lundi 6 mars 2017

Pour une enfance joyeuse - nos essais Faber & Mazlish

J'avais déposé sous le sapin quelques livres sur l'éducation, et notamment des ouvrages de Faber et Mazlish( recommandés par certaines d'entre vous).


La méthode Faber et Mazlish est une méthode, proche de la communication non-violente et appliquée aux relations parents-enfants. Il est question, beaucoup, d'accueillir les émotions de l'enfant.
Je vous ai trouvé une petite explication en vidéo :

Amaury a a-d-o-r-é le livre " Soyez le parent que vous avez toujours voulu être". A tel point, qu'il a organisé un atelier familial, à l'aide du CD fourni.


Stanislas et Gautier ont littéralement été happés par le CD. Ils ont trouvé complètement incroyable que des adultes les comprennent si bien. Ils ont beaucoup apprécié les différentes histoires racontées par les parents.

Amaury s'est senti compris et accompagné. Il faut dire que les auteurs soulignent combien il est compliqué pour les papas, qui sont encore souvent d'anciens petits garçons qui ont grandi avec des injonctions de "sois fort", "pleurer, c'est pour les filles", d'accueillir les émotions de leurs propres enfants.


Quant à moi, j'ai pris conscience de 2 points :
- la première, c'est qu'il nous fallait largement désapprendre l'éducation qui nous avait été donnée, enfants. (Edit : j'entends par là, questionner les automatismes et remettre en question les certitudes, les " chez nous, c'est comme ça et repartir des besoins de l'enfant pour trouver un fonctionnement). En tous cas, la mienne, traditionnelle et sévère. 
Gautier rencontre, aujourd'hui, les mêmes difficultés avec mon papa que moi au même age. Cet été, par exemple, mon père, en plaisantant, lui a botté les fesses. Quelques jours après, dans des circonstances identiques, Gautier a botté les fesses de mon père, a été grondé et puni au nom du respect de l'adulte. Il a aggravé la punition en contestant ce postulat et en demandant à mon père s'il pensait vraiment qu'il devait respecter un adulte qui ne le respectait pas en tant qu'enfant....
- la seconde, c'est que je pêchais souvent par envie de bien faire. Souvent, j'arrive assez bien à accueillir les émotions de mes amours. 
Mais comme j'essaie de comprendre, je pose des questions. Et du coup, je peux avoir l'air de questionner le bien-fondé de celles-ci. Donc, je travaille à strictement accueillir leurs émotions, à leur proposer simplement une présence bienveillante sans questions ni propositions intempestives de solutions.


Par contre, l'effet "retour de baton", c'est que dés que nous nous relâchons, les enfants nous rappellent à l'ordre. "t'as rien compris au CD, il faut vraiment que tu les réécoutes".
;-)
Vous pouvez vous procurer les livres et CD ici.

Vous connaissez la méthode Faber et Mazlish? Vous pratiquez?




20 commentaires:

  1. Bonjour,
    je ne connais pas Faber and Maslish, ce n'est donc pas ce qui me fait réagir mais plus vos propos au sujet de "désapprendre" sa propre éducation. J'ai eu une éducation stricte et traditionnelle moi aussi et je ne le regrette pas. Cela ne veut pas dire que je la reproduis strictement, pas plus d'ailleurs que mes propres parents ont reproduit celles qu'ils avaient reçues (bien plus strictes et sévères que celle qu'ils m'ont donnée). Simplement je suis la personne que je suis grâce à cette éducation. Y compris ses limites. Je me suis insurgée sur certains points. J'ai du dire à ma mère qu'elle ne pouvait pas dire à tout moment, quand elle n'arrive pas à faire qque chose, "je suis bête" et se fâcher quand une de mes filles a repris cette expression pour lui parler. J'ai aussi du expliquer que, de mon point de vue, taper ma fille pour lui expliquer qu'elle ne doit pas taper était un message contradictoire. Cependant, je trouve que mes parents m'ont aussi appris de nombreuses choses importantes, dont celle du cadre que nous devons offrir à nos enfants, même si je ne définis pas forcément ce cadre tout à fait comme eux. Je trouve stimulant de réfléchir sur son éducation et sur celle qu'on donne à ses enfants mais je pense que la radicalité de vouloir tout changer n'est pas une voie aussi fructueuse que cela. De mon point de vue, je trouve aussi que si j'apprends de l'éducation que je donne, et que je reçois beaucoup de mes enfants, la dureté de la tâche de parent est aussi d'être celui qui édicte les règles. Il faut effectivement parfois dire à ses enfants que les adultes font et se permettent certaines choses qu'eux en tant qu'enfants ne peuvent pas faire. Que quand ils seront grands, ils pourront le faire s'ils le veulent mais que là c'est non. Quand j'écris cela, ce n'est pas pour juger ce que vous faites ou ce que j'en perçois,
    je trouve vos réflexions toujours intéressantes, mais apporter un point de vue peut être un peu différent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Brunette pour ce long commentaire. Pour désapprendre est essentiellement questionner ses automatismes et repasser aux cribles les habitudes/ certitudes. Et essayer, toujours essayer de coller au plus près aux besoins de mes enfants maintenant :-)

      Supprimer
  2. la vidéo que tu proposes m'a donné envie d'en savoir plus (hop, noter d'acheter le livre en question !) mais j'aime aussi bcp le commentaire de Brunette dans lequel je me retrouve ... toute éducation est à la fois le résultat de ce qui nous a pétri et de ce que nous essayons d'inventer, donc le fait même qu'il y ait des théories sur le sujet peut poser question car c'est un peu comme édicter une seule façon pour une infinité d'individus ... ce qui me pousse, pour ma part, c'est de me questionner tout le temps, de me tourner vers d'autres (professionnels ou amis) pour échanger des points de vue quand qqchose coince ... et je crois pouvoir dire que, même s'il y a de nombreuses choses que j'aimerais changer à ma façon d'être comme parent (dans un monde idéal !), nous ne vivons pas une vie familiale si conflictuelle, au moins en ce moment ... les vacances qui viennent de se terminer me font mesurer le chemin parcouru depuis la toute petite enfance des 4 zozos : désormais, je n'accueille plus la rentrée comme une délivrance, c'est donc sûrement qu'on a trouvé un mode plus serein de vivre ensemble !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se questionner tout le temps et s'adapter, c'est exactement ça! Chez nous aussi, le climat est à la sérénité ces semaines-ci :-))

      Supprimer
  3. Je ne connais pas cette méthode et ton commentaire me donne envie de la découvrir. Merci.
    Pour ma part, avec mes grands enfants d'aujourd'hui comme avec les petits qu'ils étaient, j'ai essayé de cultiver le respect et l'écoute. ..appliquant assez souvent des méthodes de coaching professionnel, et notamment un mot magique : "raconte..." extrêmement puissant
    PS : méthode tout aussi efficace en couple, en management etc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour cette "astuce" toute simple, j'espère que je m'en souviendrai pour l'appeler à la rescousse le jour venu !

      Supprimer
    2. O, merci pour l'astuce. je vais essayer le "raconte"

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Méthode découverte ici il y a 4 ans je crois (mais je ne connais pas le CD), grâce à une association de soutien à la parentalité de ma ville... à un moment où j'avais l'impression d'être en colère en permanence, où cette relation avec mes 3 enfants si petits pourtant ne me correspondait pas du tout.
    Après quelques réticences devant l'approche très anglo-saxonne et un peu racoleuse (cf le titre du livre que tu cites ;-)), j'ai complètement adhéré. Ça m'a changé la vie: enfin il y avait des solutions qui correspondaient exactement à ce que je ressentais tout au fond de moi! J'ai suivi des ateliers, j'en ai animé un aussi, j'ai acheté les livres en plusieurs exemplaires et je les prête au lieu de faire de longs discours aux proches et moins proches, aux copines. J'ai même acheté le bouquin sur les ados (je ne suis pas encore concernée), pour le prêter également, avant de m'en servir moi-même dans quelques années.
    Il y aurait beaucoup d'anecdotes à raconter, il est vrai qu'au début certaines formulations proposées ne nous semblent pas très naturelles ou spontanées, mais à la fin ça vient tout seul. C'est en effet la CNV avec les petits, avec des exemples très concrets...
    J'ai été bluffée de l'efficacité de la méthode quand, au tout début de mon apprentissage,mon petit garçon de 3 ans a soudain parlé à son petit frère de 3 mois, à la façon de F&M : "oh je vois que tu n'es pas content etc..." L'effet boule de neige de F&M fonctionne aussi dans le couple et au travail ! ;-)
    Parfois le naturel (ou plutôt les vieilles habitudes) reviennent au galop, parfois je crie et je m'énerve encore bien sûr... et eux font des colères évidemment...mais il y a toutes les autres fois qui nous sauvent la vie !
    Bon cheminement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. C'est clair que les premières fois ou tu " oh, je vois que ...", il faut rester concentrés. Surtout que dans le Cd, ils ont un accent canadien à couper au couteau! Et donc on rigolait!

      Supprimer
  6. Je suis une grande adepte de ces livres et la communication avec ma fille a changé grâce à l'écoute active et au reflet des émotions. J'aime beaucoup les exemples concrets de situations conflictuelles ou problématiques. Ce n'est pas une solution miracle mais disons que je considère cette méthode comme un outil très utile pour ma fonction de parent!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous aussi! Merci pour ton commentaire!

      Supprimer
  7. Je ne connais pas le CD mais je suis une fidèle lectrice de Faber et Mazlish. Comme je te le disais sans un précédent commentaire il y a également "La discipline sans drame" de Daniel J.Siegel et Tina Payne Bryson qui est très instructif. Malheureusement, je me rends compte que tout ce que installons patiemment à la maison en termes de CNV est souvent détricoté à l'école. Je suis représentant des parents d'élèves dans la maternelle de mon fils et beaucoup de parents viennent me voir pour se plaindre de la violence avec laquelle on s'adresse parfois aux enfants ou la façon dont on leur crie dessus. Et je suis pourtant dans un quartier très privilégié de la capitale. Comme je suis consciente que je ne peux pas être en permanence derrière mon fils pour le protéger des paroles blessantes voire humiliantes que certains enseignants ou assistants scolaires peuvent dire, sans parfois même s'en rendre compte d'ailleurs, nous essayons son père et moi de lui apprendre à identifier les paroles et les comportements toxiques qu'il est susceptible de rencontrer pour qu'il puisse les repérer et s'en défendre. A ce titre, je trouve la réaction de ton fils face à son grand-père formidable et remarquable. C'est, à mon sens, la meilleure preuve que votre mode d'éducation et votre bienveillance à son égard lui donnent les outils nécessaires pour affronter la vie sereinement.

    RépondreSupprimer
  8. "Parler pour que les enfants apprennent à la maison et à l'école"... je l'ai laissé trainer sur la table lors d'une réunion avec les parents sur... la violence. Certaines enseignantes l'ont pris et même acheté ensuite, d'autres ont eu des réactions d’opposition très forte.
    Idem en maternelle... je ne retiens que les réactions positives, celles à qui l'ouvrage a été utile ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Je fais partie de celles qui ont parlé de Faber et Mazlish, je suis ravie d'apprendre que ça fait écho chez vous aussi. J'ai eu la chance de suivre une série d'ateliers et l'animatrice nous demandait à la fin ce qu'on avait retenu, et bien pour moi c'était: Tais toi ! à appliquer à moi-même bien évidemment ! J'ai toujours tendance à vouloir chercher l'origine du problème ou comment s'en sortir alors qu'en face ce n'est qu'une simple écoute qui est attendue, donc j'essaye au maximum d'ouvrir mes oreilles et de ne parler que si c'est nécessaire. Quant au travail avec les parents ça avance, mon père notamment qui est partisan du c'est comme ça et pas autrement, accepte de plus en plus le mode d'éducation que nous avons choisi.
    Gaëlle

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour,
    Je ne suis pas maman donc pas directement concernée mais j'irai voir quand même cette méthode. Je dirai suite à ton article que l'on devient celle que l'on est grâce et/ou malgré l'éducation que l'on a reçue par ses parents...ça dépend. Et puis l'éducation est multiple, les autres adultes, l'école, les rencontres jouent aussi dans la construction de l'enfant.
    J'ai lu quelques articles récemment dont un témoignage que j'ai trouvé très fort d'une maman avec son grand ado qui lui a donné du fil à retordre :https://jarretederaler.com/2013/09/05/le-jour-ou-jai-compris-que-javais-ete-une-mere-aidante/
    Bon chemin!

    RépondreSupprimer
  11. Connaissez vous Isabelle filiozat? C'est de la même veine. Pour ce qui est de nos parents, ce n'est pas facile pour eux de voir qu'ils étaient parfois complètement à côté de la plaque ni pour nous de savoir les critiquer et surtout les faire descendre de leur piédestal.

    RépondreSupprimer
  12. Connaissez vous Isabelle filiozat? C'est de la même veine. Pour ce qui est de nos parents, ce n'est pas facile pour eux de voir qu'ils étaient parfois complètement à côté de la plaque ni pour nous de savoir les critiquer et surtout les faire descendre de leur piédestal.

    RépondreSupprimer
  13. J'ai découvert les livres de Faber& Mazlish, il y a 3 ans. Ca a été une vraie découverte.
    Ensuite j'ai continué avec les parents efficaces de T. Gordon (quel soulagement d'apprendre à lâcher prise sur les problèmes des enfants qui ne sont pas mes problèmes !).
    Et puis récemment j'ai dévoré le livre de la discipline positive de Jane Nelsen. Tous ces livres résonnent vraiment en moi, mais parfois il y a la théorie et la pratique... Pas toujours facile d'avoir la bonne réaction (surtout avec un caractère autoritaire).
    J'ai donc suivi récemment une formation sur la discipline positive. Et je recommande ! J'ai encore du chemin à faire, mais clairement je sens notre famille sur la bonne voie.

    RépondreSupprimer