Mes jours heureux- du silence et le doux égrènement du temps

Entre mon ancien et mon nouveau boulot, Amaury m’a proposé de prendre quelques jours, seule, en Baie de Somme.

Les deux années qui viennent de s’écouler ont sérieusement attaqué ma confiance en moi. J'ai assisté, impuissante, au sabotage systématique ( organisé et intelligent) de mes projets. 
Mes convictions ont été malmenées. Moi aussi. Au point que je me suis demandée si je faisais fausse route.
J’ai brutalement envisagé mon parcours professionnel et mon expérience de manager comme des impostures et une succession d’échecs.  Bref, la méchanceté et l’envie m’ont touchée et abîmée. Le tout aggravé par un rythme inhumain, des heures de transport et notre maison en chantier.

J’ai la chance d’être devant un nouveau départ. 
Avant de m’élancer, j’ai laissé ces quelques jours filer. J’ai tourné mes yeux vers moi. Je me suis auto-entourée de sollicitude.


Au cœur de la baie de Somme, j’ai goûté les bruits de la ville qui se réveillait alors que j’étais encore au lit. J’ai marché au bord de l’eau jusqu’à être saoulée par le vent. J’ai préparé une marmite de soupe, pétri un énorme pain, et cuit une fournée de biscuits.
J’ai lu. J’ai fini un livre. Puis un autre. Et encore un autre.
J’ai cousu des vêtements d’hiver. J’ai fait la salutation au soleil le matin et la salutation à la lune le soir. J’ai fait couper mes cheveux.


J’ai reprisé mon moi professionnel, j’ai arrosé et cultivé mes convictions, j’ai laissé le vent emporter mon amertume. En haut d’une dune, je me suis laissée tomber et j’ai roulé, roulé. Jusqu’à ce que le ciel et le sable se mêlent. J’ai recommencé jusqu’à ce que mes jambes ne me portent plus. J'ai changé mes perspectives.

Je suis prête, je crois, à reprendre le chemin du travail. Merci, mon amour, pour cette parenthèse.

Commentaires

  1. Mais comment fais-tu pour être toujours aussi juste dans tes propos ?
    Je viens régulièrement te lire, je ne sais pas si j'ai déjà commenté, mais là, je sors de mon silence pour te souhaiter une belle nouvelle vie professionnelle.
    Tu le mérites fortement !
    Bien à toi,
    Frédérique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Frédérique! Bon long week end!

      Supprimer
    2. Pour être "juste", il faut d'abord s'ajuster, à soi, aux autres, à ce qui compte vraiment pour soi. Et c'est vrai que prendre le temps et savoir se retirer de l'agitation du monde sont des facteurs importants pour y parvenir. Belle route à vous. Elisabeth

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup ce que tu as écrit, çà me parle énormément
    Je t'admire d'avoir eu la force de quitter ce qui ne te convenait pas pour prendre un nouveau départ dans une vie qui est plus en phase avec tes convictions.
    Je n'ai pas cette force, je souffre au travail car j'ai l'impression de me battre contre un système qui cherche à nous mettre en échec. Ma société a progressivement et insidieusement sabordé l'activité ds laquelle je suis pour finalement décréter qu'il fallait mieux nous vendre car nous n'étions pas assez rentables.
    Et voilà maintenant on attend de savoir à quelle sauce on va être mangés. Je suis trop âgée maintenant (10 ans de plus que toi) pour envisager de me reconvertir, je ne suis plus recherchée sur le marché du travail.
    Je t'admire de savoir faire le break pour profiter des moments de joie, je n'arrive pas à chasser mes précoccupations de mon esprit et je gamberge ce qui n'est bon ni pour moi ni pour mon entourage.
    Excuse moi d'avoir parlé de mes soucis, je n'ai pas souvent l'occasion de me confier et çà m'a fait du bien.

    Je te souhaite plein de bonheur dans ta nouvelle vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh Loutre, comme je voudrais qu'on s'assoit et qu'on partage un thé. C'est trop triste !
      Je ne pense pas que 50 ans soit trop tard pour changer de voie. Au contraire, on a plus de sagesse et plus de force. Je t'embrasse

      Supprimer
    2. Merci de ta réponse
      il faut arriver à retrouver de la serenite et se recentrer sur ce qui est important, famille, santé et le rythme actuel centré sur la productivité nous fait parfois oublier l essentiel
      pourquoi pas un thé un jour nous ne sommes pas si loin et le monde est si petit ☺
      Je t embrasse et te remercie car te lire me transmet beaucoup de force

      Supprimer
  3. Certaines entreprises sont parfois des compresseurs capables d'écraser tout être ! Il y a une forme de déshumanisation dans les entreprises. J'ai la chance d'avoir été obligée pour cause d'expatriation londonienne d'arrêter mon job précédent. Après 3 ans d'inactivité je viens de passer des entretiens ce matin, et j'ai apprécié entendre les mots écoute, humilité, équipe. Je crains de nouveau les objectifs, la pression mais je garde en tête que l'essentiel c est soi et les siens, ceux qui te font du bien ! Aussi, je pense que ton conjoint est certainement très bienveillant à ton égard et que te ressourcer seule t a procuré le plus grand bien. Je te souhaite de tout cœur de t'épanouir à nouveau professionnellement ! Courage et bon we !!!! Alexandra

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Alexandra! Et bonne chance à toi pour trouver un job intéressant dans un contexte agréable!

      Supprimer
  4. Quelle poésie dans ce texte ...
    Ne pas se laisser abimer par son environnement de travail, rester soi, voilà qui fait écho chez moi :)
    Ce qui me frappe néanmoins, et cela doit etre dans ton ADN, c'est que tu sembles vivre à 100 000 à l'heure, au boulot ou dans la vie perso :))) Quelle énergie !!! Tu ne ralentis jamais ?? ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu, non, jamais ( c'est pour ça que je fais du sport ; sinon, je suis vraiment invivable!). Gros bisous!

      Supprimer
  5. Je suis contente pour toi, tu as su quitter un travail devenu toxique avant qu'il ne t'abîme ou te quitte (c'est du vécu).
    La vie sera plus douce maintenant, en accord avec tes convictions.
    Je te souhaite de t'épanouir dans ton nouveau job et auprès des tiens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci La Moune. Bon long week end à toi

      Supprimer
  6. Comme tout cela me parle, à moi aussi... Comme Loutre, j'ai 50 ans. Comme toi, je travaille dans les RH par conviction. Après un parcours dans presque tous les domaines des RH, je suis dans la formation depuis 13 ans. C'est là que j'ai trouvé le plus la possibilité d'apporter de l'humain, mais même là c'est de plus en plus difficile... objectifs en hausse et effectifs en baisse, pour justifier un projet de centre de services partagés dans le groupe...
    Ce qui m'inquiète le plus, ce n'est pas tant ma situation et mon avenir que celui de mes enfants à qui je m'efforce de ne pas trop transmettre mes doutes et désillusions : étudiants aujourdhui, quel monde les attend ?
    Bon courage à toi et à tous.
    Cefgp

