jeudi 9 janvier 2014

Un matin de janvier, la robe grise

 Un dimanche matin, le jour s'est levé sur un ciel lavé, la bise avait enfin cessé de souffler et le soleil brillait timidement. Il y avait d'énormes tas de sable au coin des rues et des tuiles cassées. Je suis descendue dans les rues désertes pour prendre en photo ma nouvelle robe grise. 


C'est une robe en maille très épaisse, Mamzelle Fourmi, une robe d'hiver chaude mais féminine.
C'est une appropriation de plusieurs modèles du livre japonais Simple Chic


Le haut vient de la robe 3. La jupe vient du même modèle mais j'ai rajouté au milieu du dos un pli creux plus long pour un léger effet "faux cul" et deux petits plis plats sur le devant pour donner plus d'ampleur. 


Les manches viennent de la robe 10, je les faites plus longues et arrondies pour qu'elles ressemblent à des poignets tulipe.
Comme je la trouvais un peu stricte, j'ai ajouté un plastron fleuri et rehaussé d'or, des petits boutons anciens et un petit col.


Qui a dit que les modèles japonais étaient des sacs à patate?
;-)






5 commentaires:

  1. C'est sûr que l'on est loin du sac à patate, elle te va parfaitement bien cette robe et j'aime beaucoup le détail des poignets. En parlant de patron japonais, as-tu par hasard le livre japonais Drape drape 3? Bises et bon week-end.

    RépondreSupprimer
  2. Cette robe te va à ravir. Je reste en extase devant le détail des poignets: j'adore!
    Elle semble en plus d'un confort incroyable!

    RépondreSupprimer
  3. C'est bien l'expression du simple chic cette robe!

    RépondreSupprimer
  4. elle est magnifique, ta robe! Superbe!

    RépondreSupprimer