les livres). Heureusement qu'il reste les arbres à livre!
      Et puis, il y aura peut-être un ou une intéressée dans la génération suivante . Il va falloir que tu cultives le gout de la lecture!
      Je limite les achats aux livres fondateurs. Pour tout le reste, je prends et je rends à la bibliothèque

      Supprimer
  8. J'aime te lire même si ce n'est pas dans un livre ;)
    Moi j'ai toujours adoré lire, mais depuis 3 ans, je crois que je pouvais compter sur les doigts de mes mains les livres que j'ai lus et terminés ! Et puis en début d'année, j'ai voulu arrêter de passer autant de temps sur les écrans (encore et toujours le même problème !), et je me suis replongée dans la lecture, et mon dieu, mais qu'est ce que j'aime ça ! Du coup depuis 2 mois je ne fais plus que ça : plus le temps de tricoter, de dessiner, de peindre ou de graver, je lis des livres et des livres dès que j'ai du temps pour moi :)
    Et je partage avec bonheur mes lectures avec mon entourage ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton doux commentaire! Je t'embrasse

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés