mardi 8 septembre 2015

Les mains dans l'argile : toi, nous et la leucémie #38

J’avais commencé la couture à la faveur de notre arrivée à Lyon, excédée de ne jamais rien trouver à ma taille et horrifiée par la qualité des vêtements du commerce, aidée par la proximité  de Moma aussi.

 La couture est devenue mon exutoire à l’annonce de ta maladie : un patron compliqué me permettait d’affronter les nuits sans sommeil, celles cauchemardesques dont je ne voyais pas le bout, une couture bien droite me réconciliait avec l’imprévisible, la rédaction de Thread and needles était un soutien sans faille dans cette période d’isolement total.
Cet été –là, nous, les membres de la rédaction, avions le projet un peu fou de nous rencontrer, de passer un week end ensemble, à Paris, à parler de couture et de notre site favori.
Je vous ai laissés à Lyon et pour la première fois depuis plus d’un an, j’ai pris le TGV la joie au cœur.
Je me suis assise à côté d’une jolie fille au sourire chaleureux : c’était la talentueuse Eolune. Un peu plus loin, est montée dans le train, Papelhilo. Notre trio a discuté, sans discontinuer, pendant plusieurs centaines de kilomètres.
Au pied du Sacré Cœur, nous avons trouvé le reste de la fine équipe. Ces heures à rêver, à prévoir,  à planifier, à échanger, sont, pour moi, aussi inoubliables qu’inestimables.
Ces amitiés m’ont permis de garder la tête de l’eau, de rester un peu moi-même, et pas seulement ta maman au bord du désespoir.

Je suis revenue, lestée de quelques kilos de tissus, le sourire aux lèvres, la tête pleine de possibles.

3 commentaires:

  1. moi aussi je me souviens de ces instants magiques, et en particuliers ceux où tu nous as un peu ouvert ton coeur, mais je ne faisais qu'effleurer à ce moment-là la tourmente dans laquelle vous viviez ... j'ai compris petit à petit et je crois que j'en suis d'autant plus impressionnée, de ce que tu/vous (avec Amaury) avez appris à être au cours de cette épreuve ...

    RépondreSupprimer
  2. Oh que c'est chouette cette amitié qui fait sortir la tête du tunnel pour respirer un peu !

    RépondreSupprimer
  3. Ou les mots parenthèse, bulle, loisir, évasion, passion... mais aussi rencontres, discussions, équipe, projets, partages... prennent tout leur sens, oh, comme tu devais savourer cette échappée. Paris, loin des couloirs de l'hôpital... Parler chiffons, patrons, tissus, mode, nouveautés, expositions, comme cela devait être précieux pour toi, je comprends un peu mieux tes multiples talents et ta productivité si impressionnants à mes yeux !

    RépondreSupprimer