    RépondreSupprimer
  7. Comme tout cela me parle, à moi aussi... Comme Loutre, j'ai 50 ans. Comme toi, je travaille dans les RH par conviction. Après un parcours dans presque tous les domaines des RH, je suis dans la formation depuis 13 ans. C'est là que j'ai trouvé le plus la possibilité d'apporter de l'humain, mais même là c'est de plus en plus difficile... objectifs en hausse et effectifs en baisse, pour justifier un projet de centre de services partagés dans le groupe...
    Ce qui m'inquiète le plus, ce n'est pas tant ma situation et mon avenir que celui de mes enfants à qui je m'efforce de ne pas trop transmettre mes doutes et désillusions : étudiants aujourdhui, quel monde les attend ?
    Bon courage à toi et à tous.
    Cefgp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dommage que la jalousie, la méchanceté, l'hypocrisie, le harcèlement moral prennent de plus en plus de terrain dans tous les milieux de travail. Pourquoi tant de haine, alors que chacun apporte sa pierre à l'humanité avec ce qu'il est, ce qu'il pense, ses rêves ... Il faut faire de nos différences un atout et tu as raison de changer de travail et ne pas te laisser détruire.
      Bonne route à toi et ta famille dans la sérénité. J'espère que vos travaux dans la maison seront bientôt finis. Bises, Claire

      Supprimer
  8. Merci de partager aussi cette souffrance et ta manière de te reconstruire, je garde précieusement l'idée des salutations (et courir chaque semaine, je ne te remercierai jamais assez de m'avoir éveillée à ça)! Bonne reprise, prends soin de toi et de tes cicatrices

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir,
    Je découvre votre blog depuis quelques jours seulement, au hasard de mes pérégrinations d' internaute un peu trop assidue à sa tablette ou son smartphone. Vos billets et votre parcours me touchent et me questionnent, même si je ne suis pas toujours d' accord avec vos choix (le véganisme pour les enfants?), votre détermination et votre volonté d' aller vers le beau et le bien également.
    En lisant vos mots ce soir, j' avais envie de vous dire que vous aviez la chance indicible d' aimer et d' être aimée en retour, et que ce bien était précieux. Quelle force vous avez!N' en doutez pas.
    J' ai commencé à lire votre blog à l' envers, en partant de 2012, car il a beaucoup m' apporter. Je vous remercie de cette générosité-là.
    Oh, et je suis Laetitia, 42 ans, divorcée, cavalière (mon yoga à moi :) et joggeuse, trois petits loulous en garde alternée, Proviseure adjointe... Pour l' instant.
    Aun plaisir de vous lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Laetitia! Mes enfants ne sont pas veganes. Ils sont végétariens a 70/80% : c'est a dire qu'ils mangent ce qu'il y a / ce dint ils ont envie a l'exterieur ( yc parfois un fast food avec leurs grands parents).
      Hehe, une nouvelle aventure professionnelle en vue?
      A bientot

      Supprimer
  10. Toujours aussi juste et posée dans tes mots ...que j'aimerai pouvoir prendre ce chemin paisible dans ma tête ...j'aime lire tes pensées et pouvoir y croire doucement, simplement ...je te souhaite a toi et aux tiens que du bonheur largement mérité ..

    RépondreSupprimer
  11. Des mots toujours aussi justes, un regard sur toi toujours lucide qui te permet d'avancer dans ton chemin de vie. Que ce nouveau virage te soit bénéfique et puisses tu trouver dans ce monde associatif (un monde riche et rempli de belles personnes), cet enthousiasme dont tu as tant besoin pour être bien.

    RépondreSupprimer
  12. Merci pour vos billets qui m'apportent toujours autant. J'ai toujours beaucoup de plaisir à venir ici et y trouve toujours des pistes de réflexion intéressantes, une richesse intellectuelle nourrissante, un petit pas de côté indispensable. A l'heure où le temps est un de mes biens les plus précieux, j'aime le perdre chez vous.
    A

    RépondreSupprimer
  13. Merci pour ce partage. Celui-ci me parle, me touche, me fait envie, m'encourage, me fait monter les larmes aux yeux ... Belle nouvelle vie professionnelle, qu'elle soit douce, riche, plein de sens.

    RépondreSupprimer
  14. Oui la position la plus saine est de refuser de participer à la violence de beaucoup de situations de travail, et se replier sur son espace personnel, y retrouver son corps et ses racines affectives. Quelques un de sage m a dit "il s agit maintenant de bien vivre".

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés